Manifesto de l’atelier

Les sociétés industrialisées sont désormais confrontées à de nombreux défis liés tant au réchauffement climatique, qu’à l’épuisement des ressources énergétiques, aux conséquences de pollutions générées par l’activité humaine ou à la production massive de déchets. En écho à ces préoccupations environnementales, les revendications écologistes prenant appui sur un impératif de développement durable gagnent en intensité, et des thèmes de questionnement et de recherche, qui avaient été délaissés des sciences sociales ces trente dernières années, reviennent sur le devant de la scène avec une acuité particulière.

Il en va ainsi des pratiques qui concernent la récupération, le recyclage et la transformation des objets, qu’elles soient associées à une production artisanale ou bien qu’elles relèvent plus simplement du bricolage et de la sphère privée. Or, la diffusion de ces nouveaux usages de la culture matérielle, qui donnent une « deuxième vie » aux objets, suppose l’acquisition ou la réappropriation de savoirs faire particuliers, des changements de pratiques quotidiennes mais aussi des glissements, si ce ne sont de véritables renversements, au sein des systèmes de valeurs portés par les sociétés industrialisées.

Nous avons donc choisi de nous intéresser directement à cette « deuxième vie des objets », en nous demandant ce que ces usages seconds pouvaient révéler des transformations les plus contemporaines de nos sociétés. Ainsi, comment, où et quand, passe-t-on du déchet à l’objet ré-appropriable ou consommable ? Quels rôles jouent d’une part la pénurie des ressources, et d’autre part l’émergence d’injonctions collectives et publiques de durabilité, dans l’apparition de ces pratiques de récupération? Nous savons que les pratiques de consommation sont intimement liées à des positions sociales et statutaires. Selon quelles modalités ces pratiques évoluent-elles alors? Et selon quelles modalités, notamment économiques, sociales et sexuées s’effectue cette transformation des objets ? Ces pratiques  de récupération recoupent-elles ou encore se superposent-elles à des pratiques déjà existantes ? Ou bien de nouvelles façons de faire, de vivre et de consommer sont-elles créées pour répondre à de nouveaux besoins?

D’un point de vue analytique, ces changements interpellent directement les sciences sociales mais tout particulièrement l’anthropologie de la culture matérielle et la sociologie de la consommation qui représentent deux grands champs constitués de l’étude de  ces pratiques. Nous souhaitons donc, lors des deux premières années de ce projet consacré à une mise en perspective de la question du développement durable, inviter différents anthropologues et sociologues français et internationaux, spécialistes de la culture matérielle et des pratiques de consommation, à participer à un atelier basé en région parisienne afin qu’ils éclairent à partir de leurs terrains respectifs ce que vient véritablement mettre à jour la deuxième vie des objets. Cet atelier sera mis en place à partir de 5 réunions thématiques annuelles, organisées à un rythme bimensuel, qui prendront chacune appui sur deux contributions mises en perspectives par un discutant. Il se prolongera entre les séances par le biais de ce carnet de recherche, qui permettra de procéder à une veille bibliographique et documentaire, de poursuivre les échanges entre chercheurs et de préparer les publications collectives. La séance inaugurale de l’atelier qui a eu lieu le 13 Octobre 2011 a permis de restituer les objectifs et les enjeux intellectuels de cet atelier, mais aussi d’accueillir le photographe Philippe Gabel, l’anthropologue Octave Debary et le sociologue Howard S. Becker à l’occasion de la récente parution de leur ouvrage Vides Greniers, aux éditions Créaphis.