Propreté, saleté, urbanité, Ethnologie française 2015 – N° 3

propreteIl n’est plus à démontrer que les poubelles et les mouvements de balais sont des objets bons à penser pour l’anthropologue. Depuis les travaux fondateurs de Mary Douglas [1966], qui révéla que la souillure dans le contexte religieux, et la saleté, son corollaire laïc, sont des marqueurs des limites internes et externes des systèmes sociaux et symboliques, l’analyse de la définition et des modes de gestion de la propreté et de la saleté s’est progressivement constituée comme un champ d’études à part entière. En milieu urbain, les tensions autour du propre et du sale sont d’excellents analyseurs des politiques urbaines comme des négociations quotidiennes de la civilité. C’est en cela qu’elles renvoient au « propre de la ville » selon l’expression de Marion Ségaud [1992]. L’observation des dynamiques de la propreté et de la saleté offre un angle privilégié pour analyser au plus près des pratiques quotidiennes et anodines, l’administration de la cité et la ville à l’œuvre. Les articles ici rassemblés en font la démonstration à partir de différentes approches disciplinaires.

Emilie Guitard et Virginie Milliot, Introduction générale
Catherine Denys, La police du nettoiement au XVIIIe siècle
Sabine Barles, La boue, la voiture et l’amuseur public. Les transformations de la voirie parisienne, fin XVIIIe-début XIXe siècle
Virginie Milliot, Remettre de l’ordre dans la rue. Politiques de l’espace public à la Goutte-d’Or (Paris)
Odile Goerg, Des moustiques et des hommes. Savoirs médicaux et relations de races à Freetown (Sierra Leone)
Emilie Guitard, « Est-ce que c’est ta voirie ?! » Manipulations des déchets et contrôle des espaces collectifs à Garoua (Cameroun)
Claudia Cirelli, Du déni à la mobilisation. Vivre à côté d’une décharge (le cas de Vienne en Isère)
Agnès Jeanjean, Le management du résidu. Les déchets 20 ans après
Bénédicte Florin, Les chiffonniers du Caire : soutiers de la ville ou businessmen des ordures ?
Martin Olivera, Insupportables pollueurs ou recycleurs de génie ? Quelques réflexions sur les « Roms migrants » et les paradoxes de l’urbanité libérale
Delphine Corteel, Des déchets faire surgir une capacité d’agir. Enquête dans une association berlinoise de récupération


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search