Recyclage des déchets végétaux pour l’industrie au IIIe siècle de notre ère – L’exemple de la production des amphores à huile d’Andalousie

Vue générale d'un four du IIIe s. et de l'atelier de Dr. 20 en cours de fouille Las Delicias – Andalousie (Espagne) - © CNRS / Stéphane Mauné

UMR5140 Archéologie des sociétés méditerranéennes

Les recherches sur l’oléiculture antique commencées en 2013 dans le bassin du Guadalquivir (province de Séville, Andalousie, Espagne), par une équipe franco-espagnole du laboratoire Archéologie des Sociétés Méditerranéennes (ASM, UMR5140, CNRS / Ministère de la Culture et de la Communication / Université Paul Valéry Montpellier III)*, de l’Université de Séville et de la Casa de Velazquez-Madrid, dans le cadre du Labex Archimede, ont permis de recueillir les preuves de l’utilisation massive des résidus de production d’huile comme combustible pour les fours à amphores. On savait que les grignons, ces fragments de noyaux broyés mêlés à un peu d’huile et d’eau, issus du broyage puis du pressurage des olives étaient massivement brûlés dans les fours des boulangeries de Pompéi où leur très fort pouvoir calorifique faisait merveille, mais c’est la première fois que leur utilisation dans l’industrie de la production d’amphores est mise en évidence. Ces travaux ont fait l’objet d’un article dans le dernier numéro d’Archéologia.

Lire la suite de l’article sur le site de l’INSHS ici

Contacts :

Stéphane Mauné – Tel.: 04 67 15 61 29 / P.: 06 67 42 92 56

Chercheur CNRS – UMR5140 Archéologie des sociétés méditerranéennes


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.