Étiqueté : Consommation

logoADEME

APR: Transitions écologiques, économiques et sociales

Un appel à projet de recherche de l’ADEME : Transitions écologiques, économiques et sociales clôture le 8/3/2017 La question du changement de comportement et, plus généralement, de l’évolution des modes de vie est devenue un enjeu clé de la transition énergétique et écologique (TEE). Il est désormais...

logo-salagon

Vies et morts des objets du quotidien : 21/22 avril

 Vies et morts des objets du quotidien, Rendez-vous ethnologique de Salagon 2e édition Jeudi 21 et vendredi 22 avril 2016 Musée de Salagon, Mane 04300, http://www.musee-de-salagon.com/accueil.html Organisé en partenariat avec l’IDEMEC (Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative, Aix-Marseille Université ) et le CRIA (Centro em Rede de...

Le grand débordement. Pourquoi les déchets nous envahissent, comment les réduire

Entre le tout jetable de la société de consommation et la déresponsabilisation des consommateurs, le volume des déchets ménagers ne cesse de croître. En France, cela représente 374 kilos par habitant et par an. Or les ressources finies de la planète ne nous donnent guère le choix : l’enjeu, pour les collectivités locales, les entreprises et les citoyens, c’est désormais de réduire et de valoriser les déchets. Les auteurs de ce livre le démontrent, en s’appuyant sur des innovations prometteuses, et sur de nombreux exemples édifiants.

Against Awareness, For Scale: Garbage is Infrastructure, Not Behavior by Max Liboiron

Are you aware that food is wasted in the United States? Are you aware
that 40 percent of food is wasted in the United States? Chances are
good that you are aware of the first issue: finishing what is on your
plate has been a value in North America for generations. Given this long
running morality of food waste in general, what does this poster and
its statistic–which may well be new to you–do? How do awareness campaigns move towards change?

Appel à communication : Trajectoires d’objets en crise (Paris, 12 juin 2014)

Notre journée d’étude, organisée dans le cadre de l’atelier Deuxième vie des objets, propose de s’intéresser à la culture matérielle en temps de crise,  en interrogeant plus spécifiquement les pratiques de récupération et de recyclage propres aux contextes de pénurie ou de difficultés d’approvisionnement, et en se demandant ce que des artéfacts disqualifiés ou requalifiés par une situation d’urgence peuvent révéler des ressorts économiques, sociaux et symboliques de nos sociétés.

La crise économique qui touche les pays industrialisés depuis plusieurs années se traduit en effet par des changements de comportement radicaux, et ce d’autant plus qu’elle intervient dans un contexte de prise de conscience d’une raréfaction des matières premières,  et de la nécessité de modifier les comportements de consommation afin d’accéder à des modes de vie plus durables. Ailleurs, des situations brutales de pénurie provoquées par des catastrophes naturelles ou industrielles ont obligé des groupes sociaux entiers à s’investir dans des pratiques de recyclage et de récupération.

Nautilus: Issue 007 Waste Endings and beginnings

In this issue we turn to the science of waste. We follow it as it leads us from the complications and trials of physical refuse, through to the new technology and art that we create in response to waste, and finally to waste’s role at the center of some of nature’s broadest narratives, including evolution and black holes. In thinking about waste, we find ourselves thinking about beginnings and endings, in all the corners of our world—a kind of “lovely ballet,” indeed.