Exposition « Vies d’ordures » et conférences au MUCEM, Marseille

Exposition « Vies d’ordures de l’économie des déchets« , 22 mars au 14 août, MUCEM, Marseille

Exposer les manières dont les sociétés produisent, traitent, s’approprient et transforment les restes, apparaît comme un enjeu central pour un musée de société comme le Mucem. Basée sur des enquêtes ethnographiques, cette exposition propose un voyage autour de la Méditerranée à la découverte des gestes des hommes et des femmes qui vivent des déchets. En montrant les façons dont nous les collectons, les trions, les réparons, les transformons, avec l’inventivité de la nécessité, elle dessine un monde d’échanges et de transferts autour de ces restes qui s’avèrent bien davantage que de simples rebuts.

Par les détournements mais également par les traitements de haute-technologie dont ils font l’objet, les déchets donnent ainsi forme à nos paysages et à nos relations sociales. Un parcours avec 450 objets, installations, films, cartes et schémas sensibilise le public à la gestion individuelle et collective des déchets. Il lui permet de s’interroger sur ses modes de production et de consommation.

En écho à l’exposition « Vies d’ordures », le Mucem propose un cycle de grandes
conférences mensuelles autour du thème « Nature, culture, ordures ». Chaque mois, de mars à juin 2017, le Mucem invite un philosophe, un urbaniste et des anthropologues à explorer, chacun à travers leur discipline, les liens complexes entre nature, culture et ordures.

Plus d’infos sur : http://www.mucem.org/fr/exposition/vies-dordures

Premières dates des conférences :

23 mars 2017 : « Anthropocène« , conférence-lecture de Christophe Bonneuil (historien) et Jean-Robert Viallet (réalisateur), lecture par Philippe Fenwick (comédien), mise en scène par Jean-Robert Viallet, accompagnée de projections d’images d’archives. Suivie d’une discussion menée par Denis Chevallier et Yann-Philippe Tastevin (commissaires de l’exposition « Vies d’ordures »).

20 avril 2017 : « Homo detritus et l’idéal trompeur d’un mode sans restes« , conférence de Baptiste Monsaingeon (socio-anthropologue), discussion Denis Chevallier.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *