Garage sale

Garage sale Santa Clara USA, mai 2011 © N. Ortar

Auteur: Nathalie Ortar

Les garages sales  (vente de garage), sont des événements informels et irréguliers nés aux Etats-Unis et destinés à la vente de biens usagés par des individus privés. Gretchen Herrmann (1997), les définit comme la vente informelle d’effets personnels dans, à côté ou à proximité de, une résidence privée. Elles sont également dénommées yard sale ou lawn sale (vente de jardin), tag sale (vente d’objets de seconde main dont les prix sont étiquetés), attic sale (vide-grenier), ou junk sale (vente de bric-à-brac), selon les contextes. Les vendeurs ne sont pas soumis à l’obtention d’une licence et ne payent pas d’impôts ou de taxes sur ces ventes.

Les garage sales sont liées à l’essor de la société de consommation et de l’automobilité qui favorise une périurbanisation, un « suburban way of life », à partir des années 1930 (Cohen, 2003). Un modèle de maison se développe alors, fréquemment dépourvu de grenier ou de cave, mais doté d’un garage où sont stockés outils, aliments en conserve, équipement électro-ménager et tout ce dont on ne se sert plus. La vente des objets surnuméraires dont le ménage souhaite se débarrasser, devient une pratique populaire à la fin des années 1960 (Hermann, 1997). Les biens, exposés dans l’allée menant au garage, le jardin de devant ou l’espace donnant sur la rue sont parfois neufs ou comme neufs, ou bien seulement utilisables. La plupart du temps la vente est motivée par un nettoyage de printemps, un déménagement vers une nouvelle résidence ou encore la recherche d’un gain financier.

Sont vendus des vêtements anciens, des livres, des jouets, des objets de décoration, des outils de jardin, des équipements sportifs et des jeux de société. De plus grands articles comme les meubles et parfois les appareils ménagers sont également parfois proposés à la vente. Les biens proviennent essentiellement de la maisonnée mais aussi de voisins ou de parents. Les prix pratiqués différent énormément selon le type de biens mais ont toujours en commun d’être en dessous des prix du marché (Herrmann, 1997).

Les garages sales sont publicisées sur des affichettes accrochées aux poteaux de signalisation, dans les journaux locaux et actuellement sur des sites internet. Elles ont lieu le week-end sur des plages horaires spécifiées. Les acheteurs qui arrivent avant les heures de vente pour examiner les articles, les early birds (lèves-tôt), sont la plupart du temps des restaurateurs professionnels ou des revendeurs. De telles ventes attirent également des personnes à la recherche des bonnes affaires, ou d’objets rares et inhabituels. La majorité des visiteurs sont toutefois des passants, des nouveaux arrivants à la recherche d’un complément de mobilier et les amateurs de garage sales. Les prix affichés le sont généralement seulement de manière indicative et font l’objet d’un marchandage.

Selon le profil de l’acheteur, la relation engagée va différer et va aller d’une transaction économiquement rationalisées peu différente des transactions commerciales, à des échanges très personnalisés. Pour l’anthropologue étasunienne Gretchen Herrmann (1997), les biens échangés sont autant des cadeaux, en raison de leur valeur symbolique et sentimentale pour les vendeurs, que des marchandises. Lors de la négociation du prix les relations sociales sont fortement prises en compte, aussi ce qui est vendu est plus que l’objet lui-même. L’échange s’apparente alors à un don dont le contre-don (l’argent reçu) place de façon paradoxale l’acheteur en position de débiteur. Les biens achetés lors de ces ventes nourrissent à leur tour des relations sociales et font l’objet de cadeaux informels dispensés à l’entourage (Herrmann, 1996 ; Ortar, 2015).

Buenos Aires, mai 2016 © N. Ortar

Sans qu’il soit possible d’établir une géographie précise du phénomène, ni de mesurer si la nature des transactions est partout identique, le terme a été largement repris dans d’autres pays comme en témoigne l’affiche photographiée à Buenos Aires en mai 2016.

Références bibliographiques

Cohen L., A Consumers’Republic. The Politics of Mass Consumtion in Postwar America, New York, Vintage Books, 2003.

Herrmann G., “Gift or commodity: what changes hands in the U.S. garage sale?”, American Ethnologist, Vol. 24, n°4, 1997, pp. 910-930.

Herrmann G., “Women’s Exchange in the U.S. Garage Sale: Giving Gifts and Creating Community”, Gender and Society, Vol. 10, No. 6, 1996, pp. 703-728.

Ortar N., « Chapitre 3 – Conserver, se débarrasser, donner, vendre. De l’art de composer avec les objets dans la Silicon Valley », in Anstett E., Ortar N. (dir.), La deuxième vie des objets: Recyclage et récupération dans les sociétés contemporaines, Paris, Petra, coll. Matière à recycler, 2015, pp. 47-66.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *