Chiner

© Virginie Milliot

Auteur: Virginie Milliot

 

La première occurrence littéraire de ce verbe apparaît sous la plume d’Honoré de Balzac en 1847 : « Dans le métier de chineur (tel est le nom des chercheurs d’occasion, du verbe chiner, aller à la recherche des occasions et conclure de bons marchés avec des détenteurs ignorants ; dans ce métier la difficulté consiste à pouvoir s’introduire dans les maisons » (Balzac 1973 : 137). Son étymologie est obscure. Certains dictionnaires le font dériver – par aphérèse – du verbe échiner, « fatiguer les reins »[1], évoquant l’image des brocanteurs ambulants tirant ou transportant de lourds fardeaux sur l’échine. Mais d’autres  spécialistes de la langue française considèrent qu’il serait « peut-être issu du tsigane tjinna, « acheter » qui aurait pénétré dans le Sud-Ouest de la France d’où étaient généralement originaires les chineurs parisiens (XIXe) » (Picoche 1992 : 97). Cette origine peut expliquer la polysémie du verbe, car chiner ne signifie pas seulement « acheter et revendre de lieu en lieu » mais aussi « mendier », « demander avec insistance » et « critiquer ». Dans son acceptation péjorative il désignait une escroquerie sur la valeur d’un objet comme une plaisanterie ironique. Le chineur est un filou et un moqueur, qui fait commerce de la duperie. Il est intéressant de noter que « son entrée dans le lexique français nous ramène au milieu du XIXe siècle, lorsque quelques dizaines d’années après la tourmente révolutionnaire les objets mobiliers de l’ancien régime furent réappropriés par une nouvelle bourgeoisie » (Sciardet 2003 : 10). Car l’art de la chine consiste à acheter à bas prix des occasions et à les revendre au prix fort à des amateurs d’antiquité. Le chineur est un intermédiaire qui sait créer de la valeur en faisant circuler des objets d’un univers social à l’autre.

Le verbe a perdu aujourd’hui toute connotation péjorative. Il continue à désigner la recherche de bonnes occasions. Les professionnels des Puces de Saint-Ouen ont toujours à raconter des histoires incroyables d’objets acquis pour quelques pièces à un particulier sur une brocante ou à un biffin dans la rue, qu’ils ont réussi à revendre plusieurs milliers d’euros à un collectionneur ou dans une salle des ventes. « Nous on achète pas des objets, on achète des bénéfices » résumait un pucier pour m’expliquer l’art de la chine.  Mais le terme a connu quelques inflexions significatives à mesure qu’il est rentré dans le langage courant. Chiner est devenu un loisir. On va au marché aux puces ou sur les brocantes comme on va en promenade. Les amateurs de chine aiment déambuler d’un pas lent, le regard flottant entre les différents stands où sont entassés des objets disparates et se laisser guider, sans vraiment chercher, par leurs découvertes. Le plaisir de la chine consiste à dénicher des trésors au fond d’un carton, sur un stand désordonné ou dans une boutique encombrée. Ce sont de bonnes affaires qui permettent de faire des économies, mais aussi des « objets de peu » qui nourrissent des nostalgies (Debary, Tellier 2004) des artefacts non standardisés qui permettent de se singulariser ou d’acquérir une authenticité. L’ambiance des puces, qui a valu au marché de Saint-Ouen d’être classé en 2001, est inextricablement liée à cette activité (Milliot 2016). Chiner est devenu une expérience esthétique et sensible, de flânerie et de découverte d’objets singuliers. Et cette activité attire cinq millions de visiteurs sur le site des puces de Saint-Ouen chaque année.

 

Références bibliographiques

Balzac Honoré de, 1973 (1847) Le cousin Pons, Paris, Gallimard

Debary, Octave. Tellier, Arnaud, « Objets de peu. Les marchés à réderies dans la Somme » in L’Homme 2/ 2004 (n°170) pp 117-137.

Milliot, Virginie. « La mise en patrimoine de l’ambiance des puces de Saint-Ouen. Une analyse de cas » in Nicolas Remy et Nicolas Tixier (dir.). Ambiances, tomorrow. Proceedings of 3rd International Congress on Ambiances. Septembre 2016, Volos, Greece, International Network Ambiances ; University of Thessaly, vol. 2, p. 939 – 944, 2016.

Picoche Jacqueline, 1992, Dictionnaire étymologique du Français, Paris, Le Robert.

Sciardet Hervé, 2003, Les marchands de l’aube. Ethnographie et théorie du commerce aux puces de Saint-Ouen, Paris, Economica.

 

[1] http://www.cnrtl.fr/definition/chiner


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *