Ils créent des objets avec des déchets de jouets (Paris, 2014)

Voici un article signalé par Debora Gorban, accessible en ligne sur le site de La Mairie de Paris ici.

Une trousse � crayons fabriqu�e avec un livre pour enfantsTrousse à crayons, lampe, agrafeuse… Des élèves de l’école Boulle ont fabriqué des objets étonnants avec des restes de joujoux et de livres pour enfants.

Reportage sur cette initiative de la ressourcerie Rejoué (14e).

« Récupérer l’irrécupérable » : c’est le défi lancé par deux enseignantes de l’Ecole Boulle , Emmanuelle Noirot et Anne-Laure Pulcini, en novembre dernier à leurs élèves de BTS Design produit. Leur mission : créer en 1 mois et demi des objets à partir de restes de jouets ! Ce projet collectif original est né d’une rencontre avec Rejoué, la ressourcerie parisienne spécialisée dans le recyclage des joujoux .

Des tonnes de déchets non utilisés

« Sur 11 tonnes collectées par an, la moitié part à la benne, explique Claire Tournefier, la créatrice de Rejoué. On avait l’intuition que cette matière première pouvait être une source de création ». Car les jouets récupérés par cette entreprise d’insertion ne peuvent pas être tous remis en vente : peluches endommagées, puzzles incomplets, poupées estropiées…
Que faire de ces « rebuts » ? A travers cette intiative, Rejoué cherche aussi à attirer l’attention du monde industriel sur les modes de production et le devenir des jouets après leur utilisation, souvent éphémère…

Une douzaine d’objets, souvent insolites, sont ainsi nés de l’imagination des jeunes designers, qui ont “trituré” les jouets et les matières dans tous les sens. Une majorité des prototypes ont été récemment exposés dans la boutique de Rejoué à l’occasion de la Paris Design Week

La peluche devient… épaulette

Pour MarLampe recycléegaux Hontang, 20 ans, tout a commencé… en s’amusant. « On a pris les pattes d’un ours en peluche, on les a posées pour rire sur les épaules d’un camarade, et on s’est dit : « Pourquoi ne pas en faire des épaulettes ? ». En 10 minutes, l’objet voit le jour. « Il fallait seulement du fil, des aiguilles, une machine à coudre, des épingles et un ruban », détaille la jeune femme. Mais pourquoi des épaulettes ? « C’est un accessoire de mode très pratique pour habiller un vêtement, ce n’est pas forcément strict », estime-t-elle. Dans le même esprit, un col fabriqué « avec le ventre d’une peluche » a vu le jour.

Une lampe formée avec des bouts de jouets en bois:

 

L’agrafeuse à tête de tigre

Autre invention décalée, une agrafeuse formée à partir d’une mâchoire de tigre (en peluche, bien sûr) ! « L’agrafeuse peut être achetée facilement en grosse quantité, détaille Louis Dal, 17 ans, qui a suivi la création de ses camarades Léa et Justine. Puis, il faut habiller la mâchoire et la rigidifier avec du carton ».

Tête de tigre

Louis Dal a pensé aux chambres des plus petits. Ou plutôt au moyen de séparer les espaces de manière ludique. Voici son étonnant « module de cloison » qu’il tient à bout de bras. «J’ai mis des peluches abîmées dans des cases, précise-t-il. On a récupéré des plaques en bois pour former une boite ». Une fois empilées, les boites prennent l’allure de cloisons de séparation de petite taille. Un moyen pratique d’éviter « des cloisons de 2 mètres qui pourraient tomber sur les enfants », argumente le jeune homme.

Les pièces de Lego deviennent également un accessoire pour habiller un verre. Le “marque verre” permet d’avoir son verre personnalisé “pour une soirée”, explique Margaux. Les petites pièces, souvent non réutilisables, peuvent ainsi connaître une seconde vie. Autre trouvaille, un livre pour enfants est devenu une trousse de crayons de couleur grâce à une découpe astucieuse et élégante.

Design en série ?

Retrouvera-t-on certains objets en vente ? Quelqu’uns pourraient être déclinés en mini série pour Noël prochain par Rejoué. Les objets seraient assemblés par des employés en insertion, le coeur de l’activité de cette entreprise solidaire. “On a eu la liberté de créer sans contraintes”, explique Pierre Murot, l’un des étudiants, qui n’a pas pensé à une commercialisation à grande échelle. “En design, une série de 50 pièces c’est déjà très bien !”

Le verre légo des étudiants de Boulle

 Le “marque verre” fait avec des briques de Lego

Photos : François Grunberg/Mairie de Paris

 

Qui sont ces « designers » en herbe ?

Kaoura Kozak : cintres
Louis Dal : modules de cloison
Pierre Murot : lampe
Margaux Hontang et Pauline Canel : épaulettes
Laëtitia Jyung : plateau et trousse à crayons
Sarah Caraman : pendule

 

En savoir plus sur Rejoué


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search