Charafi

Auteur: Nathalie Ortar

Expression très usitée dans le niçois côtier, le gavouòt[1] et le franco-provençal parlé à Limone et à Vernante (Italie). Selon Jacques Dalmasso de l’association Lou Sourgentin il semble acquis que « charafi » vienne de « charre » : le char en français, mais avec un sens diminutif et restrictif. Ce serait donc un petit char, ici non pas la voiture en elle-même mais son contenu transporté. Ce serait alors une charretée, mais une mauvaise charretée ou bien une charretée sans valeur ni importance.

Dans la région de Nice, charafi désigne une chose de peu de valeur bonne à jeter. Sont ainsi désignés des objets usagers, hors d’état. À côté de « charafi » qui désigne quelque chose sans importance aucune, on trouve « charafe » pour chiffons, frusques, fatras quelconque, mais aussi vieille charrette. Les charafes s’entassent dans les greniers, les granges et contre les maisons. Cela désigne les amoncellements d’objets hétéroclites conservés en vue d’un improbable usage futur. N’ayant pas de véritable équivalent en français, charafi et charafe sont entrés dans le langage courant dans la région de Nice même chez les locuteurs ne parlant le nissart ou le gavouòt.

Dans le parler de Vernante, une commune de la province de Coni dans le Piémont en Italie, on trouve « charafi » avec le même sens, mais aussi « charafià » ce qui veut dire s’occuper à des broutilles, à des choses de si peu d’importance.

  • Dans cet esprit, les chars et les déguisements devaient être confectionnés à partir de la récupération et du détournement d’objets de consommation (caddies de supermarché, cartons d’emballage, remorques de bateau, planches à roulettes, palettes de chantier, etc.), de charafi, comme il est dit en niçois. — (Sous la direction de Dejan Dimitrijevic, Fabrication de traditions, invention de modernité, Maison des sciences de l’homme, janvier 2004, p.268)

[1] dialecte de l’occitan parlé dans les Alpes méridionales de part et d’autre de la frontière franco-italienne ainsi qu’en Calabre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *