Archives: journée d’étude « Objets de crise – objets en crise? », EHESS (Paris), 12 juin 2014

AfficheDVO 12juin2014 versio finaleCette journée d’étude, qui était organisée dans le cadre de l’atelier Deuxième vie des objets, proposait de s’intéresser à la culture matérielle en temps de crise,  en interrogeant plus spécifiquement les pratiques de récupération et de recyclage propres aux contextes de pénurie ou de difficultés d’approvisionnement, et en se demandant ce que des artéfacts disqualifiés ou requalifiés par une situation d’urgence peuvent révéler des ressorts économiques, sociaux et symboliques de nos sociétés.

La crise économique qui touche les pays industrialisés depuis plusieurs années se traduit en effet par des changements de comportement radicaux, et ce d’autant plus qu’elle intervient dans un contexte de prise de conscience d’une raréfaction des matières premières,  et de la nécessité de modifier les comportements de consommation afin d’accéder à des modes de vie plus durables. Ailleurs, des situations brutales de pénurie provoquées par des catastrophes naturelles ou industrielles ont obligé des groupes sociaux entiers à s’investir dans des pratiques de recyclage et de récupération.

Dans le cadre de cette journée d’étude nous souhaitions aborder plus particulièrement la question des liens entre :

–          Crise et transformation de la consommation : Quand et comment passe-t-on d’une société qui jette à une société qui récupère ? Le passage d’une société de pénurie à la société de consommation a été étudié dans le contexte des économies postcommunistes. La crise économique provoque dans les pays occidentaux un exercice inédit : celui du passage de l’abondance, à un accès plus difficile à certains biens pour les couches les plus défavorisées de la société. Comment s’effectue ce passage ? Quels rôles y jouent les pratiques la récupération et le recyclage des objets usagés ?

–          Crise et cycle de vie des objets : La crise s’accompagne d’une transformation du statut des déchets en ressources : pour qui ? Dans quel contexte ? Tous les déchets sont-ils affectés de la même façon ? La crise a-t-elle modifié les pratiques de recyclage et a-t-elle eu une incidence sur le cycle de vie des objets ? La multiplication des réseaux de vente et de don d’objets usagés est-elle influencée par la crise et/ou par une modification du regard porté sur la consommation ?

–          Recyclage et statut social : Prolonger la vie d’un objet, consommer des objets usagés ou réparés modifie la relation à la consommation, mais aussi les positions sociales adossées à la possession de certains biens. Que se passe-t-il alors en temps de crise ? Quel rôle jouent les objets recyclés dans les redéfinitions statutaires ?

Déroulement

Introduction à la journée par les organisatrices, Nathalie Ortar (Chargée de recherche du Ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie ; LET-ENTPE) et Elisabeth Anstett (Chargée de recherches au CNRS, Iris).

Matinée 

Panel 1

Laetitia Mongeard (Doctorante à l’Université Lyon 2 – Louis Lumière ; laboratoire EVS, UMR 5600) « Gravats de démolition et crise environnementale : gérer des déchets atypiques pour produire des matériaux de substitution»

Bien qu’il ne s’agisse pas d’objets à proprement parler, c’est une réflexion sur les gravats – déchets de démolition – qui est proposée ici. Nous proposons de considérer la question des gravats pour leur matérialité, par l’enjeu de leur recyclage. Tandis que les déchets auxquels nous pensons habituellement prennent la forme d’objets, les déchets de démolition prennent la forme de matériaux en tant qu’éléments constitutifs de l’ « objet » – bâti – initial. La prise en compte des gravats comme déchets trouve sa place dans une réflexion sur la culture matérielle en temps de crise : alors que les pratiques du réemploi ont toujours existé, les déchets de démolition sont aujourd’hui au cœur d’un processus de recyclage corrélé à un contexte de pénurie en matériaux naturels, plus ou moins sensible selon les régions géographiques. Comment ces matériaux issus de démolition deviennent-ils déchets ? Quittent-ils enfin ce statut pour devenir ressources ?

Nous faisons l’hypothèse que les gravats permettent une nouvelle approche du recyclage par leurs spécificités : éléments d’objet brisé – parfois d’habitat détruit – pondéreux et déchets propres au secteur professionnel. Les déchets inertes, par leur quantité et leur poids, supposent un traitement local et leur nature impose un traitement technique. Nous émettons également l’hypothèse que la gestion actuelle des déchets de démolition vient répondre à une crise aux contours imprécis, à la fois générale – imposant la durabilité – et spécifique – propre au secteur du Bâtiment et Travaux Publics voire peut-être à l’activité de démolition. Le recyclage des déchets inertes de démolition est imposé par une règlementation qui suit une prise de conscience globale du caractère épuisable des ressources naturelles. Toutefois, le réemploi et le recyclage se sont imposés sur le terrain dans des contextes de pénurie tantôt de matériaux tantôt d’espaces de stockage, et dans un contexte essentiellement urbain. Les gravats peuvent être perçus comme des « déchets urbains », « aval du métabolisme urbain » (Sabine BARLES, 2005 ; E. SWYNGEDOUW, 2006). Ils n’existaient pas en tant que tels avant la « consommation » du bâti et ils sont utilisés en substitution de matériaux naturels qui les constituent. Nous proposons donc d’interroger cette crise à différentes échelles et à différents niveaux pour mieux percevoir les enjeux de leur recyclage.

Afin de vérifier ces hypothèses, nous procédons à une analyse du cadre réglementaire de la gestion des déchets du BTP ainsi qu’à son observation dans la pratique à travers une dizaine de chantiers menés dans l’agglomération lyonnaise. L’étude et la comparaison de la gestion des différents types de matériaux issus d’une démolition (P. LEONARDON, 2003) doivent permettre de mieux définir leur statut de déchet et de percevoir les conditions de leurs nouveaux usages. Cette analyse sera mise en perspective par la comparaison avec d’autres territoires (européen et sud-américain). Une série d’entretiens menés auprès d’acteurs techniques et institutionnels de la filière démolition – de la décision de démolir à l’usage de graves recyclées – permettra de définir les contours de la « crise » propre au secteur d’étude.

 

Mathieu Durand (Maître de conférence à l’Université du Maine ; laboratoire Espace et Sociétes – UMR ESO 6590) « Les déchets post-catastrophe à Haïti : la récupération comme base de la reconstruction »

La question des déchets est très peu traitée suite aux situations de catastrophe naturelle. Lors des plus graves, tel que le séisme en Haiti en 2010, le territoire en est pourtant jonché. Leur gestion peut alors vite devenir un handicap majeur pour les secours, tout comme elle peut se transformer en une ressource pour un redémarrage local. L’étude de la gestion des déchets post-catastrophe à Port-au-Prince permettra d’appréhender ces observations.

La gestion des déchets en situation d’urgence ne revêt à priori pas un caractère vital. Pourtant, tous les retours d’expériences internationaux montrent que les catastrophes permettent de stimuler une économie du recyclage, parfois même capable de perdurer une fois la situation de crise terminée. 90% des déchets post-séisme ont été gérés dans des conditions d’informalité en Haïti. Ils ont alors pour l’essentiel été réinjectés dans les circulations de matière au niveau local. La reconstruction s’est en partie faite sur la base de débris récupérés sur place et des industries d’exportation de déchets vers les Etats-Unis on vu le jour.

Cette économie circulaire locale s’est pourtant mise en place dans une presque totale informalité, en marge des financements internationaux et des réseaux d’ONG. On observe donc une marginalisation de ces acteurs qui ont pourtant été essentiels à la gestion de l’urgence post-sismique. L’action de l’aide internationale est aujourd’hui très critiquée, car en voulant appliquer des normes de standards internationaux, la gestion officielle des déchets a été très limité, a exclus les acteurs haïtiens et n’a pas permis de réutilisation de ces matières secondaires.

La gestion des déchets en situation de crise exacerbe donc les logiques d’acteurs et de territoires présentes en situation régulière, permettant de mieux comprendre la trajectoire de ces objets. Cette communication cherchera à expliciter ce cas haïtien, tout en montrant en quoi la réutilisation locale (et informelle) des déchets post-catastrophe a permis d’aider à la reconstruction de la ville de Port-au-Prince.

—————————————————————————————————————–

Ce texte de cette communication était le résultat d’une recherche menée dans le cadre du projet SIRV-TAB (Système d’Information sur les Ressources et les Vulnérabilités pour la préparation aux catastrophes, la gestion des crises et la gestion préventive du territoire de Tabarre) dirigé par l’IRD et l’ONG COOPI.

Discutant :Baptiste Monsaingeon (Docteur de l’Université Paris 1 ; Centre d’études des techniques, des connaissances et des pratiques)

Le premier panel a ouvert cette journée d’étude avec deux interventions de géographes, abordant chacun la question de la gestion des déchets du bâtiment, en situation de crise. En posant le problème de la définition du gravât comme comme « déchet », Leatitia Mongeart a présenté la crise économique et la pénurie des espaces de stockage comme des contextes déterminants pour comprendre l’évolution récente du statut de ces matériaux pondéreux. Les volumes en jeu semblent imposer une gestion industrielle de ces restes là : ils invitent à orienter la réflexion tant du côté du cadrage législatif que de celui des pratiques de recyclage des produits de la démolition sur site. De façon très intéressante, il faut constater que les acteurs du bâtiment tendent aujourd’hui à préférer un retour aux matériaux « naturels » plutôt que d’avoir à garantir l’inertie de ces gravats, dont la traçabilité semble particulièrement difficile à établir. C’est la situation « post-catastrophe », celle de la gestion des déchets après le séisme haïtien de 2010 qui a motivé l’intervention de Mathieu Durand. A travers un exposé circonstancié d’un travail de recherche effectué in situ, le géographe présente la façon dont la gestion détritique de la reconstruction de Port-au-Prince a largement participé à la reconfiguration de la répartition démographique de la ville. Le soutien de la coopération internationale a ainsi permis de mettre en place un dispositif de gestion des restes de démolition (de la collecte au stockage contrôlé), mais les protocoles managériaux mis en œuvre, trop lourds et complexes face aux moyens disponibles sur place se sont avérés inadaptés à la situation haïtienne. C’est, en fait, la société civile (ou le secteur informel) qui a constitué le vivier principal des acteurs de cette gestion, en organisant, de façon spontanée, la récupération, la collecte et le stockage de ces restes, dans des décharges « sauvages » mais très distinctement localisées. Ces deux interventions ont également insisté sur la question cruciale du transport dans la gestion des déchets pondéreux.

Les discussions ont permis de souligner de nombreuses similarités entre la gestion de ces résidus particulièrement encombrants et celle des déchets ménagers : on y retrouve une tension entre un modèle de gestion institutionnalisé, managérial, imposant des normes strictes et contraignantes aux acteurs devenant ainsi des « éco-citoyens » ; et celui, emblématisé par la figure du « chiffonnier », où les acteurs s’emparent spontanément  des problèmes et des opportunités que représente la prise en charge de ces restes (second modèle qui n’est pas toujours le moins « durable », du point de vue écologique). Du fait de l’inscription disciplinaire de ces deux interventions, la lecture économique et spatiale des problèmes abordés est centrale, toutefois, les nombreux anthropologues présents auraient aimé entendre davantage la parole des acteurs rencontrés dans ces terrains. Des collaborations interdisciplinaires à venir pourraient permettre de nourrir cette aspiration à la multiplication des points de vue.

Panel 2

Nora Greani (Docteure EHESS ; Centre d’études africaines) « Débris de guerre et œuvres d’art au Congo-Brazzaville : l’art de la récup’ »

Le début des années quatre-vingt-dix inaugure pour le Congo-Brazzaville une longue période de crise politique, sociale et économique. L’ère de la démocratisation réclamée d’une seule voix lors de la Conférence Nationale dégénère rapidement en un déploiement de violences sans précédent. Trois guerres civiles se succèdent en 1993-94, 1997 et 1998-99. Le surnom Brazzajevo est en soi révélateur : au plus fort des violences miliciennes, aucun artiste n’est en mesure de poursuivre ses activités artistiques dans la capitale. Il n’est nullement question de continuer à produire des œuvres, mais bien plutôt, comme les autres habitants, de protéger sa vie et celle de ses proches, et de tenter de fuir les lieux de conflits armés.

La « récup’ » en tant que solution pratique à la pénurie et à la cherté des matériaux en même temps que démarche esthétique se généralise au sortir de la guerre, dans un contexte de dénuement. Elle devient rapidement une démarche esthétique en soi, propre à l’art contemporain congolais. En utilisant ce qui leur « tombe sous la main », les artistes ont tôt fait de se trouver au contact de débris de guerre. Une fois intégrés dans les œuvres, ces nouveaux médiums constituent naturellement des éléments à forte charge symbolique. Aujourd’hui encore, il est possible de retrouver des résidus de balles ou des éclats d’obus enfouis dans le sol de la capitale, sur les anciens champs de bataille connus. Ce type de prospection reste à l’origine de nombreuses œuvres d’art. L’Etat lui-même a participé au recyclage « salutaire » en installant sur l’un des ronds-points de la capitale un véritable char d’assaut sur lequel a été peint en blanc : « Plus jamais ça ! », dans une démarche pédagogique.

Du 1er avril au 30 mai 1998, une exposition intitulée « Recycl’Art : recycler, réutiliser, recréer. Couleurs et collages » se tient à Brazzaville alors même que les combats vont se poursuivre durant de longs mois. Cette exposition réunit des artistes de deux Congo et de l’Angola, et touche aux séquelles des guerres civiles de ces trois pays. Elle se propose, en pleine rue, de recycler toutes sortes de débris : balles perdues, voitures incendiées, épaves de véhicules militaires, etc.

Dans le cadre d’enquêtes ethnographiques menées auprès des principaux acteurs de la scène artistique locale entre 2009 et 2012, nous avons cherché à comprendre l’inscription des cycles de violence dans l’imaginaire collectif congolais. Dans cette communication, nous proposons de présenter l’exemple méconnu du recyclage des débris de guerre au sein des œuvres d’art congolaises, qu’il s’agisse d’artistes indépendants ou de l’Etat lui-même.

 

Nathalie Ciprian (Enseignante, responsable pédagogique du cycle master et enseignante. Ecole de design Nantes Atlantique) «objets augmentés, frugalité et déprogrammation d’obsolescence»

Les contraintes associées au “temps de crise”, notion très relative, que ce soit crise économique ou écologique, mettent en valeur les démarches individuelles de valorisation des ressources, d’économie de moyens et de recyclage issues de divers contextes socio-culturels. Des initiatives parfois anciennes sont aujourd’hui mises en exergue et médiatisées avec un déploiement de solutions locales et spécifiques à un plus large public. Des designers s’en emparent pour accompagner et faciliter la diffusion et la mutiplication de micro-projets. Nous échangerons sur les notions de juste nécessaire, de cercles vertueux de revalorisation d’objets (augmentation ou ennoblissement), des inspirations de frugalité issues de situations contraintes d’urgences malheureusement atemporelles.

Des exemples de veille et de travaux de designers et d’entrepreneurs atypiques illustreront cette tendance de recherche de l’innovation frugale, de la revalorisation de l’existant, de la mouvance des “makers”, du “DIY”, du  “diwams” (do it with an already made stuff) et montreront l’impact que peuvent avoir ces propositions sur le regard porté sur des comportements de vie plus calme. Utiliser des composants encore fonctionnels d’un vieux téléphone pour le transformer en ordinateur connecté, augmenter un objet en lui ajoutant une fonction plutôt que d’en acquérir plusieurs, utiliser les ressources négligées comme matière première et plonger dans des recettes ancestrales pour faire mieux avec moins… une réelle mouvance au-delà de la nécessite individuelle ?

Discutant : Gregory Marion (Doctorant de l’Université Paris 1, ; Centre de recherches esthétique, design, environnements)

Après-midi 

Panel 3

Marie-Noëlle Carré (ATER à l’IHEAL-Paris 3 ; centre de recherche et de documentation des Amériques UMR 7227) « Crise et récupération  des déchets à Buenos Aires. Une transition vers la gestion des déchets métropolitains »

Cette communication a porté sur les pratiques de recyclage des déchets d’emballages que développent des populations très marginalisées à Buenos Aires (Argentine), les cartoneros, à partir de la crise de 2001. Bien qu’il s’agisse d’une métropole située dans un pays en développement, le terrain retenu est enrichissant pour la journée d’étude dans la mesure où Buenos Aires a été érigée au rang d’observatoire des transformations des pratiques sociales, durant les bouleversements qui ont frappé l’Argentine entre 1998 et 2003. Aussi, l’analyse des trajectoires des déchets, de leurs acteurs et de la ville est particulièrement instructive dans la mesure où elle peut servir de point de comparaison pour les processus observés aujourd’hui dans les pays industrialisés.

L’objectif de la réflexion est de montrer comment, lorsque les déchets d’emballages deviennent des matières premières secondaires grâce aux pratiques de récupération, s’amorce une transition durable de la gestion des déchets dans la métropole de Buenos Aires. Cette transition s’organise autour d’un épisode de violente contestation des cadres politiques, institutionnels, économiques et sociaux néolibéraux mis en place en Argentine au cours des années 1990. Aussi, cette crise est indissociable des effets paradoxaux de la mondialisation du pays, qui prennent une force particulière dans la métropole de Buenos Aires. Une mince frange de la population, de classe moyenne aisée, incorpore une société de consommation proche de celle des pays développés, produisant toujours plus de déchets d’emballages. Mais, dans le même temps, toute une fraction de la population plonge dans la pauvreté, la précarité et le chômage, recourant à la récupération de ces matériaux et à leur revente pour survivre.

Ces dynamiques latentes et diffuses éclatent au grand jour durant la crise de 2001. Le nombre de cartoneros, ou récupérateurs, atteint plusieurs dizaines de milliers de personnes dans l’agglomération. L’industrie du recyclage, frappée par la crise, se reconfigure autour des matériaux collectés par cette activité informelle. Enfin, les récupérateurs obtiennent le soutien d’acteurs sociaux environnementalistes qui perçoivent dans leur activité les débuts d’une gestion environnementale des déchets. S’inquiétant des risques que représentent des sites de décharges construits dans les années 1970, ils voient dans la récupération le moyen de peser sur les décideurs locaux pour que ces derniers changent les modalités de la gestion des déchets.

Aussi, la trajectoire nouvelle prise par ces déchets, réinjectés dans les filières de production d’emballage nationales ou internationales, entraîne aussi une redéfinition des rapports sociaux, territoriaux et économique autour de l’émergence d’un service de gestion des déchets différencié dans l’espace, destiné aux territoires métropolitains. Elle ouvre la possibilité pour les territoires les plus connectés aux autres lieux de la mondialisation de passer d’une gestion des déchets guidée par l’impératif sanitaire à une gestion orientée vers l’environnementalisme. Celle-ci ne va pas sans mal. Elle s’appuie sur de nouveaux agents environnementaux au statut fragile, sur des liens inédits entre les quartiers pauvres d’où proviennent ces derniers et les quartiers aisés où ils récupèrent, et sur une économie à l’articulation entre formel et informel.

Sylvie Ayimpam (Docteure Aix Marseille Université ; Institut des Mondes Africains (IMAf) UMR 8171)  » Trajectoire d’un objet prisé en contexte de crise : la fripe, son recyclage et sa revalorisation à Kinshasa »

Cette contribution consacrée à l’analyse du processus de revalorisation de la fripe dans les réseaux de vente au détail dans la ville de Kinshasa, s’appuie sur l’observation des modalités concrètes et particulières de son recyclage commercial. « La fripe » désigne toutes sortes de vêtements de seconde main considérés comme rebuts dans les pays riches d’Europe et d’Amérique et exportés dans la plupart des pays Africains où ils sont commercialement recyclés. A Kinshasa, la fripe fut longtemps méprisée et considérée comme un marqueur de pauvreté. Dans cette ville où, depuis l’époque coloniale, un culte est rendu à l’élégance, les citadins accordaient une extrême importance à la qualité du prêt-à-porter. Dans certains milieux il était inconcevable de s’habiller avec des vêtements d’occasion censés être destinés aux pauvres, et il était honteux d’être vu dans une friperie. Mais, depuis une vingtaine d’années la fripe connaît un renouveau remarquable qui se signale par un engouement des citadins pour les articles fripés qui ne concernent plus seulement les vêtements mais aussi les chaussures, le linge de maison, les accessoires de mode, etc. Comment expliquer un tel engouement pour des rebuts importés ?

Ce changement d’orientation dans les représentations sociales de la fripe nous semble directement lié à la crise économique durable et profonde que vit la ville et aux redéfinitions statutaires consécutives à l’appauvrissement corrélatif des citadins. Mais, d’autres facteurs agissent dans le sens de ce changement. Ainsi, la composition des ballots de fripe a évoluée. Ceux-ci ne sont plus seulement composés d’articles usagés, mais également d’articles neufs produits de déstockages ou de faillites commerciales qui constituent de « bonnes » occasions. Enfin, le dernier facteur est une conséquence inattendue de la mondialisation qui a eu pour effet l’arrivée massive de produits asiatiques sur les marchés locaux, avec une qualité généralement plus mauvaise que la fripe importée principalement des pays d’Europe occidentale. L’évolution du contexte économique à Kinshasa a métamorphosé la fripe, ce rebut importé jadis méprisé, en ressource hautement valorisée qui permet aux citadins de rester élégants malgré la crise. Cette transformation des représentations symboliques de la fripe par les citadins s’accorde à leur potentiel de consommation. De fait, au fil des ans, la friperie est devenue un commerce prospère dont les réseaux de recyclage au détail se sont complexifiés.

Lors de notre enquête ethnographique auprès des fripiers du Grand marché de Kinshasa, nous avons observé que les transactions sont assez proches de celles observées aux Puces de Saint-Ouen par Hervé Sciardet (2003). Comme à Saint-Ouen, les ballots sont déballés à l’aube et les transactions commerciales se déploient dans trois principaux cadres que sont le déballage, l’étalage et le réseau personnel. Cependant à Kinshasa, il y a le recyclage commercial de la fripe, qui est un processus complexe comprenant la sélection, la classification et la requalification des objets.

Aujourd’hui, il n’est plus question pour le fripier de déballer l’ensemble de sa marchandise et de l’étaler à la disposition de tous les clients comme c’était le cas dans le passé. Bien au contraire, l’opération de recyclage, commençant par le déballage aux aurores, est décomposée en plusieurs étapes selon un principe de sélection de la qualité allant de la « fripe chic » à la « fripe cheap ». A chaque étape, participent des « trieurs » et des revendeurs qui appartiennent aux réseaux personnels du revendeur du ballot. C’est lui qui choisit qui il convie à chaque niveau de qualité du « tri », les privilégiés étant ceux conviés en premier à l’aube. Ils peuvent fouiller et dénicher les pièces rares ou les vêtements portant des griffes des grandes marques très prisées à Kinshasa. Nettoyée au pressing ou dans les buanderies populaires, repassée, réparée, remodelée ou transformée, la fripe devenue « méconnaissable » peut aussi bien se retrouver dans les boutiques de luxe, que chez les revendeurs ambulants au cintre, étalée ou en vrac au marché. C’est cette « fabrication » différentielle d’une valeur localement ajoutée dans le processus du recyclage local qui change, à notre sens, le statut initial de la fripe en produit valorisé.

Discutant : Aurélie Dehling (Professeur affilié à Toulouse Business School)

Projection

 

Le Récupérateur, film documentaire (2013, 50′) de Violeta Ramirez (Doctorante, Université Paris Ouest Nanterre La Défense; HAR), projeté en présence de la réalisatrice.

Le documentaire Le Récupérateur (2013, 50mn) est consacré à l’initiative d´un citoyen ordinaire contre le gaspillage alimentaire. Daniel, un ancien économiste de soixante-huit ans, se rend trois fois par semaine au marché municipal d’une ville de banlieue parisienne pour récupérer des produits jetés à la poubelle par les commerçants. Sans que les responsables du marché ni de la mairie ne le sachent, cette action persistante fait diminuer le volume des déchets du marché de vingt à trente kilos à chaque fois et contribue à la réduction du gaspillage alimentaire de l´ensemble de notre société. Cette action fait par ailleurs la preuve de la nature subjective de la définition des déchets, puis que ce qui est un déchet pour certains (re)devient un aliment pour d’autres. Ce film met en valeur un choix d’approvisionnement inusuel dans nos sociétés, qui défie les représentations et les pratiques de la culture de consommation dominante.

Ce film a été réalisé dans le cadre du master 2 recherche « Anthropologie visuelle et cinéma documentaire » à l´Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Pour sa thèse doctorale, Violeta Ramirez se propose de poursuivre cette recherche d’anthropologie visuelle sur des modes de vie alternatives, respectueuses de l´environnement et visant la décroissance énergétique.

 

Table ronde conclusive présidée par Anne Monjaret (Directrice de recherche CNRS, IIAC)

Les différents exposés ont bien montré que les déchets possèdent des lieux (un chantier, la rue, la déchetterie, etc.) et une culture matérielle (benne, camion, ballot, etc.) qui leur sont propres. Ils peuvent stagner, s’accumuler mais surtout ils sont amenés à circuler, à transiter. Les déchets ont des trajectoires locales, nationales, internationales.

L’étude des déchets implique donc aussi de s’intéresser à la dynamique économique qu’ils induisent : aux échanges marchands, aux transactions, aux trocs, aux dons, etc. Les déchets sont matière à un marché formel et informelle. Ils détiennent une valeur qui peut changer selon les périodes – les temps de crise peuvent rendre les déchets précieux ––  mais aussi selon le point de vue adopté – les déchets ne provoquent pas que de la répulsion -.  Ils peuvent porter un potentiel économique, pratique, voire esthétique. Les déchets ont un prix ; de leur production à leur récupération, se déploient des dispositifs économiques et législatifs, à grande échelle. Cette dimension efface parfois l’Homme.

D’ailleurs, il est intéressant de constater que durant cette journée d’étude, les analyses proposées étaient finalement assez désincarnées, même si les hommes étaient présents en toile de fonds. L’étude des déchets ne peut pourtant pas s’affranchir de celle des gestuelles et des techniques du corps que les pratiques associées aux déchets engendrent. De plus, il existe des situations où les hommes sont assimilés à les déchets, où leur traitement (le réemploi) les rassemblent. Cette journée a ouvert de nombreuses et prometteuses pistes de recherche.