Recyclage in situ par Sandrine Dole

sandrine dole_oasis urbaine_01_2651_webDesign & Recyclage

En tant que designer de produits intervenant en Afrique depuis 1999, dans une logique de développement durable que j’ai intitulée « Design in situ », je travaille régulièrement sur la récupération et le recyclage d’objets et de produits semi-finis.

J’ai joué tour à tour : au Burkina Faso avec des palettes de manutention et à Madagascar avec des cageots à fruits pour du mobilier de scénographie dans les deux cas, au Maroc avec des chambres à air usagées de mobylettes pour une collection d’accessoires textiles et de petit mobilier pour la maison, des chutes neuves de sangles de voiture pour une marque d’accessoires de mode, et dernièrement, des bobines de chantiers pour du mobilier urbain.

Je suis généralement à l’initiative du recyclage, hormis lorsque des commanditaires et des partenaires font appel à moi en raison de mes préoccupations éthiques. Les motivations pour le recyclage sont variées dans ces projets :

écologie : réemploi de matériau, plutôt que consommation de matières premières neuves permettant parfois la diminution des déchets environnants ;

économie : baisse du coût global de production ou au moins priorité donnée aux dépenses en main d’œuvre par rapport aux dépenses en matière ;

  communication : transmission facilitée d’un message grâce à l’emploi d’un support déjà connu ;

  esthétique : jeu poétique à partir d’objets souvent communs dans leur usage mais plastiquement forts ;

philosophie : invitation à exploiter les potentialités de son environnement direct et à le réinventer.

On est bien loin de la complainte du manque et de l’apologie du bricolage ! L’upcycling repose dans ces projets sur l’emploi innovant et rigoureux des ressources disponibles « ici et maintenant ». Il s’agit chaque fois de privilégier la matière grise par rapport à la matière neuve. Et comme on a coutume de le dire dans la discipline : plus il y a de contraintes, plus il y a de créativité. Bel enjeu, pour le designer d’endosser le rôle d’alchimiste pour le bien-être de tous !

 

sandrine dole_oasis urbaine_10_7831_webFocus sur « L’Oasis urbaine », Maroc, 2014

 

Concept

 

« L’Oasis urbaine » est un îlot éphémère de bancs publics végétalisés. Elle offre aux passants un moment de détente, de poésie et de convivialité au milieu du tumulte urbain. Lorsque « L’Oasis urbaine » disparaît, son souvenir invite les autorités locales à repenser l’aménagement du site en particulier et des espaces verts en général.

Réinventer le vert des villes !

Ayant vécu successivement sous le climat tempéré d’une banlieue parisienne composée de pavillons avec jardin, puis au Cameroun dans une mégapole tropicale envahie par la végétation luxuriante, et finalement depuis huit ans à Marrakech où la canicule sèche est depuis des siècles adoucie par les jardinets d’intérieur, j’en suis venue à me pencher sur la place du végétal au quotidien, notamment en ville.

Au Maroc, le développement urbain intensif prend visiblement en compte la nécessité de maintenir, voire de créer, des espaces verts. Mais les options choisies sont controversables : trop souvent, ces espaces aseptisent les rapports de l’homme à la nature en même temps qu’ils stérilisent les rapports entre citadins.

Explorer d’autres formes d’aménagement que ceux couramment pratiqués semblait nécessaire. Trois axes en particulier revenaient de manière récurrente :

prendre en compte les pratiques sociales locales avant les schémas internationaux,

  interagir avec les sites loin d’une disposition rectiligne systématique,

employer à bon escient la végétation, en termes de contraintes, notamment pour la consommation d’eau, et de vertus, au-delà de la simple fonction décorative.

Malheureusement en matière de recherche et de création, comme souvent au Maroc et dans le reste de l’Afrique, l’intérêt et les moyens manquent. On en arrive à initier soi-même des projets. Ce domaine n’y dérogeant pas, restait à créer l’opportunité.

Une intervention dans l’espace urbain est lourde en termes financiers, légaux, relationnels… Après quelques tentatives, force m’a été de renoncer à monter d’office un projet d’aménagement à la fois radical et permanent. Une solution intermédiaire permettrait par contre d’ouvrir, modestement mais réellement, la réflexion : l’installation éphémère. Les événements culturels dans l’espace urbain sont en effet monnaie courante au Maroc, et fourniraient un cadre propice : accepté par les autorités, supporté par différents financeurs, précisément ouvert aux créateurs et accessible par les passants.

« L’Oasis urbaine » est née de/dans ce contexte. Elle s’offre comme support à l’imagination, à la manière de ces bouts de rien à partir desquels les enfants inventent leurs histoires et construisent leurs jeux. L’installation est suffisamment attractive pour que tout un chacun se l’approprie, suffisamment éphémère pour résister à un usage public et suffisamment manipulable pour être éphémère. L’installation, aussi réussie soit-elle, n’est pourtant pas une fin en soi : l’histoire ne doit pas s’arrêter avec le démontage. Brouillon grandeur nature, « L’Oasis urbaine » se veut l’amorce d’un processus bien plus vaste qui plongerait les citadins au cœur de ses préoccupations et auquel participerait une équipe pluridisciplinaire. A la clé : l’émergence de nouveaux espaces verts, pertinents, qualitatifs et durables.

Dans « L’Oasis urbaine », le recyclage n’est ni un point de départ ni une finalité : c’est un moyen autant physique que conceptuel.

Objet recyclé

Les carcasses en bois des bobines de câbles (tourets) sont le matériau principal de « L’Oasis urbaine ». Ces bobines se trouvent dans les chantiers de construction et de voirie, omniprésents au Maroc et en particulier à Marrakech. Bien souvent, les bobines, une fois vides, sont bricolées en clôtures ou consumées dans les fours des boulangers et des hammams… Savoureux pied de nez qu’offre le recyclage d’un chantier en jardin !

Les dimensions des bobines sont variables, les plus impressionnantes dépassent deux mètres de diamètre, mais le principe de transformation est simple et rationalisé. En fonction de l’état des bobines récupérées pour le projet, elles ont été soit vernies pour laisser le bois apparent, soit peintes en vert pour rester dans l’idée du jardin et en rappel aux bancs publics du monde entier.

Usages & sens

Les plantes sont sélectionnées pour leur signification dans la culture locale, leurs qualités plastiques (feuillage, ombrage, couleur…), leurs dimensions permettant une utilisation confortable des bancs et leur robustesse (manipulation, climat, arrosage…). Au cœur de la première « Oasis urbaine » : un olivier.

La forme des bancs, leurs différentes tailles et leur disposition permettent à la fois de :

créer une touffeur de plantes et une impression d’aléatoire rompant avec l’environnement urbain,

offrir des zones de convivialité entre les utilisateurs mais aussi des espaces plus intimes,

– faciliter la circulation au sein de l’espace et autour.

Deux types de bancs sont proposés

– petits et bas pour une assise près du sol courante au Maroc et accessible aux enfants, avec une végétalisation légère

– grands et hauts pour une station assis-debout plus immédiate, avec un large espace pour la végétalisation.

L’aménagement n’est pas incompatible par ailleurs le maintien des activités commerciales fréquentes dans les lieux publics, telles que la restauration de rue, et peut au besoin les faciliter.

Inauguration

« L’Oasis urbaine » a été réalisée avec la Fabrique des Arts en places publiques, sur un financement de l’Ambassade de France.

« L’Oasis urbaine » a été installée pour la première fois dans le cadre de deux festivals internationaux au Maroc :

la 8ème édition d’Awaln’art, festival valorisant le patrimoine immatériel des espaces publics à travers la création contemporaine www.awalnart.com

la 5ème édition de Marrakech Biennale, festival interdisciplinaire associant arts visuels, arts vivants, cinéma/vidéo et littérature www.marrakechbiennale.org

Une performance d’acrobates et de musiciens du collectif Eclats de Lune et une mise en lumière à la tombée de la nuit, ont guidé les passants dans leur découverte de « L’Oasis urbaine ».

« L’Oasis urbaine » s’intéresse avant tout aux espaces délaissés dans des zones déjà fréquentées. La première implantation était au pied d’un ancien cinéma à l’abandon, au cœur de Marrakech, dans le quartier commercial de la ville nouvelle. C’était une chance de pouvoir attirer l’attention au passage sur ce bâtiment qui sera vraisemblablement détruit, comme le restant du quartier du fait des enjeux immobiliers. A moins que l’intérêt qu’il suscite ouvre de nouvelles perspectives…

Un grand merci à Khalid Tamer directeur du festival Awaln’art et à son équipe passionnée qui m’ont offert la chance d’amorcer cette nouvelle aventure ! A suivre…

Sandrine DOLE – DESIGN in situ

http://sandrinedole.free.fr – Facebook : Design in situ
alinfini : www.alinfini.info – Facebook : Alinfini
+212 (0)6 13 16 43 13 – Marrakech, Maroc
sandrinedole@hotmail.com


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *