Bricolage

Auteure : Elisabeth ANSTETT

© N. Ortar, Buenos Aires mai 2016

En français, l’étymologie du terme bricole réfère dans un premier temps -au Moyen Âge- à l’idée d’un rebond, d’un ricochet ou d’un détour, puis -employé au sens figuré à partir des Lumières- à l’idée du recours à un moyen détourné et habile, voire à une contrefaçon.

Le terme « bricolage » désigne, depuis le début du 20e  siècle, une activité non commerciale, regroupant de petits travaux manuels de réparation ou de création réalisés dans un cadre privé et domestique. L’univers du bricolage renvoie donc en premier lieu à celui de l’ingéniosité, de l’habileté et de la débrouillardise ; le bricolage est également désigné par le terme de « système D » (comme débrouille) qui a donné son nom au premier magazine français consacré au bricolage, créé en 1924, et qui compte encore de nos jours plus de 130 000 abonnés. Le terme bricolage, rapproché de celui de « bidouille » qui lui sert parfois de synonyme, peut toutefois aussi assumer une connotation péjorative et négative, notamment lorsqu’il désigne des réparations de fortune et un travail mal fait (non professionnel).

La question des liens qu’entretiennent les activités manuelles avec les sciences et les techniques, renvoie à un débat remontant à l’antiquité ;  la distinction entre une habileté simplement manuelle et une intelligence rationnelle  a été formalisée par Claude Lévi-Strauss dans son opposition structurale entre le « bricoleur » et « l’ingénieur ».

« Le bricoleur est apte à exécuter un grand nombre de tâche diversifiées ; mais, à la différence de l’ingénieur, il ne subordonne pas chacune d’elles à l’obtention de matières premières et d’outils, conçus et procurés à la mesure de son projet : son univers instrumental est clos, et la règle de son enjeu est de toujours s’arranger avec les « moyens du bord », c’est-à-dire un ensemble à chaque instant fini d’outils et de matériaux, hétéroclites au surplus, parce que la composition de l’ensemble n’est pas en rapport avec le projet du moment, ni d’ailleurs avec aucun projet particulier, mais est le résultat contingent de toutes les occasions qui se sont présentées de renouveler ou d’enrichir le stock, ou de l’entretenir avec les résidus de constructions et de destructions antérieures. »

(La Pensée sauvage, Paris, Ed. Plon, 1960, p 27)

Cette opposition a suscité de nombreuses discussions et critiques. Le terme de bricolage a, en effet, fait l’objet de plusieurs débats.

  • Il a tout d’abord été débattu dans l’étude des milieux ouvriers et populaires, et plus particulièrement dans les recherches de Véronique Moulinié, qui ont contribué à démontrer que les travaux de bricolage participaient de processus de désaliénation du travail prenant appui sur des pratiques de récupération, de détournement et de réemploi de matériaux ou d’objets, et sur une culture de l’ingéniosité. Ces études ont également montré que la fabrication de pièces uniques était porteuse de multiples enjeux (esthétiques et sociaux) et contribuait à une reconnaissance sociale des bricoleurs.
  • La notion de bricolage, entendue cette fois de façon métaphorique dans le prolongement des travaux de Claude Lévi-Strauss et surtout de Roger Bastide, a également fait l’objet de débats dans le champ de l’anthropologie religieuse : l’étude des différents agencements rituels et symboliques des sociétés africaines (notamment par André Mary) et latino-américaines contemporaines, participant au questionnement des termes de métissage, syncrétisme et hybridité.
  • Plus récemment, dans le prolongement des travaux de Jean Baudrillard, des philosophes tels que Pierre-François Dupont-Beurier ont interrogé à nouveaux frais la notion de bricolage, en s’interrogeant sur la consommation et ses effets de standardisation, dans les sociétés d’abondance marquées par une production massive de biens manufacturés et industrialisés.

Bibliographie indicative

Bonnette-Lucat, Claude, Le bricolage: usages sociaux du » temps libre ». 1991. Thèse de doctorat. Paris 8.

Bastide, Roger, « Mémoire collective et sociologie du bricolage », L’Année sociologique (1940/1948), 1970, vol. 21, p. 65-108.

Corbin, Alain, L’avènement des loisirs : 1850-1960, Paris, éditions Aubier, 1998.

Dupont-Beurier, Pierre-François, Petite philosophie du bricoleur, Toulouse, Milan, 2006.

Gille, Bertrand, Histoire des techniques, École pratique des hautes études. 4e section, Sciences historiques et philologiques, 1977,  vol. 109, n° 1  pp. 723-786 http://www.persee.fr/doc/ephe_0000-0001_1976_num_1_1_6297

Mary, André, « En finir avec le bricolage…? », Archives de sciences sociales des religions, 2001, p. 27-30.

Moulinié, Véronique, «’’Ils se foutaient tous de ma gueule’’ ou l’objet bricolé comme mise en scène de soi », Socio-anthropologie, 2014, n° 30, p. 65-82.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *