Appel à communications: Mouvements sociaux et économie solidaire

Mouvements sociaux et économie solidaire

Critiques, engagement et pratiques alternatives (commerce, échange, production, monnaie)

Paris,  Conservatoire National des Arts et Métiers, 17 février 2012

Instances organisatrices: AISLF, CR 27, « Sociologie économique », AFS RT 21 « Mouvements sociaux », AFS RT 6 «  Protection sociale », Université populaire et citoyenne de Paris – CNAM, Axe STI-LISE, Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM, Paris), Réseau européen EMES, Institut CDC pour la Recherche – Caisse des Dépôts

 Appel à communication

 Ce colloque a pour ambition de dégager des perspectives d’analyse sociologique autour d’objets communs à deux champs: les  mouvements sociaux et l’économie solidaire. Il vise à en explorer les complémentarités et densifier ainsi les circulations et les questionnements réciproques entre les théories des mouvements sociaux et celles de l’économie solidaire sans pour autant cacher les divergences et les tensions entre certaines approches.

 La sociologie des mouvements sociaux pointe les enjeux soulevés par des mouvements dans les domaines de la consommation, de la production et des échanges. Face aux enjeux globaux et à une crise aux multiples dimensions, ces expériences offrent aux citoyens des opportunités pour devenir acteurs de leur vie et de leur monde à partir de leur espace local et de leur vie quotidienne. La sociologie des mouvements sociaux s’est également attachée à mieux comprendre les grammaires d’action ancrée dans des logiques d’expériences, d’expérimentation et de construction de soi, à partir de formes d’engagement qui font émerger des collectifs tout en valorisant l’autonomie des individus.

 La sociologie de l’économie solidaire apporte un éclairage stimulant sur ces débats. La tradition de l’économie sociale qui a insisté sur les entreprises collectives et leur fonctionnement interne est en effet aujourd’hui relayée par des actions visant à démocratiser l’économie à partir d’engagements citoyens. Ces dernières témoignent d’une « re-politisation » qui passe par la combinaison entre dimensions socio-économiques et socio-politiques. Elle s’appuie sur la mise en œuvre d’alternatives concrètes articulées à des questions sur la place de l’économie dans notre société. La dimension locale des initiatives ne les empêche pas de porter des enjeux de société et d’aspirer à un approfondissement de la démocratie qui réclame pour se réaliser une inscription dans l’économie. De plus elles participent d’une reconfiguration des modalités de protection sociale, entre désengagement de l’Etat et invention de nouvelles politiques publiques.

 Identifiée à travers de multiples études de cas dans différents continents, l’économie solidaire promeut de nouvelles formes d’associationnisme à partir d’espaces horizontaux d’expérimentation sociale et à partir de multiples formes de socialisation. Elles font écho à l’associationnisme pionnier de la première moitié du XIXe siècle, caractérisé par l’imbrication des enjeux de production, de consommation et de protection. Il s’agira de souligner les convergences et les divergences entre les associationnismes actuels et pionniers. Il s’agira aussi d’interroger les conceptions du changement social qui sous-tendent les pratiques analysées.

 Les communications sont en particulier attendues sur :

1-      des recherches empiriques permettant de mieux connaître des expériences récentes de mouvements sociaux et d’économie solidaire,

2-      Des croisements entre sociologie des mouvements sociaux et  de l’économie solidaire tant à partir de réalités observées que d’approches conceptuelles,

3-      Des réflexions sociologiques sur l’associationnisme et le changement social ainsi que des mises en perspective internationale et historique,

4-      Des analyses sur l’action publique, les relations entre pouvoirs publics et société civile.

Le colloque « Mouvements sociaux et économie solidaire » s’articule avec un autre colloque « La consommation critique. Mouvements sociaux, économie solidaire, pratiques et marchés » qui aura lieu les 28 et 29 mars à la Maison des Sciences de l’Homme, à Paris. Il se penchera plus spécifiquement sur la consommation critique, qu’il cherchera également notamment à articuler avec la sociologie des mouvements sociaux et de la consommation et l’économie sociale et solidaire. L’appel à communication peut être consulté sur le site http://mvtsociaux.hypotheses.org.

Les propositions de communication d’une page peuvent être envoyées en français ainsi qu’une brève notice bio-bibliographique du ou des auteur(s) pour le 31 décembre 2011 à l’adresse mseconomiesolidaire@gmail.com

Calendrier:

31 décembre 2011: clôture de l’appel à communications

15  janvier 2012 : sélection des communications

17 février 2012 : colloque

31 mars 2012 : dépôt des textes définitifs pour publication

15 mai 2012 : sélection des textes pour publication

Comité scientifique:

 Elisabetta Bucolo (Lise-Cnrs-Cnam)

Antonio David Cattani (Université de Porto Alegre)

Eric Dacheux (Université de Clermont-Ferrand)

Blandine Destremau (Lise-Cnrs-Cnam)

Laurent Fraisse (Lise-Cnrs-Cnam)

Bruno Frère (FNRS Université de Liège)

Laurent Gardin (Université de Valenciennes)

Keith Hart (Université de Durban)

Pedro Hespana, Professeur de Sociologie, Centre d’études sociologiques, Coïmbra (Portugal),

Jean-Louis Laville (CNAM),

Mohamed Madoui (Lise-Cnrs-Cnam)

Matthieu de Nanteuil (CriDIS, UC Louvain)

Geoffrey Pleyers (FNRS UC Louvain & CADIS-EHESS)

Anne Salmon (Université de Metz)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.