exposition: L’art et la machine, Musée des confluences, Lyon

art_machine_affiche_300En lien avec le propos du carnet, du ready made à l’art brut de nombreuses oeuvres interpellent le visiteur et interrogent sur la deuxième vie des objets.

Du 13 octobre 2015 au 24 janvier 2016, l’exposition « L’art et la machine » présente les relations étroites entre le regard de l’artiste sur la machine et l’évolution des technologies industrielles et mécaniques, depuis les planches techniques de l’Encyclopédie au XVIIIe siècle, jusqu’à aujourd’hui, à l’ère électronique.

Du rêve d’un monde sauvé par la technique à son désenchantement, de la fascination esthétique de l’objet mécanique à la création de formes inédites et détournées.

Le parcours de l’exposition révèle les liens constants qui existent entre les machines et les arts plastiques. Le regard du public oscille ainsi à chaque instant entre l’esthétique mécanique et son interprétation artistique. Il est invité à partager tour à tour la fascination, l’inspiration jusqu’à la rêverie et la création de chimères par l’artiste.

Plus de 170 pièces remarquables issues de 44 musées en Europe sont ainsi réunies pour la première fois. Sur plus de 1 500 mètres carrés d’exposition, certaines sont mises en scène à 8 mètres au-dessus des spectateurs. En fin de parcours, l’oeuvre de Tinguely Méta-Maxi sera spécialement installée et mise en mouvement, dans son gigantisme et ses cocasseries étourdissantes.

Oeuvres picturales réalisées par Bonhommé, Monet, Kupka, Léger ou Picabia… Objets d’art et de rêves imaginés par Duchamp, César, Panamarenko, Tinguely, Burden sans oublier l’art brut d’ACM… Projections grand format d’extraits de L’homme à la caméra de Vertov, Hugo Cabret de Scorsese, l’arrivée d’un train en gare de la Ciotat de Louis Lumière, 2001 l’Odyssée de l’espace de Kubrick ou Retour vers le futur de Zemeckis… Ces oeuvres d’exception dialoguent entre elles et côtoient des hélices, roues, moteurs, machines magnéto électrique ou machines à vapeur.

Au centre du parcours, ‘‘les machines à l’oeuvre’’, créatrices de nouveaux domaines d’expression artistiques, sont présentées respectivement dans un cabinet de photographies et un cinéma drive-in : d’un côté les cinématographes tels que la Caméra Debrie-Parvo, de l’autre les appareils photographiques, de la caméra obscura au 35 mm Leitz-Leica I, aux côtés d’oeuvres d’Alfred Stieglitz, de René Jacques ou de Germaine Krull.

Sur une idée originale de Claudine Cartier et d’Emmanuel de Roux (†).
Cette exposition ouvre la nouvelle et première saison du musée des Confluences.
Le commissariat de l’exposition ‘‘L’art et la machine ‘‘ est assuré par Claudine Cartier, conservateur général du patrimoine, et Henry-Claude Cousseau, conservateur général du patrimoine, ancien directeur de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-arts. La scénographie a été confiée à l’agence e-deux.

Le propos de l’exposition

L’idée de cette exposition est née au début de l’année 2001 lors de discussions entre Claudine Cartier et Emmanuel de Roux alors qu’ils venaient de publier un ouvrage sur le patrimoine industriel. Emmanuel de Roux, décédé en 2008, ne verra malheureusement pas la concrétisation de leurs réflexions. Néanmoins, l’exposition « L’art et la machine » s’inscrit très fidèlement dans le projet initial et reflète à la fois son ouverture d’esprit et son intérêt pour les chemins de traverse du patrimoine.

‘‘Le propos de cette exposition est d’évoquer les liens qui ont existé et existent toujours entre les arts plastiques et les machines. Ainsi, de manière inhabituelle, de « vraies » machines (et non des maquettes) sont-elles montrées à égalité avec des oeuvres « d’art ». En apercevant le planeur de l’ingénieur Otto Lilienthal, des années 1890, non loin du Letatlin de 1932 de Vladimir Tatlin, nous aimerions que le visiteur s’interroge. Quelle est la machine ? Quel est l’objet produit à des fins artistiques ? C’est ce questionnement qui constitue le « fil rouge » de l’exposition.
On verra que la machine est une puissante source de fantasmes et qu’elle entretient avec l’art (et ses diverses retombées esthétiques) une intimité beaucoup plus grande qu’il n’est d’usage de le supposer. Et, inversement, que l’art sait très bien ce qu’il en est de la machine.’’
Claudine Cartier, conservateur général du patrimoine
Henry-Claude Cousseau, conservateur général du patrimoine, ancien directeur de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-arts

A partir du milieu du XIXe siècle, l’âge industriel est celui de la machine et des énergies qui la font fonctionner. De manière inéluctable, l’une des grandes révolutions de l’humanité bouleverse l’histoire, les moeurs et les idées. Ce séisme de civilisation touche aussi toutes les formes d’art qui s’en trouvent modifiées en un jeu d’influences dont l’exposition « L’art et la machine » souhaite rendre compte. Nombre de créateurs sont fascinés par la puissance et la perfection des productions sorties des usines et bien des ingénieurs et des inventeurs ont souvent un regard d’artiste sur le monde. Les relations entre les deux univers sont multiples et complexes, évidentes ou contradictoires mais n’utilise-t-on pas le même terme d’ « atelier » pour désigner le lieu de travail de l’artiste et celui de l’ouvrier ?
Hélène Lafont-Couturier, directrice du musée des Confluences

Le commissariat d’exposition

Claudine Cartier, spécialiste du patrimoine industriel, était jusqu’en 2012 Conservateur d’État, Conservateur général du patrimoine à l’Inspection générale des musées, en charge des musées techniques et industriels. Auparavant et durant plus de dix ans, elle fut responsable du patrimoine industriel à la Direction du Patrimoine, où elle a participé à la création de la cellule du patrimoine industriel et en a défini les orientations. D’autre part, elle a participé activement aux missions de la Commission supérieure des Monuments historiques. Elle est l’auteur de nombreuses publications sur le sujet de l’exposition dont ‘‘Patrimoine ferroviaire’’ 2007, ‘‘L’Héritage industriel, un patrimoine’’ 2003, au titre de la collaboration ‘‘Patrimoine Industriel, 50 sites en France’’ et avec E. De Roux ‘‘Patrimoine industriel’’ 2000.

Henry-Claude Cousseau, Conservateur général du patrimoine, a dirigé l’École nationale supérieure des Beaux- Arts de Paris de 2000 à 2011. Il a été successivement conservateur des musées de la Vendée, du musée de l’abbaye Sainte-Croix des Sables-d’Olonne et à l’Inspection générale des musées de province – Direction des musées de France, pour l’art du XXe siècle. Il a ensuite dirigé les musées de la ville de Nantes. Chef de l’Inspection générale des musées de France de 1994 à 1996, il est ensuite directeur du CAPC Musée d’art contemporain et des musées de Bordeaux jusqu’en 2000. C’est un historien d’art, spécialiste d’art contemporain. Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages sur l’art du XXe siècle : l’oeuvre graphique de Gaston Chaissac en 1982 dont il est l’un des spécialistes ; Daniel Dezeuze en 1989 ; Jean Hélion en 1992 ou Sarkis en 2000.

informations pratiques: http://lartetlamachine.com/fr#infos


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *