Compte-rendu de la séance du 9 juin 2012

La dernière séance de l’année 2011-2012 était animée par Aurélie Dehling (voir la rubrique thèses en cours), Stéphanie Tabois (maître de conférences à l’Université de Savoie) et Sofian Beldjerd (maître de conférences à l’Université de Tours).

Les trois interventions ont permis d’éclairer la façon dont un objet pouvait acquérir ou perdre son caractère nécessaire. Plusieurs questionnements ont ainsi émergé autour de la pratique du tri et de la sélection des objets, du statut  du rebut.

En partant de ces questionnements, Aurélie Dehling s’est demandé si le fait d’acheter des objets qui ont déjà servi est le reflet :

–          d’une consommation responsable ?

–          d’une habitude d’économie qui sert d’alibi à la consommation ?

–          d’une véritable nécessité économique ?

Le Québec où A. Dehling a mené son enquête est, en effet, le royaume du neuf; la consommation est le sujet principal des conversations : quel peut être la place d’un objet qui a déjà vécu et qui donc n’est pas neuf et représente une technologie dépassée ?

Comment naît le besoin d’objet? Le processus d’appropriation commence en effet dès la naissance du besoin de l’objet. Est-ce que l’on s’approprie de la même façon pour soi et pour les autres ?

L’objet acheté d’occasion peut-il être le symbole du lien social ? On comprendrait alors que des antiquités acquièrent un statut différent dont on devient le passeur, l’objet n’ayant pas besoin d’être à nous. Cette assertion interroge toutefois car dans ce cas pourquoi éprouver la nécessité de le transmettre et qu’est-ce que l’on transmet en le passant à la génération suivante ?

Quels sont donc les objets que l’on achète dans les « Garage Sales » où que l’on récupère dans la rue ?

Les pratiques durables relèvent de pratiques incorporées, ce qui pose la question du point de vue des politiques publiques qui s’interrogent sur la meilleure façon d’arriver à une congruence entre des recommandations publiques et un bien être privé.

Stéphanie Tabois et Sofian Beldjerd ont interrogé pour leur part le rapport aux objets, en menant une enquête ethnographique en France auprès de couples de retraités et en observant le contenu de leurs greniers et/où garages. Un questionnement émerge ainsi sur ce que l’on doit aux objets?

– existe-t-il une obligation morale envers eux? Dès lors jeter est dérangeant car il est dérangeant de jeter quelque chose qui a du sens. Jeter fait violence car l’objet peut encore servir et existe en tant que forme signifiante. On peut briser un objet pour éviter de l’enterrer vivant, le laisser s’abimer pour pouvoir le jeter.

– existe-t-il un plaisir à faire vivre les choses? Le bon usage procède d’une optimisation entre diverses contraintes (fonctionnelles, esthétiques, symboliques, sociales) d’où la recherche de solutions qui conviennent à tous les registres. Mais alors, comment prend-t-on le contrôle des objets ?

Le décor semble manifester une logique d’ordre spatialisé, les objets s’attirent entre eux. On remarque ainsi le rôle de l’espace domestique dans le ralentissement de la vie des objets : le grenier est un espace de relégation mais jamais de vide. Le grenier sert à entreposer le refoulé : quand est-ce que cela est pensé lors d’un achat ?

L’atelier est, quant à lui, le lieu dans lequel on agit sur les choses. La sortie d’un objet du grenier où il a été relégué, conduit à un certain formalisme. Il est difficile de se séparer d’objets que l’on a gardés longtemps. Le tri sera souvent effectué par la/les génération(s) suivante(s).

Les interventions ont relevé un parallèle intéressant entre le processus de purification des objets lorsqu’ils pénètrent les domiciles et le processus de disqualification des objets. En effet, l’objet qui acquiert une deuxième vie, suit un processus de purification (symbolique et matérielle) soit en passant un temps dans le garage, soit en étant nettoyé à la javel. Les objets ne pénètrent pas ainsi impunément dans l’espace domestique lorsqu’ils ont déjà appartenu à quelqu’un d’autre.

Les objets ont une vie au sens biographique. Dans les greniers et les garages les objets se ré-ensauvagent contrairement aux pièces de vie où ils sont domestiqués. L’objet vit dès lors qu’il est apprivoisé. On trouve dans les greniers un certain nombre d’objets récurrents : les livres qui ne sont jamais jetés, les objets redondants, les objets obsolètes, les objets qui pourraient « redevenir à la mode ».

Quels sont les objets qui s’érodent par la familiarité ? Pourquoi est-il difficile de donner ou de jeter ? Quel est le rôle des greniers et pourquoi dans ces lieux certains objets sont-ils protégés et d’autres exposés de façon à ce qu’ils s’abiment et deviennent un jour jetables ? Comment neutralise-t-on les objets ? Et question presque symétrique : pourquoi se laisser envahir par les objets ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *