cfp Panel L18. Cities, Public Spaces and Rejects/Villes, espaces publics et rebuts

Kiripi Katembo7ème Conférence européenne des études africaines. Thème Afrique urbaine-Africains urbains : Des nouvelles rencontres du rural et de l’urbain

7th European conference on African studies – ECAS 7 Theme Urban Africa-Urban Africans: new rurality-urbanity encounters (english bellow)

29 Juin-1er Juillet 2017, Université de Bâle/Basel

 

Sylvie Ayimpam, Emilie Guitard, Jacky Bouju

Panel L18. Villes, espaces publics et rebuts : rencontres et confrontations rurales-urbaines

Ce panel sera consacré à la question des déchets, des ordures, des restes et du rebut dans l’espace public des villes en Afrique. Il propose d’analyser ce phénomène par le biais de la rencontre et de la confrontation entre le rural et l’urbain et à partir d’une analyse des formes variées d’occupation et des usages conflictuels des espaces publics par des activités privées et par l’accumulation des rebuts et des dépotoirs d’ordures.

Dans les villes africaines, les usages divers des espaces publics permettent l’observation privilégiée de la rencontre-confrontation entre le rural et l’urbain. Ce panel propose d’interroger cette rencontre-confrontation sous divers aspects, à partir d’une analyse des formes variées d’occupation et des usages conflictuels des espaces publics par des activités privées salissante, l’accumulation des rebuts et la prolifération des dépotoirs. La question du « rebut », englobe ici la thématique des « déchets domestiques », des « ordures » et des « eaux usées », ainsi que les objets qu’on abandonne ou qu’on peut réutiliser. L’analyse de leur accumulation, de leur évacuation, de leur transformation, de leur recyclage et de leur valorisation peut mettre en lumière l’imbrication d’enjeux économiques, politiques, sociaux et environnementaux insoupçonnés, au cœur de la gouvernance et du « vivre-ensemble » dans les villes africaines.

On observe depuis plusieurs décennies partout en Afrique un exode rural continu, qui déverse des flux importants de migrants vers les centres urbains. Ces « néo-citadins » ont des usages de la ville et des espaces publics qui correspondent généralement à un habitus rural. Celui-ci se trouve renforcé par leur installation dans les quartiers périphériques non lotis et non équipés des infrastructures urbaines de base (assainissement, adduction d’eau et fourniture en électricité, aménagement des marchés, etc.). Ces néo-citadins développent ainsi des usages particuliers des espaces urbains habités et des espaces publics qui s’avèrent souvent en contradiction avec la loi et les usages des citadins de longue date.

Certains chercheurs se sont demandés, à juste titre, si les pratiques actuelles des espaces publics urbains en Afrique, et les conflits fréquents qui découlent de leur confrontation, n’avaient pas pour origine une contradiction entre les modes historiques d’occupation de  l’espace et la morphologie urbaine d’origine coloniale. Dans le même ordre d’idée, on peut aujourd’hui se demander si l’afflux ininterrompu de néo-citadins d’origine rurale, venus avec des conceptions et des pratiques des espaces urbains en contradiction avec la loi et les usages des citadins de longue date ne joue pas un rôle central dans les phénomènes de dégradation et de salissement visibles dans nombre de villes du continent.

Le contexte historique apparaît en effet comme un élément structurant dans la mesure où, dans de nombreuses villes africaines, l’imposition du modèle urbain colonial a engendré des espaces publics déconnectés des « traditions » urbanistiques africaines. La confrontation entre l’urbain et le rural se fait jour par exemple dans l’organisation alvéolaire des cours des villes précoloniales ou la structure topocentrique des villages en milieu rural, mais aussi dans certaines villes dans les différences d’occupation de l’espace observables entre les quartiers aménagés en damier ( ?) par les colonisateurs et les quartiers historiques préexistants à la conquête coloniale. On observe ainsi des usages de la ville liés à la présence massive de néo-citadins, de migrants ruraux, mais aussi à des conceptions « traditionnelles » de l’habitat domestique conçu pour réunir les nombreux membres d’une famille étendue. Ces éléments d’ordre historique présentent des contradictions structurelles, qui engendrent des usages conflictuels de l’espace urbain.

La précarité économique et l’analphabétisme apparaissent aussi comme des causes majeures d’influence des modèles de comportement des citadins dans les espaces citadins. Ceux qui doivent réinventer chaque jour leurs moyens de subsister adoptent parfois des comportements rebelles aux lois et indifférents aux règles de l’urbanité et du « vivre-ensemble » en ville. Nombre des usagers de la ville, qu’ils soient citadins de longue date ou néo-citadins d’origine rurale en situation d’extrême pauvreté, subsistent en pratiquant quotidiennement une multitude de micro-activités informelles dans les espaces publics urbains dont ils remodèlent l’organisation  et structurent ses usages à leur convenance (petits commerces, artisans, réparateurs, opérateurs de transport, etc.). Ces usages des espaces publics par les plus pauvres et/ou les néo-citadins sont généralement en contradiction avec leur destination fonctionnelle initiale, vouée notamment à la circulation des véhicules, des passants et des eaux : ils sont pour eux à la fois des lieux de vie, de travail, de circulation et d’échange, mais aussi d’accueil des activités salissantes et d’évacuation des déchets.

Nous aimerions recevoir des contributions sur ce thème axées notamment sur les problèmes de gouvernance urbaine et sur la question des usages des espaces publics et des incivilités qu’ils génèrent. Quels sont les modes actuels de réutilisation des rebuts par les citadins pour survivre ? Que révèle la vie et le travail dans les tas d’ordure et les décharges publiques des ressorts économiques et symboliques de la relation des citadins aux rebuts ? Comment les rebuts et les déchets participent-ils au processus empirique de délimitation des frontières entre « public » et « privé » dans l’espace public ? Quels problèmes de gouvernance urbaine révèlent l’accumulation des rebuts et la permanence des incivilités qui y sont associées ? Par quelles pratiques les citadins compensent-ils ces défaillances et régulent-ils ces incivilités ?

Ce Panel L18, “Villes, espaces publics et rebuts” sera bilingue, français et anglais. Il se situe dans une perspective interdisciplinaire et les contributions des différentes sciences sociales (science politique, sociologie, économie, histoire, anthropologie, géographie, droit) seront les bienvenues.

Pour envoyer votre proposition de communication en français ou en anglais, cliquez sur le lien ci-dessous, puis cliquez sur le lien « propose a paper » en bas de page, à gauche.

NomadIT Conference Suite

Mots-clés : déchets, ordures, restes, rebuts, insalubrité, espace public, informel, récupération, recyclage, assainissement, gouvernance urbaine, normes pratiques, exode rural, citadinité, incivilités, néo-citadins, urbanité.

 

PANEL L18: Cities, Public Spaces and Rejects: Encounters and Confrontations between Rurality and Urbanity

This panel will be devoted to issues related to reject, discards, rubbish, litter and scrapheaps in urban public spaces in Africa. It proposes to analyse these phenomena through the encounter between urbanity and rurality. It builds on an analysis of varying forms of conflicting uses and occupations of public spaces by private activities producing waste accumulation as well as scrapheaps.

In African cities, the various uses of public spaces offer the opportunity for an observation of the encounter/confrontation between urbanity and rurality. This panel proposes to question several aspects of this confrontation, starting from an analysis of varying forms of conflicting uses and occupations of public areas by messy private activities, waste accumulation, rubbish tips and scrapheaps proliferation. Here, the notion of “reject” encompasses that of “domestic waste”, “rubbish” and “sewage”, along with that of reusable items. The analysis of accumulation, discharge, transformation, recycling, and repurposing processes of rejects can shed light on unexpected political, social and environmental issues dovetailing at the heart of governance and ‘good cohabitation’ dynamics in African cities.

Since many decades a continuous rural exodus has been observed which drives significant migrant flows towards urban African centres. These new city dwellers display behaviours and space uses which generally correspond to their original rural habitus. This habitus is reinforced as they usually settle primarily in suburban neighbourhoods unequipped with basic urban infrastructures (sanitation, water and power conveyance, market planning, etc.). These new city dwellers indeed develop specific uses of inhabited urban public spaces which often contradict with legal requirements and longstanding urban-dwellers usages.

Some researchers have wondered whether current public space uses and the frequent conflicts that ensue from their confrontation in Africa, did not originate from discrepancies between the historical modes of space occupation and the urban morphology fostered by colonialism. Indeed, the historical context appears as a structuring factor insofar as the imposition of the colonial urban model has engendered public spaces disconnected from African urban “traditions” in a great number of African cities. The confrontation between urbanity and rurality is for instance illustrated by the honeycomb-type organisation of precolonial city yards or the topocentric structure of villages in rural areas. These precolonial historical neighbourhoods stand in deep contrast with the “grid-planned” wards arranged by colonisers and the present modernity.

Economic precarity and illiteracy also appear as major causes influencing behaviour in cities. Those who daily create their means of subsistence sometimes adopt behaviours labelled as rebellious to laws and indifferent to urbanity rules and good cohabitation. A great number of city users, be them very poor longstanding urban-dwellers or neo-urbanites of rural origin, survive daily through practicing multiple informal micro-activities in the urban public spaces whose organisation and use they are remodelling and restructuring according to their own convenience (small traders, craftsmen, repairers, transport operators, etc.). These public space uses by the poorest and/or neo-urbanites generally contradict with the initial functional purposes, notably related to vehicle and passer-by traffics as well as water circulation; for them, they are simultaneously loci of life, work, passing and exchanges but they also host messy activities and waste disposal.

We are keen to receive contributions on these topics, focusing more particularly on issues related to urban governance and the uses of public spaces along with incivilities they generate. What are the current modes of waste re-use developed by citizens for the sake of their survival? What do life and work on scrapheaps and public landfills reveal about the economic and symbolical underpinnings of citizens relations with rejects and wastes? How do discards and rubbish participate in the empirical boundary delimitation between “public” and “private” in the public spaces? What are the urban governance problems revealed by waste accumulation and associated incivilities? Through which practices do city dwellers offset these breakdowns and regulate these incivilities?

This L18 Panel “Cities, Public Spaces and Rejects” will be bilingual, French and English. It is situated in an interdisciplinary perspective and contributions from different fields of the social sciences (political science, sociology, economy, history, anthropology, geography, law) will be welcome. To send your contribution, please click on the link above and then on “propose a paper” down the page on the left-hand side.

NomadIT Conference Suite

Key-words: Rubbish, Waste, Discards, Rejects, Insalubrity, Public Space, Informal Sector, Recycling, Recovery, Recycling, Sanitation, Urban Governance, Practical Norms, Rural exodus, Urbanity, Incivilities


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.