Soutenance HDR Octave Debary “Anthropologie des restes. De la poubelle au musée”

Avis de soutenance de l’habilitation à diriger des recherches d’Octave Debary à l’Institut des Sciences de l’Homme (https://www.ish-lyon.cnrs.fr/informations-pratiques)

Vendredi 16 octobre à 10h30

Salle Marc Bloch, 14 avenue Berthelot, Lyon

Titres des deux volumes de travaux présentés :
Anthropologie des restes. De la poubelle au musée.
L’art de se passer des objets. La ressemblance dans l’œuvre de Jochen Gerz

Jury : Annette Becker (historienne, Paris Ouest-Nanterre-IUF), Howard S. Becker (sociologue, San Francisco/Paris), Philippe Descola (anthropologue, EHESS-Collège de France), Dejan Dimitrijevic (anthropologue, Lyon 2), Daniel Fabre (anthropologue, EHESS) et Gérard Lenclud (anthropologue, CNRS).

Staubsauger, Swaantje Güntzel ©

Staubsauger, Swaantje Güntzel ©

1- Anthropologie des restes. De la poubelle au musée.

De la poubelle à l’usine, des marchés de vide-greniers aux puces, du théâtre d’objets au mémorial, du patrimoine au musée et à l’objet comme reste, il s’agit de décrire les enjeux qui entourent des formes de requalification de l’histoire à travers celle de ses restes. Je cherche à interroger le pouvoir d’en faire autre chose (de les recycler), de se les transmettre (dans les vide-greniers), d’en jouer (au théâtre), de s’en emparer pour créer (dans l’art), ou notre refus de les perdre (le patrimoine), comme notre besoin de les enfermer (au musée)… Je questionne des manières de rendre compte de l’histoire. S’agit-il de dettes ? De devoirs de mémoire ? Ou d’arts du souvenir qui placent au cœur de leur pratique un art de l’oubli ? Raconter l’histoire pour l’oublier, écrire avec ses restes. Le souvenir est transport de la dépouille du passé jusqu’au seuil du présent, qu’il continue d’habiter. La mémoire serait un art de la récupération, du chiffonnage, du réemploi. Les restes sont une objection au sens premier des choses (une perte) et une résistance à leur disparition (une conservation). Leur requalification ouvre à une récupération de l’histoire. Dans ces moments de passage s’énonce ce qui est en train de passer. L’histoire.

Allemagne, Photo Anima Berten ©

Allemagne, Photo Anima Berten ©

2- L’art de se passer des objets. La ressemblance dans l’œuvre de Jochen Gerz

« Il est prouvé dans mon cas que rien ne semble briser davantage mes efforts vers d’autres hommes que la communication qui s’installe entre nous … admettre un malentendu, une visibilité … » L’autoportrait par Jochen Gerz, 1975 (fragments).
Le Monument de Harburg contre le fascisme de Jochen Gerz et Esther Shalev-Gerz
Allemagne, Photo Anima Berten ©

La soutenance sera suivie d’un pot puis d’une rencontre et d’un débat sur l’actualité de l’anthropologie : « Anthropologie, arts et musées » avec les membres du jury (Université Lyon 2 CREA, IIAC EHESS-CNRS). Salle Marc Bloch, de 15h à 17h.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.