Appel à communication – Journée d’étude Deuxième Vie des Objets – 7 juin 2018

Lexiques vernaculaires – Les mots du recyclage et de la récupération 

© Nathalie Ortar4e journée d’étude de l’Atelier Deuxième vie des Objets

Organisée par Fanny RASSAT (doctorante Université Diderot Paris VII- LADYSS), Jeanne GUIEN (doctorante Université Paris I Panthéon-Sorbonne – CETCOPRA), Nathalie ORTAR (Chargée de recherche MEEM, LAET), Élisabeth ANSTETT (directrice de recherche CNRS, IRIS)

le Jeudi 7 juin 2018 de 9h à 19h

EHESS – 105 Boulevard Raspail 75006 Paris (salle 13 – changement de salle)

L’atelier « Deuxième vie des objets » constitue depuis sa création en 2011 un espace ouvert et interdisciplinaire d’échanges et de circulation des savoirs entre chercheurs, jeunes ou plus confirmés, travaillant sur les pratiques de recyclage et de récupération, et plus généralement sur les logiques présidant à la réappropriation des restes. Il fonctionne sur la base d’un séminaire se déroulant à l’EHESS-Paris (voir ici), d’un carnet de recherche (http://dvo.hypotheses.org/) et de journées d’études thématiques.

Lors de la journée d’étude organisée en mai 2016 à Buenos Aires, les difficultés voire l’impossibilité à traduire certains termes utilisés par les chercheurs français ou argentins, nous ont fait prendre conscience de la richesse et de la spécificité du vocabulaire entourant la deuxième vie des objets. Le fait de bricoler, de jeter, de récupérer ou de recycler a en effet souvent donné naissance à un lexique singulier qui a émergé dans différents contextes historiques, culturels et sociaux. Ces termes peuvent désigner des lieux ou des espaces (par exemple quemas, marché aux puces), des objets ou des outils (tels que la réderie, la biffe), des métiers (ainsi biffin, ciruja), des personnes ou des positions statutaires (telles que clientes, Zabbalîn); ils permettent de saisir les rapports spécifiques qui s’inventent ici ou là entre des objets déclassés ou des matières déchues, et les hommes qui les manipulent ou y ont à faire. Ces termes qui sont à la fois caractéristiques de leurs contextes d’énonciation et sans équivalents systématiques dans d’autres langues, font depuis quelques mois  l’objet d’une documentation, restituée dans un abécédaire mis en ligne en Open Access : http://dvo.hypotheses.org/abcdaire-de-la-deuxieme-vie-des-objets-abcdario-de-la-segunda-vida-de-los-objetos

Dans le prolongement de ce travail et afin d’en élargir encore les perspectives, nous lançons un appel à communications visant à expliciter des termes spécifiques à l’univers du recyclage et de la récupération. Les communications partiront d’un terme vernaculaire qui n’est pas forcément traduisible terme à terme dans une autre langue, et qui devra être présenté dans sa singularité afin de permettre de restituer le contexte historique, social et culturel dans lequel il a été forgé et/ou utilisé : chaque mot permettant au final de restituer un monde social.

L’objectif de cet appel, au-delà de la simple constitution –pourtant pionnière en son genre- d’un lexique propre au champ des discard studies, est de faire partager le vocabulaire et d’ouvrir de nouvelles pistes d’analyses. La diversité des terrains et problématiques rencontrées invite à réinvestir des questions traditionnelles et à affronter des interrogations inédites.

Des contributions sont ainsi attendues sur :

  • les territoires et lieux des restes (approches géographiques et anthropologiques),
  • les statuts des acteurs (rapports de pouvoirs, biographies; sociologie et économie),
  • les métiers et les gestes du recyclage et de la récupération (culture matérielle; ethnologie)

Les contributions devront apporter un éclairage des dimensions fondamentalement économique et politique des pratiques et des mondes sociaux ainsi désignés. Les propositions de géographes, d’anthropologues, de sociologues, d’économistes ou de philosophes sont ainsi les très bien venues.

Les propositions de communication de 500 mots maximum, accompagnées d’un bref curriculum vitae mentionnant les coordonnées complètes de l’auteur et son affiliation institutionnelle, sont à adresser avant le 1er mars 2018 à dvo.seminaire1@gmail.com Les réponses seront adressées par les organisatrices de la journée au plus tard le 31 mars 2018.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.