Compte-rendu de la séance du 9 février 2012

Cette troisième séance de notre atelier , qui a eu lieu comme les deux premières au sein des locaux de l’EHESS à Paris, a été animée par Emilie Guitard, Stéphanie Messal qui ont présenté leur travail doctoral et Nathalie Ortar qui a présenté une recherche en cours, et placée sous la modération d’Anne Gagnebien. Cette séance a été marquée par la venue de notre collègue marocaine Mme le professeur Elhassania  ELHERRADI, chimiste travaillant sur le recyclage et la valorisation des déchets à Rabat.

La thématique de la séance portait sur le tri et les systèmes de valeur. Trois aires géographiques ont été abordées au cours de cette séance : l’Afrique avec les tas d’ordure à Garoua et Maroua au Cameroun (Emilie Guitard), la France avec les ressourceries de Marseille (Stéphanie Messal), et les Etats-Unis avec la deuxième vie des objets dans la baie de San Francisco (Nathalie Ortar).

Plusieurs thématiques communes ont émergé de ce triple questionnement sur les systèmes de valeurs qui sous-tendent les pratiques de tri et de recyclage. Ces thématiques ne sont pas sans permettre un approfondissement de questions qui ont déjà été discutées au cours des séances précédentes telles que :

  • La tension entre conservation et débarras, entre identité et altérité.
  • La tension entre histoire et mémoire
  • La question de la dimension religieuse plus que simplement symbolique, des pratiques de recyclage :

Avant de devenir « déchet », l’objet a été au plus près de l’intimité des individus. Montrer ses « restes » c’est donc dévoiler aussi une partie de soi qui a été déclassée, les jeter c’est s’exposer, en parler c’est aussi se dévoiler. L’objet en passe de devenir un déchet représente à ce titre un point névralgique de l’individu, une faiblesse, et c’est bien en ce sens que le déchet peut ensuite être réutilisé dans le cadre de pratiques religieuses telles que le vaudou.

Le pouvoir des déchets c’est celui de la souillure (voir travaux de Doris Bonnet –biblio ici– et Yannick Jaffré –biblio ici– sur l’hygiène en Afrique): ce pouvoir est présent aussi bien dans les sociétés occidentales qu’africaines. Le pouvoir du reste (du déchet) c’est celui de la contagion.

  • La question du politique

La gestion des déchets est une question politique, que les déchets soient une preuve de puissance et de richesse comme au Cameroun, ou bien que les déchets constituent la source d’un problème sociétal qu’il convient d’évacuer et de cacher à la vue en montrant ce faisant sa capacité à être un bon gestionnaire des espaces urbains (voir la crise de la gestion des déchets à Naples et la critique d’un État italien en faillite dans une région largement sous contrôle mafieux).

Le déchet (et sa gestion) est révélateur des tensions politiques et sociales dans leur ensemble. (Cf JP Warnier –voir biblio ici– et M. Foucault sur la gouvernementalité –voir les archives numériques ici-).

Plusieurs thématiques ont par ailleurs été abordées en détail pour la première fois :

  • Concernant les systèmes de valeurs qui sous-tendent les pratiques de récupération

Vendre en personne, donner en personne, revient à disposer d’une partie de son histoire ; le don (ou la cession) peut alors être redoublé par le don de nourriture qui scelle l’acceptation de l’échange. Lorsque la nourriture est refusée cela introduit une dissymétrie, et cela crée un déséquilibre de l’échange.

Quelle est l’origine de ce déséquilibre ? Ne pas accepter le don de nourriture, c’est resituer l’objet à la seule sphère marchande, dans une relation où le contre-don est ponctuel (et monétaire) et n’engage pas au-delà de la relation immédiate. Accepter la valeur symbolique de l’objet c’est aussi accepter que l’objet ait pu être volontairement déprécié (d’un point de vue marchand) afin de mettre l’accent sur sa valeur symbolique, une valeur d’une part difficile à apprécier et d’autre part qui minimise l’échange marchand et qui peut lui donner presque une valeur d’aumône.

  • Concernant le sens conféré aux objets :

Se séparer d’un objet : quels objets sont placés au rebut, quels objets sont donnés soit directement à des proches, soit par l’intermédiaire d’une vente ou du don à une institution ? Les différentes façons de se débarrasser d’un objet impliquent-t-elle différents systèmes de valeur ? Évoluent-elles en fonction des personnes et/ou des objets ? Quelle différence existe-t-il entre les objets placés au rebut et ceux pour lesquels il est nécessaire de trouver le « bon » récipiendaire ?

Offrir de la nourriture lors de l’échange (marchand ou non) est-ce une façon de renforcer le don et de le porter encore plus du côté du symbolique, ou bien de s’excuser de la faible valeur des objets échangés ? L’échange de nourriture déplace la nature de l’échange mais de quelle manière, et cela s’effectue-t-il de la même façon en France et aux USA ? L’échange a-t-il la même portée ?

Le statut du déchet : un objet deviendrait un déchet quand la relation entre deux individus a échoué. Qu’est-ce que le déchet quand tout a été récupéré ?

Un déchet peut perdre ce statut si un individu s’y intéresse de nouveau, soit :

  •  Sans transformation après réparation ou non
  • En le transformant/le modifiant
  • En lui attribuant une valeur symbolique

Pourquoi donner ? Au sein des sociétés occidentales : existe-t-il différents profils de donataires ? Comment distinguer le militantisme orienté vers le développement durable, de l’utilitarisme, d’habitudes acquises lors de l’enfance ?

Les moments/contextes du don influent-ils sur la valeur ou sur le sens donnés aux objets ? Le moment du désencombrement correspond en effet souvent à un moment de rupture biographique (deuil, déménagement, naissance) qui peut remettre en cause des systèmes de valeurs symboliques.

  • Concernant le sens conféré à la valorisation des déchets :

La valorisation combine la valeur symbolique d’un objet et sa valeur marchande. Voir travaux de Gretchen Herrmann sur les « garage sale » aux USA (ici).

Le trajet de l’objet quittant un espace privé produit des espaces sociaux et publics distincts qui sont associés à des étapes de valorisation (ou de dévalorisation), mais aussi des espaces géographiques extrêmement distincts (la poubelle, la décharge, l’atelier, la ressourcerie, le magasin). A ce titre les objets servent aussi à identifier des lieux, et des pratiques sociales, qui y sont associés. Le trajet du déchet induit une topographie spécifique.

Entre le statut de l’objet et celui des personnes, de quoi parle-t-on ? Est-il nécessaire d’effectuer une différence entre l’objet et la marchandise ? Cf travaux d’Alain Testard sur le don et la monnaie, voir ici).

  • D’un point de vue méthodologique :

Difficulté à documenter les pratiques de recyclage des déchets, qui renvoient à des pratiques intimes mais aussi à des pratiques stigmatisées socialement (pratiques de la honte)

Observer le cycle de vie des objets, même en se focalisant comme le fait Emilie Guitard sur les rebuts (ce qui du point de vue de la société  ne peut plus être recyclé), nécessite une approche multisituée seule capable de restituer toutes les dimensions politique, économique et sociale induites par la circulation des déchets.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *