Biffin

Auteure: Virginie Milliot

Le terme  « biffin » apparaît au 19e siècle comme synonyme argotique de chiffonnier. Il pourrait être dérivé du mot « biffe » qui désignait depuis le 12e siècle un tissu rayé assez léger et par extension un chiffon sans valeur. Identification ou réduction de l’homme à la matière de son travail, le ramasseur de chiffons serait devenu biffin. Mais ce terme n’étant plus attesté sous cette acceptation depuis le 16e siècle, cette supposition reste hasardeuse[1]. C’est vraisemblablement à l’instrument de travail qui lui permettait de trier et de ramasser les déchets que le biffin doit son nom : « Le crochet ayant pour nom argotique la biffe, les chiffonniers furent baptisés biffins » (De Silguy 1996 : 62).  Quelques années plus tard,  ce sont les soldats d’infanterie de première ligne, qui furent dénommés biffins, parce qu’ils portaient leurs sacs comme une hotte de chiffonniers et étaient sales comme ces derniers… Sur le site du Ministère des armées, on raconte que ce sont  les troupes de la marine coloniale qui désignèrent ainsi les soldats de terre de l’armée métropolitaine dont les tenues négligées contrastaient avec  l’uniforme bleu qu’ils arboraient avec fierté[2]. Le terme y est encore utilisé aujourd’hui pour désigner un soldat de l’infanterie dans l’armée de terre et par extension tout soldat de l’armée de terre pour les autres armées. Le terme biffin a continué à être utilisé selon sa première acceptation dans le monde des puces, mais c’est en restant principalement arrimé à l’univers et à l’imaginaire militaire qu’il a traversé le siècle.

Ce terme est réapparu avec force dans le débat public parisien à la fin des années 2000. Des marchés spontanés d’objets principalement issus de la récupération se développaient dans différents quartiers du nord est parisien et suscitaient l’embarras et l’indignation des riverains (Milliot 2013). C‘est d’abord en termes de « marché sauvage », de « marché à la sauvette » ou de « marché des voleurs » que cette économie de trottoir a été perçue et discutée dans les arènes municipales. Ces catégories décrivaient ces marchés comme producteurs de désordre, d’insécurité et de saleté et ouvraient le champ à une action répressive. Pour lutter contre les interventions policières, les saisies, destruction de marchandises et les amendes à répétition, les vendeurs de rue de la Porte Montmartre (18e) se sont regroupés et mobilisés dès 2006. Une des premières actions de l’association « Sauve qui Peut » – rapidement épaulée par un comité de soutien d’habitants et de militants – a été de renommer cette activité pour la valoriser. Le terme de biffin a été préféré à celui de chiffonnier, que des expressions courantes comme « se battre comme des chiffonniers » continuaient à connoter négativement (Segalen 1984). Ce vieux mot d’argot pucier permettait de construire une continuité historique et une identité d’expériences avec les personnes âgées du quartier qui avaient toutes fréquenté, de près ou de loin, le marché aux Puces de Saint-Ouen : « les anciens arrivaient à voir autre chose que le maghrébin qui vendait, c’était leur histoire qui continuait autrement » m’expliquait un des membres fondateur du comité de soutien. Le terme biffin permettait de mettre en avant une tradition mais aussi des valeurs et des savoir-faire et de revaloriser cette activité à l’aune de la récupération. « La noblesse du biffin c’est le recyclage » peut-on lire sur les banderoles de l’association. Guyom Tout seul et les Jambons Volants ont accompagné cette lutte à l’accordéon par une chanson d’hommage aux biffins[3]. C’est donc dans le cadre d’une lutte politique contre la répression des vendeurs de rue, pour la reconnaissance de l’utilité sociale et écologique de leur activité de recyclage et pour une légalisation de ce commerce d’objets récupérés, que le terme « biffin » a été choisi et revendiqué. Il s’est imposé comme une catégorie stratégique, visant à redéfinir le caractère normatif de cette activité – qui devenait socialement utile – et le caractère moral des vendeurs – en tant que travailleurs dignes et autonomes.

Après plusieurs années de luttes, le « carré des biffins » a été créé Porte Montmartre en octobre 2009. Des vendeurs de rue, sélectionnés et encadrés par les travailleurs sociaux, de l’association « Aurore » peuvent vendre légalement trois jours par semaine des objets issus de la récupération (Milliot 2016). Pour défendre ce projet dans les arènes municipales et au conseil de Paris, les élus favorables à une légalisation partielle de l’activité, se sont évertués de différencier les « biffins » des « vendeurs à la sauvette ». Cette distinction leur permettait de justifier ce projet face à aux qui les accusaient de vouloir « légaliser des marchés de misère ». Au fil des débats et des controverses, la catégorie a fini par être essentialisée. Aux « biffins » également qualifiés d’« historiques », étaient attribuées de bonnes conduites en matière de récupération et reconnues des valeurs de travail et d’honnêteté. Les seconds, écartés du dispositif, étaient accusés de vendre des produits de recel, de contrefaçon, de la nourriture avariée et des produits dangereux en toute illégalité. Catégorie stratégique dans une lutte de définition, le terme biffin est ainsi devenu une catégorie exclusive. « Les biffins c’est une démarche différente, historique, c’est pour cela que le mot biffin n’est pas transposable ailleurs » affirmait le Maire du 18e. Les élus qui ne veulent pas de ces marchés affirment désormais que les vendeurs de trottoirs de leur arrondissement ne sont pas des biffins mais des vendeurs à la sauvette.

Le terme « biffin » n’a pas fonctionné comme une catégorie révolutionnaire capable de changer les représentations de cette activité. Il dessine aujourd’hui dans l’univers polymorphe des récupérateurs-vendeurs, les frontières d’un monde militant où le droit à la Biffe est revendiqué avec fierté. Les collectifs de soutien qui se sont constitués à Belleville (Balan 2016) et des associations comme « Rues marchandes » ou « Amélior » qui militent pour l’organisation de marchés d’objets issus de la récupération et pour la reconnaissance de cette activité,s’appuient sur ce champ sémantique. Mais ce monde hybride de vendeurs, de chercheurs et de militants reste très largement minoritaire. Les personnes qui glanent dans les poubelles de Paris des objets qu’ils essayent de transformer en marchandises sur les trottoirs parisiens sont estimées à environ trois mille aujourd’hui (Balan 2016). Il s’agit d’exilés, de sans papiers, de retraités dont la situation varie du dénuement le plus extrême à une précarité qu’ils s’efforcent d’accommoder. La grande majorité des récupérateurs vendeurs – hormis ceux qui sont insérés de longue date à la marge de l’économie des puces et ceux qui ont eu l’occasion de collaborer avec les associations suscitées – ignore le terme de biffin. Certains disent qu’ils font du commerce et la plupart ne donne pas de nom à cette activité, « On se débrouille, voilà tout », parce qu’ils vivent d’expédients en attendant mieux et ne pensent pas cette activité comme pérenne.

 

Références bibliographiques

Balan Hélène : Redéfinir la place de l’informel à paris. La controverse sur les biffins et les émarchés de la mière », thèse de doctorat de géographie, soutenue le 7 dévembre 2016 à l’Université de Rennes 2.

De Silguy Catherine (1996)  Histoire des hommes et de leurs ordures. Du moyen âge à nos jours,  Paris, Le cherche Midi.

Milliot, Virginie (2013), « Indignations et mobilisations autour des marchés de la pauvreté à Paris », Annales de la recherche urbaine, n° 108, octobre 2013, pp 117-127.

Milliot, Virginie (2016) « Une intenable bureaucratie de la rue : les travailleurs sociaux face aux débordements des marchés informels », Tsantsa, pp38-50

Segalen, Martine et Le Wita Béatrix  (1984) « Se battre comme des chiffonniers », Études rurales, volume 95, n° 1, pp 205-211.

 

[1] http://www.cnrtl.fr/definition/biffin

[2] http://www.defense.gouv.fr/actualites/articles/le-biffin-kesako

[3] https://www.youtube.com/watch?v=bW6tlAdtWRs


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *