Vient de paraître: Homo detritus (B. Monsaingeon, Ed. Seuil, 2017)

Homo detritus: critique de la société du déchet

Stockés dans des décharges, éparpillés à la surface des océans ou dispersés en particules invisibles dans l’atmosphère, les déchets représentent désormais les traces indélébiles de notre présence sur terre autant que des symptômes de la crise du monde contemporain. Après les avoir enfouis et brûlés, il est dorénavant devenu impératif de les réduire, de les réutiliser, de les recycler.

À l’heure de l’économie circulaire, cette promesse d’un monde « sans restes » rappelle ainsi un mensonge de la tribu Chagga, évoqué par l’anthropologue Mary Douglas : les mâles adultes de cette tribu affirment ne jamais déféquer ! De la même façon, l’ouvrage de Baptiste Monsaingeon montre que la quête de pureté et de maîtrise technicienne du déchet dans nos sociétés industrielles fabrique un aveuglement collectif. Il raconte comment Homo detritus, face cachée d’Homo œconomicus, a cru sauver la planète en « bien jetant ». Un livre fort, sur les impasses des approches « gestionnaires » de notre société du déchet.

Baptiste Monsaingeon est chercheur postdoctoral à l’Ifris. Membre du conseil scientifique de l’exposition Vies d’ordures présentée de mars à août 2017 au Mucem à Marseille, il a notamment participé à la première expédition dédiée à l’identification de concentrations de débris plastique en Atlantique Nord.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *