Soutenance de thèse: « Consommation de masse et consommation de classe. Une histoire sociale et culturelle du cycle de vie des objets dans les classes populaires parisiennes » (Anaïs Albert)

Anaïs Albert soutiendra sa thèse de doctorat d’histoire contemporaine, intitulée : Consommation de masse et consommation de classe. Une histoire sociale et culturelle du cycle de vie des objets dans les classes populaires parisiennes (des années 1880 aux années 1920), le vendredi 28 novembre 2014 à 14h à la Sorbonne, en salle Picard (Sorbonne, entrée au 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris, escalier C, 3ème étage)

Le jury sera composé de Madame Florence Bourillon (Professeure à l’Université de Paris-Est Créteil), Monsieur Christophe Charle (Professeur à l’Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne), Monsieur Dominique Kalifa (Professeur à l’Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne), Monsieur Olivier Schwartz (Professeur à l’Université Paris Descartes), Madame Anne-Marie Sohn (Professeure émérite de l’École Normale Supérieure de Lyon).

Résumé de la thèse : Des années 1880 aux années 1920, Paris est le théâtre d’un élargissement significatif de la consommation, rendu possible par l’augmentation globale des revenus des classes populaires et par la mise en place de médiations nouvelles (le crédit et la publicité). On peut parler d’une première phase de la consommation de masse. Cependant ces objets, les manières de se les procurer, de les user et de les aménager restent intégrés au sein des modes de vie et des quartiers populaires. Il s’agit donc d’une consommation de classe qui se manifeste à la fois dans l’usage de choses et dans la conception de la valeur des biens. Les objets dans les classes populaires sont souvent des « consommations transitoires », pris entre le crédit à l’achat et le prêt sur gage. Leur possession est fragile et les transactions qui les concernent sont au point de jonction de multiples rapports de domination. Enfin, cette consommation de classe s’exprime dans la coexistence temporelle, spatiale et sociale de deux modèles : d’une part, se met en place progressivement un système de consommation nouveau fondé sur le développement des grands magasins de crédit et l’achat d’objets neufs, à prix à fixe. Mais d’autre part, cette modernité commerciale coexiste pendant toute la période avec des pratiques de circulations, d’usages, d’acquisitions alternatives, celles des objets d’occasion, usés, réparés, récupérés ou marchandés. Les savoirs pratiques associés à la nécessité sont toujours mobilisables pour l’ensemble du groupe social, comme le prouve la résurgence d’un rapport traditionnel aux choses dans la période de grande difficulté qu’est la Première Guerre mondiale dans la capitale.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search