Que faire des restes ? Le réemploi dans les sociétés d’accumulation

ademeCe rapport de recherche a été réalisé dans le cadre du programme « Déchets et Sociétés » de l’ADEME, coordonné par Delphine Corteel. Il a été rédigé par Natalie Benelli, Delphine Corteel, Octave Debary,  Bénédicte Florin, Stéphane Le Lay et Sophie Rétif.

Cette recherche (2011-2014) a été menée par une équipe pluridisciplinaire rassemblant des anthropologues, des géographes et des sociologues. Elle est consacrée à des activités de réemploi dans sept pays : l’Allemagne, l’Égypte, les États-Unis, la France, l’Italie, le Maroc et la Suède. À l’aide de méthodes qualitatives, nous avons enquêté sur des terrains divers, qu’il s’agisse d’associations d’insertion, d’associations dédiées au « réemploi créatif », de récupérateurs du secteur « informel » ou de ventes d’objets usagés au domicile de leurs propriétaires.

Le réemploi est un objet encore très mal connu des sciences sociales comme du « grand public », d’abord parce que cet objet n’a été constitué que très récemment à la faveur du développement des politiques de prévention des déchets, ensuite parce que les activités de récupération sur lesquelles il s’appuie ont peu attiré en tant que telles l’attention des chercheurs. Ce rapport, qui s’adresse à l’ensemble des acteurs intéressés par le réemploi, propose des apports inédits à deux titres. Il présente d’une part nos principaux résultats de recherche sur des terrains qui n’avaient jusqu’ici jamais fait l’objet d’une enquête, et offre d’autre part une première synthèse bibliographique permettant d’aborder l’objet « réemploi ».

Le rapport est construit autour de six axes, dont certains sont transversaux et d’autres plus spécifiquement consacrés à certains terrains. On s’intéressera ainsi aux tentatives de constitution d’un secteur du réemploi ‒ ou à l’absence de tentative, selon les pays ‒ ; aux formes d’emploi dans ce secteur ; aux dispositifs sur lesquels s’appuient les acteurs pour transformer de quasi-déchets en produits, et donc créer de la valeur économique ; au développement des activités de « réemploi créatif » et au sens qui leur est conféré ; aux récupérateurs du secteur « informel » dans des pays du Sud ; à la transmission de la mémoire et d’histoires dans la circulation des objets usagés.

Le rapport est disponible sous ce lien.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.