Compte-rendu de la séance du 13 Octobre 2011

« Une boîte de conserve, par exemple, caractérise mieux nos sociétés que le bijou le plus somptueux ou que le timbre le plus rare. Il ne faut donc pas craindre de recueillir les choses même les plus humbles et les plus méprisées […] En fouillant un tas d’ordures, on peut reconstituer toute la vie d’une société ».                                                                       

Marcel Mauss, Instructions sommaires pour les collecteurs d’objets ethnographiques, 1931.

 

Cette première séance de l’atelier « Deuxième vie des objets » a réuni une vingtaine de participants dont Nathalie Ortar (chargée de recherches MEDDAT-LET), Elisabeth Anstett (chargée de recherches CNRS-IRIS), Octave Debary (maître de conférences Université Paris Descartes-Lahic), Philippe Gabel (photographe) et Howard S. Becker (professeur émérite de sociologie) présent à Paris à l’occasion de la publication de l’ouvrage Vide-greniers (paru en mars 2011 aux éditions Créaphis) qui nous a été présenté par ses auteurs.

Au cours des interventions et des débats qui ont suivis, plusieurs idées clés ont émergé, qui nous semblent tout à fait susceptibles de faire à nouveau l’objet de discussions futures. Plutôt que de vous livrer un long verbatim de ces 3 heures d’atelier, il nous a semblé plus intéressant d’en établir un bilan synthétique.

  • Tension entre conservation et débarra, entre identité et altérité.

En référence au travail de Pierre Sansot (Ce qu’il reste, Payot, 2006) : comment mordre sur le reste, sur les frontières de tout ce qui n’est pas/plus moi et me sert pourtant de si près ? Le reste énonce le temps qui passe. L’anthropologie a voué une passion pour le reste et la réutilisation de ce qui est fait de nos restes, ce qui pose la question de la mémoire : quel avenir donner aux objets en fin de vie ?

C’est ainsi que se pose le problème du stockage des objets ; déstocker (donner/offrir/vendre) les affaires de ses enfants c’est faire le deuil de l’enfance de ses enfants ; stocker (ranger/garder) c’est éviter le problème du tri définitif. Ainsi serait-il intéressant de porter notre regard sur les modalités de relégation : le musée, le garage, les greniers/caves, les déchèteries, les ressourceries…

  • Question du religieux, de la dimension symbolique des vide-greniers

Les vide-greniers semblent avoir remplacé la messe du dimanche, dans un contexte occidental qui est celui de la sécularisation des pratiques religieuses et de la déprise de l’Eglise catholique. Les visites de ces lieux s’accomplissent telles un pèlerinage (retours annuels, silences relatif des visites) dont l’acquisition n’est ni le but ultime, ni l’aboutissement (on revient même après avoir acquis des objets).

Ces lieux sont-ils les nouveaux « temples » de la consommation, où se déroulent autant de « cènes » que d’acquisitions ? L’acquisition correspond-elle au moment de la « résurrection » d’un objet ?

Ou bien d’autres registres religieux sont-ils mobilisés par ces pratiques de circulation des objets, telle une relation fétichiste avec un artefact singulier par exemple ?

  • Tension entre histoire et mémoire

Les objets peuvent être considérés comme des passeurs d’histoires, dans la mesure où ils conservent la capacité à raconter quelque chose ; les objets sont ainsi des supports de récits et deviennent même des témoins, ils permettent  de dire ce qui s’est passé.

A ce titre, les objets sont des supports de création de mémoire, ils permettent aussi de s’inventer une histoire, l’objet fait trait d’union. Trouver un objet dans un vide grenier c’est se réapproprier une histoire qui manque. Pour sa seconde vie, l’objet ne transmet plus une mémoire mais devient support d’une histoire « vide », qui peut être inventée ou imaginée.

Qu’est-ce qui nous échappe, dans les objets ? L’histoire de notre relation à l’objet, est à peut-être à mettre en parallèle avec la ville remodelée, lorsque les quartiers sont vidés de leurs habitants pour être réhabilités (on préserve l’histoire, mais pas les supports de la transmission). Car l’objet est aussi archive du monde.

Voir également, la livraison de la revue L’Homme n°170, 2004 « Espèces d’objets« .

  • Matérialité versus dématérialisation : rendre tangible des références dans un monde dématérialisé

Théâtralité des objets, car ils conservent une capacité à évoquer et mettre en scène des univers entiers (des mondes) dont ils sont l’emblème ou bien qu’ils permettent de suggérer.

Cf. le travail de Jean-Luc Mattéoli sur l’objet pauvre dans le théâtre contemporain (article dans Images re-vues, http://imagesrevues.revues.org/125 et l’ouvrage L’objet pauvre – Mémoire et quotidien sur les scènes contemporaines françaises, PU Rennes, 2011.

Poétique de la culture matérielle : l’objet suscite l’évocation, l’association d’idées, de couleurs ou de mots. L’acquisition d’un vieil objet, usagé, renvoie ainsi à une pratique poétique plus qu’utilitariste.

  • humour et second sens, existence d’une signification cachée des pratiques que nous observons

Jouer au marchand avec les restes de la société marchande, vendeurs occasionnels d’objets d’occasion. Accommoder les restes : référence à l’univers des aïeux.

Les objets permettent aussi un jeu sur le sens des mots, et offrent un autre regard (ironique et donc critique) sur les pratiques de consommation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *