Compte-rendu de la séance du 5 avril 2012

April 13, 2012
By

Cette quatrième séance de notre atelier était consacrée aux pratiques de recyclage en milieu saharien. Elle a été animée par Tatiana Fougal (Muséum National d’Histoire Naturelle) intervenant sur «l’utilisation des matières plastiques dans le tressage des vanneries au Sahara (Maroc, Algérie, Tunisie) » et Sébastien Boulay (Université Paris Descartes) intervenant sur les «Dynamiques des pratiques de  recyclage en Mauritanie », et présidée par Marie-Luce Gélard (Université Paris Descartes).

Tatiana Fougal a introduit la séance en revenant sur les concepts d’emprunt, développé notamment par André Leroy-Gourhan et de métissage utilisé dans l’analyse de l’introduction d’objets exogènes.
L’emprunt est une « acquisition d’éléments externes d’origine humaine » selon A. Leroy-Gourhan. Pour qu’il y ait emprunt il est nécessaire
-    qu’il y ait un milieu favorable donc l’existence d’un besoin à satisfaire. La raison de l’emprunt est souvent la disparition de matériaux vernaculaires ;
-    que le milieu d’accueil possède un milieu technique favorable à l’emprunt ;
Le refus de l’emprunt est tout aussi intéressant que l’emprunt.
L’emprunt s’effectue selon trois étapes :
-    la transplantation ;
-    l’admission et la modification, il s’agit là de souligner le caractère actif de la réception ;
-    ses répercutions : il existe des emprunts sans répercutions sur le milieu d’accueil et d’autres qui le transforme.
Le métissage culturel : le métissage culturel oblige à interroger les sociétés émettrices comme celles qui reçoivent les emprunts chez elles. Le métissage culturel est post-moderne contrairement à l’emprunt qui est moderne.
Le métissage culturel s’effectue au travers :
-    d’objets exogènes utilisés tels quels ;
-    d’objets habillés « toilettage local » ;
-    d’objets déstructurés au travers de la récupération et du recyclage ;
-    d’objets copiés.
En Afrique sub-saharienne l’arrivée des objets provenant des pays occidentalisés s’est effectuée en quatre étapes :
-    période pré-coloniale : les objets arrivaient sans transformation locale pour répondre à un besoin essentiellement de luxe les objets usuels étant produits localement ;
-    colonisation : arrivée d’objets industriels ;
-    période de crise : les ONG répondent aux crises en important des objets qui sont utilisés tel quel sur le moment mais ont pu par la suite être transformés ;
-    époque moderne : les objets et matières arrivent dans le cadre d’échanges commerciaux intra et internationaux.

Concept d’emprunt :
A. Leroi-Gourhan, Milieu et techniques, Editions Albin Michel, 1992
Chapitres : « L’emprunt »  (pp. 351-376) et « Emprunt et invention » (pp. 392-395)
P. Rouillard (dir.), Mobilités, immobilismes. L’emprunt et son refus, Editions De Boccard, 2007

Exemple d’emprunt et de métissage : la vannerie en Algérie, Maroc, Tunisie
La vannerie a subi une profonde transformation par l’usage de matière plastique comme décor.
La matière utilisée provient de quatre sources différentes. Elle peut être :
-    Empruntée, ce qui souligne le caractère actif de la réception. Exemple : sacs en plastiques achetés pour être découpés en lanières ;
-    Récupérée : sachets de lait. Le produit est consommé et l’emballage soigneusement conservé ;
-    Détournée : il s’agit là de soustraire une matière à un usage prévu initialement comme par exemple en récupérant les trames des tapis ;
-    Recyclée : anciens sacs de jutes en plastique tressé détressés.
En utilisant la matière plastique pour la vannerie il s’agit de montrer son prestige social et sa modernité par l’usage d’une matière venue d’ailleurs. Montrer aussi son inventivité en créant de nouvelles façons de travailler adaptées aux nouveaux produits.

Métissage des objets et des techniques
Expositions
1978 : « Fil blanc et fil de fer  » (Centre Pompidou)
1984 : « Objets prétextes, objets manipulés  » (Neuchâtel)
1994 : « Ingénieuse Afrique. Artisans de la récupération et du recyclage  » (Musée de la civilisation de Québec)
1998 : « Topiques métis » (Musée des ATP, Paris)
1999 : «  Objet désorienté au Maroc  » (Musée des Arts décoratifs de Paris)
2008 : « Planète métisse », Musée du Quai Branly

Publications
1996 : Bromberger Ch. et Segalen M. (dir.), Culture matérielle et modernité, L’Ethnologie française, t. XXVI
1997 : Laplantine F.  et  Nouss A., Le métissage,  Flammarion
1999 : Bromberger Ch. et Chevalier D. (sous la direction de), Carrières d’objets, Edition de la Maison des Sciences de l’Homme.
1999 : Gruzinski S., La pensée métissée,  Fayard
2000 : Bonniol J.-L. (dir.), Paradoxes du métissage, Editions du CTHS
2000 : Amselle J.-L., “ Le métissage : une notion piège ”, in Sciences humaines, n°110
2003 : Turgeon L., Patrimoines métissés. Contextes coloniaux et postcoloniaux. Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris/ les Presses de l’université Laval
2008 : Gosselain, Olivier et al, “Des choses, des gestes, des mots. Repenser les dynamiques culturelles”, Techniques  culture, n°51,  2ème semestre 2008, Editions de la Maison des sciences de l’Homme.

Sébastien Boulay: dynamiques des pratiques de  recyclage en Mauritanie
Tout objet a une vie qui commence à sa création, poursuivi par son usage jusqu’à son obsolescence. Une fois devenu déchet l’objet peut encore connaître d’autres trajectoires ex du pneu dont la chambre à air va servir d’outre à eau tandis que l’enrobage sert notamment à fabriquer des sandales. L’objet jeté peut donc encore être récupéré. Autre exemple, celui des cartes téléphoniques jetées puis recyclées pour en faire des enseignes.
Pour les nomades les objets étaient réutilisés jusqu’à ce qu’il soit devenu impossible de plus les réparer. Les réparateurs et créateurs étaient les forgerons qui étaient capables de réparer n’importe quel objet. Cela n’empêchait pas la création de déchets qui étaient tous biodégradables puisque fabriqués à partir de matières organiques. Les nomades déménageaient lorsque les ordures devenaient trop envahissantes.
Dans le contexte de la sédentarisation la gestion des déchets soulève plusieurs types de questionnements :
-    La gestion des déchets lorsque le déménagement n’est plus possible : qu’est-ce qui est récupéré qu’est-ce qui ne l’est pas, selon quelles  modalités ? qui réalise un profit avec les ordures ? quel est le sens des tas d’ordures, leur pouvoir ? quel est leur fonction notamment de marquage du territoire actuel et futur ?
-    La disparition des métiers de forgeron : une fois sédentarisé atténuation des liens et perte des réseaux de réparateurs ; de tels liens peuvent-ils être recréés et comment ?
-    Extension sociale et spatiale des filières de recyclage : comment s’effectue l’apprentissage du recyclage ?
Références
Boulay, Sébastien « Ethnographier l’insignifiant ? Itinéraire d’une guirlande singulière entre Nouakchott et Nanterre», in Profils d’objets. Approches d’anthropologues et d’archéologues, edited by Fabienne Wateau, Catherine Perlès and Soulier Philippe, Colloques de la Maison René-Ginouvès. Paris, De Boccard, 2011: pp. 209–219.


Print This Post Print This Post

Tags: ,

Posted in: Comptes-rendus de séances de l'Atelier

Leave a Reply


Research blogs