Thèse en cours: Vers un nouveau sens pour la consommation d’objets usagés ? (Aurélie Dehling)

Vers un nouveau sens pour la consommation d’objets usagés ?

Thèse effectuée sous la direction de Jean-Pierre Albert (EHESS) et Eric Vernette (IAE Toulouse).

Terrain d’enquête à Montréal (Canada).

Ressourcerie Lourdement stigmatisée et souvent mésestimée, la consommation d’objets usagés a longtemps été considérée comme un épiphénomène de notre société de consommation et ce, malgré une croissance marquée dès le début des années 1980 (Roux, 2002). Aujourd’hui, le caractère confidentiel et inavoué de ce mode de consommation semble en pleine régression puisque consommateurs nord-américains et européens déclarent à son égard un intérêt sans précédent. En effet, fin 2008, 91% des Américains affirmaient songer aux objets usagés pour leurs futurs achats[1] et, fin 2010, 60% des Européens confirmaient quant à eux avoir déjà acheté au moins un produit culturel de seconde main[2] .
 C’est face à cet engouement que l’idée de cette recherche a pris naissance. Elle a pour ambition de compléter la recherche déjà existante en visant deux objectifs : le premier sera de dresser un portrait des acheteurs d’objets usagés s’attachant à intégrer l’importance des canaux de distribution utilisés et l’influence de la catégorie des objets achetés dans les comportements observés ; le second sera de tenter de découvrir si, au-delà des seuls bénéfices économiques (Bauhain-Roux et Guyot, 2001, Chantelat et Vignal, 2002) et récréationnels (Soiffer et Hermann, 1987 ; Belk, Sherry et Wallendorf, 1988 ; Sherry, 1990 ; Gregson et Crewe, 1997a ; Crewe, 2000 ; Roux, 2008 ; Bardhi et Arnould, 2005 ; Hiller Connell, 2009), la mise au jour d’un sens nouveau prêté à la consommation d’objets usagés pourrait être à la source de son récent affranchissement et de sa pratique désormais décomplexée.
Ces interrogations trouveront leurs réponses dans les résultats d’une ethnographie réalisée dans la région de Montréal (2010-2011) au cours de laquelle plusieurs méthodes se sont succédées et complétées : observation non participante dans des magasins et entrepôts, des salles d’enchères, des marchés aux puces, des ventes de garages et des sites de ventes en ligne ; observation participante de l’intégralité du processus d’achat d’objets usagés auprès de 5 participants et enfin 31 entrevues semi-dirigées réalisées auprès d’acheteurs et non-acheteurs d’objets usagés. Ce terrain ethnographique a également été suivi d’une enquête quantitative réalisée auprès de 1200 Québécois au printemps 2011.

[1] Enquête réalisée par Lightspeed research pour Brandweek, sondage Internet réalisé en octobre 2008, échantillon de 1000 adultes.

[2] Consommer en 2010, Observatoire Cetelem, 2010

Pour contacter Aurélie Dehling: adehling [at] gmail [point]com

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.