Marché aux puces

Auteur: Nathalie Ortar

© N. Ortar – Berlin, 2014

L’expression « marché aux puces » est une locution nominale désignant un marché où l’on vend des objets d’origine divers.

En France, les marchés aux puces puisent leurs origines dans les marchés du Moyen Âge qui se tiennent dans les centres villes. Chassés de ces lieux, les chiffonniers s’établissent vers l’extérieur de Paris pour former des petits marchés constamment en évolution, tel le marché des Patriarches créé aux alentours de 1350. En 1635, Richelieu interdit ce commerce de récupération à l’intérieur de la capitale pour privilégier le commerce d’objets neufs. Lorsque le baron Haussmann redessine Paris et ouvre de nouvelles avenues, les chiffonniers sont repoussés au nord de Paris et s’installent entre les fortifs et les terrains maraîchers aux alentours de 1840. L’expression marché aux puces daterait de cette époque et ferait référence aux vermines qui infestaient les vêtements qu’ils vendaient. Un marché dont témoigne Eugène Dabit (1935) évoquant le marché de son enfance au tournant du vingtième siècle :

« Le vieux marché aux puces ne nous offrait pas alors les mêmes objets qu’aujourd’hui. J’y ai pu suivre comme dans un livre, mieux, les « étapes du progrès » qui devaient nous valoir une ère de prospérité merveilleuse, disait-on. Au temps de mon enfance on admirait de lourds vélocipèdes, des phonos à cylindre, appareils compliqués et délicats que je renonce à décrire ; et les moteurs d’auto faisaient se grouper et discuter de jeunes curieux, enragés de mécanique, qui iraient un jour échouer chez Citroën, les malheureux, et serviraient en esclaves les machines. Certes, par ailleurs, on trouvait ainsi qu’à présent : les vieilles nippes, la vaisselle, les meubles, du petit outillage, les armes rouillées, les décorations miteuses, les diplômes décolorés, et par douzaines ces chefs-d’œuvre de romans. »

C’est entre 1880 et 1890 que les Puces ont investi, au-delà des terrains des fortifs, les trottoirs de Saint-Ouen devenu par la suite le site emblématique des marché aux puces. En 2001, le site des Puces dans son ensemble a été classé comme un monument historique, en « zone de protection du patrimoine architectural, urbain, et paysager ».

L’expression a ensuite été traduite de façon littérale dans différentes langues et passe ensuite dans la langue courante. En anglais, « Flea Market » apparait dans le Oxford English Dictionary en 1922. En allemand, « Flohmarkt » entre pour la première fois dans le dictionnaire en 1973.

Références bibliographiques

Baudot, Jean-Claude et al., Fleamarkets in Europe, Chartwell Books, Inc., Secaucus, New Jersey, 1982

Bedell Jean, Saut de Puces à Saint-Ouen, Paris, Monelle Hayot, 2012

Dabit, Eugène, « Marché aux puces », Esprit, Vol. 3, No. 33 (1er juin 1935), pp. 417-422


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *