L’Histoire par l’image: photos d’archives

enteteSur le site de l’histoire par l’image, il est notamment possible de consulter:
Sous le double effet de la seconde révolution industrielle et des grands travaux du second Empire, la périphérie parisienne voit se développer des espaces d’urbanisme sauvage où se logent tant bien que mal les plus pauvres. Tandis qu’avec la migration vers la ville, lieu de travail, parvient dans la capitale une population miséreuse, la modernisation de Paris repousse les indigents à l’extérieur, dans les faubourgs.
Des bidonvilles apparaissent alors aux portes de Paris, transformant les secteurs limitrophes en « zone ». De cette appellation, naît le nom donné aux habitants de ces quartiers : les « zoniers ». La plupart d’entre eux sont chiffonniers, ils vivent de la récupération et de la revente des déchets de la ville.
Entre 1899 et 1913, Atget réalise de nombreuses photographies des plus démunis et de leurs logements. Au départ limités à quelques sites insalubres intra-muros – la Butte aux Caille, la Cité Doré –, ses clichés s’étendent progressivement à d’autres cités – la Cité Valmy et la Cité Trébert de la porte d’Asnières – et aux terrains vagues habités jouxtant la Capitale : la Poterne des Peupliers, la porte de Montreuil, de Choisy, d’Italie, d’Ivry. Il réunit ces images en 1913 dans l’album Zoniers.
Pour en savoir plus et consulter les images suivre ce lien : http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=838
Jusqu’à la Première Guerre mondiale, la durée des conflits est en général assez réduite. Sauf lors des sièges, les batailles sont rapides, et les militaires ne restent pas longtemps dans l’attente du combat. Avec l’enlisement de la guerre et la mise en place des tranchées, les soldats au contraire attendent, retranchés dans leurs galeries, les attaques ennemies ou l’ordre d’assaut ; entre deux offensives ou dans les campements situés en seconde ligne où ils se reposent avant de retourner sur le front, ils se trouvent désœuvrés. Cette situation inédite donna naissance à un art populaire singulier : l’artisanat de tranchée. Pour passer le temps, certains poilus se mettent à fabriquer, avec des matériaux communs ou de rebut, des objets usuels, des bijoux ou des artefacts décoratifs qu’ils donnent à leur famille, à leurs amis ou vendent pour compléter leur solde. Un grand nombre de conscrits, jusque-là artisans ou paysans, savent en effet travailler de leurs mains et mobilisent ces savoir-faire particuliers au monde rural et artisanal préindustriel pour s’occuper.
Cette petite construction, précaire, au bord de l’océan, est typique de l’habitat des « 50 pas géométriques ». Cette zone est une bande de littoral, selon une ancienne mesure créée au XVIIe siècle par Colbert (en tout 81,2 mètres) : elle est zone militaire interdite, à une époque de conflits fréquents dans les Antilles entre colonisateurs européens et à une époque de tentatives de fuite d’esclaves vers ce qu’ils appelaient l’« Autre Bord » : idéalement l’Afrique perdue. Avant la Révolution française, on dénommait cette bande de littoral les « 50 pas du Roi ».

C’est pourtant là que depuis des siècles prospère une culture très vivace de résistance et de marronnage, caractéristique des esclaves qui veulent s’émanciper et de leurs descendants : économie informelle, squats bâtis progressivement avec n’importe quel matériau de récupération, appropriation « sauvage » de terrains, etc. Toutes sortes de solidarités parallèles et de réseaux d’entraide s’y sont développés ; la langue créole y est particulièrement créatrice. Le début du Cahier d’un retour au pays natal d’Aimé Césaire, un des textes fondateurs du Mouvement de la Négritude, est profondément marqué par cet esprit des « 50 pas » : espace du marronnage, espace de la mémoire de l’esclave qui ne renonce jamais à son rêve de partir, libre, et installe ses rites avec vigueur.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *