L’obsolescence déprogrammée : Prendre le parti des choses pour prendre le parti des hommes, Fablabs, makers et repair cafés par Marie Goyon

crédit photographique : Fabrique d'Objets Libres, Laboratoire de l’obsolescence déprogrammée (LOD)

crédit photographique : Fabrique d’Objets Libres, Laboratoire de l’obsolescence déprogrammée (LOD)

Il est établi que les objets ont une vie sociale, affective et sensible dont on peut même retracer le parcours biographique (Appadurai, Kopytoff). Ils ont parfois une « seconde vie » par l’intermédiaire de dispositifs divers, prenant la forme de détournement (artistique comme par exemple le travail précurseur de Marcel Duchamp), de recyclage, de métissage ou de façon plus directe de deuxième vie d’usage (le marché de l’occasion et de la « seconde main »).

Dans le cadre de cette recherche j’interroge plus précisément la dimension politique de la seconde vie des objets, à travers la réparation et le bricolage. Nous verrons que les choses et les hommes développent actuellement des rapports prenant de nouvelles formes d’organisation, à travers les mouvements des Fablabs, des makers et des repair cafés. Dans ces lieux associatifs sont développés une forme d’utopie sociale, un essor collaboratif qui a le mérite d’interroger la question des transferts d’expériences et de savoir faire entre de traditionnels experts de la conception et de la fabrication (ingénieurs et designers en particulier) et le « grand public », à travers un mouvement qui prône la participation et l’open source. C’est ainsi autant une forte dimension proprement anthropologique, dans le rapport au corps et à l’expérience du « faire » qui semble se développer, en même temps qu’une alternative économique et politique.

Entrons-nous dans une ère placée sous le signe du néo-artisanat et du « bricolage » ? Outre une dynamique d’expansion économique du bricolage « marchand » observable autour de la décoration d’intérieur notamment (Desjeux), dont le visage emblématique s’inscrit sur tous les écrans de télévision français avec des émissions comme Deco (M6) ou Question Maison (France 5) sponsorisées par de grandes enseignes comme Leroy Merlin ou Castorama, on observe des initiatives vouées au bricolage comme art de vivre et art de la réparation, de l’économie budgétaire et ressourcielle, en vue de la prolongation de la vie des objets et de la lutte contre le « gachis » et « l’obsolescence programmée ». Nous nous attarderons sur cet aspect, dans la mesure où ces initiatives s’inscrivent dans un contexte sociopolitique et économique très actuel et prennent place dans des organisations dites « citoyennes », aux deux sens du terme cad à l’initiative des citoyens et au sens éthique et politique, cad orienté vers le bien commun de la Cité. Dans ces expérimentations sont « travaillées » de façon très expérimentale et expérientielle toute une série de modes de relations entre objets, matières et sujets. L’action sensible sur et avec la matière s’affirme comme action sociale et politique, venant nourrir d’un éclairage original les réflexions classiques de l’anthropologie de la culture matérielle, du corps et des techniques.

Cette réflexion, encore assez large car portant sur des objets très neufs, est appuyée d’une part par des recherches sur les sites Internet des initiatives « fablabs », « makers » et « repair » et d’autre part sur mes premières observations ethnographiques réalisées auprès de la FOL (Fabrique d’Objets Libres, fablab associatif lyonnais) dans le cadre du « repair café » et de l’Atelier LOD (Laboratoire de l’Obsolescence Déprogrammée) organisés depuis l’été 2013.

 

Références

Appaduraï et Kopytoff : APPADURAI Arjun (dir.), 1988, The Social Life of Things, Commodities in Cultural Perspective, Cambridge University Press.

Desjeux : 2012 Dominique Desjeux, conférence sur le bouleversement du marché du bricolage, les contraintes de pouvoir d’achat,
la consommation économe et le consommateur malin  : http://www.argonautes.fr/uploads/uploads/documents/201212ModesdeviecontraintesV4.pdf

contact: Marie Goyon, enseignant-chercheur, Ecole Centrale de Lyon, Programme IDEA, marie.goyon[at]ec-lyon.fr, 04 72 18 29 92, 17 chemin du Petit Bois 69134 Ecully cedex

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *