Journée d’étude « La circulation des objets comme levier post-colonial » (Paris, 10 décembre 2011)

La circulation des objets comme levier post-colonial

Journée d’étude 10 décembre 2011 à  Bétonsalon

autour de l’exposition « Une légende en cache une autre »

9 esplanade Pierre Vidal-Naquet, 75013 Paris

Rez-de-Chaussée de la Halle aux Farines

www.betonsalon.net

 

Exposition en cours : « Une légende en cache une autre« , du 16 novembre 2011 au 28 janvier 2012

Avec : Agence, Daniel Boyd, Peggy Buth, Jimmie Durham, Kiluanji Kia Henda, Camille Henrot, Patrizio di Massimo, Uriel Orlow, Francis Upritchard, Françoise Vergès (Maison des Civilisations et de l’Unité Réunionnaise), Susan Vogel.

« Quand les hommes sont morts, ils entrent dans l’histoire. Quand les statues sont mortes, elles entrent dans l’art.

Cette botanique de la mort, c’est ce que nous appelons la culture. »

Les statues meurent aussi (1953), Chris Marker et Alain Resnais

Une légende en cache une autre a pour ambition d’élargir le contrechamp de l’histoire officielle en prenant pour point de départ un sujet qui figure au coeur de l’actualité muséologique : celui de la restitution anthropologique. Inspirées par le récent rapatriement de la tête de guerrier maori du Muséum de Rouen à sa terre ancestrale, la Nouvelle-Zélande, cette exposition et série de rendez-vous proposent d’explorer les questions éthiques, scientifiques, politiques et juridiques soulevées par les affaires de restitution.

Une légende en cache une autre s’attache par la même à problématiser le déplacement entre objet traditionnel et de culte, d’une part, et objet historique et muséologique, d’autre part. Un objet peut-il avoir plusieurs statuts ? Qui a la légitimité pour prendre cette décision ? Existe-t-il d’autres récits possibles pour accéder à la lecture de ces objets ? Une déconstruction critique de ces questions permettra de rendre visible et lisible qu’une légende sur un cartel d’exposition en cache souvent une autre.

Abordant les sujets de la mémoire collective et de l’héritage, Une légende en cache une autre initie une rencontre entre œuvres, documents ethnographiques et juridiques, films et projets muséographiques. Documentant des situations réelles, ayant recours à la fiction ou encore radicalisant le rapport au patrimoine, les artistes, chercheurs et plate-formes invités sont tous engagés dans des démarches réflexives portant sur l’objet muséologique et défiant la représentation ethnographique.

Une proposition de Mélanie Bouteloup et Anna Colin.

Journée d’étude 10 décembre 2011

La circulation des objets comme levier post-colonial

(conférence, table ronde, débat, 13.30 – 17.00 heures)

13.30-13.45 Courte Introduction à la journée (Lotte Arndt)

13.45 –14.45 Conférence de Larissa Förster (en anglais)

« These skulls are not enough ». Engaging with colonial violence, the history of science and postcolonial museology in Germany and Namibia

15.00 – 16.45 Table ronde avec la participation de

 Bernard Müller : « Le dilemme de la restitution et le paradoxe de la présence par l’absence », (contribution par vidéo)

 Françoise Vergès : « Stratégies subalternes: mémoires, objets, culture immatérielle »

 Malick Ndiaye : « Mémoires et migrations de l’objet : l’exemple des patrimoines de la traite et de l’esclavage »

 (modération et introduction: Lotte Arndt)

Larissa Förster, researcher at the Centre for Advanced Studies Morphomata at the University of Cologne, is a social anthropologist with a regional focus on Southern Africa. In her PhD, entitled „Postcolonial Landscapes of Memory. How Germans and Hereros Commemorate the Colonial War of 1904“ (Frankfurt 2010; original title in German) she has looked at contemporary ways of remembering colonialism in postcolonial Namibia by means of a comparative study of oral history and commemorative practices among German-speaking and Herero-speaking Namibians. Another field of study of hers is the history of ethnographic collecting and of ethnological museums, with a particular focus on most recent transformations. In her current research she looks at how colonial violence is represented in art works and museums and at processes of restitution and repatriation between formerly colonising and formerly colonised countries/ communities. Larissa Förster is also a co-curator of major exhibitions such as „Namibia – Germany: A Shared History. Resistance, Violence, Memory“ (Cologne 2004 and Berlin 2005) and „Afropolis. City, Media, Art“ (Cologne and Bayreuth 2010/2011).

 Bernard Müller est chercheur et concepteur de projets culturels. Anthropologue de formation, son domaine principal est le spectacle : théâtre, performance artistique et diverses mises en forme spectaculaires. Outre ses recherches, il conçoit des programmes culturels et intellectuels divers : expositions, cycles de conférences, programmes multimédia. Il coordonne les activités de CURIO, une structure autonome contribuant la diffusion des connaissances et au décloisonnement des savoirs. Depuis 2002, il coordonne un projet de recherche sur les butins des guerres coloniales, envisagés comme des bris de récit historique. L’objectif de ce projet consiste notamment à saisir les expressions culturelles et populaires de la mémoire coloniale en recueillant les récits liés aux événements coloniaux au cours desquels les objets ont été spoliés, au titre de prise militaire. On s’intéressera plus particulièrement à la « mémoire des lieux », c’est à dire à la façon dont la mémoire des combats coloniaux est transmise aujourd’hui. Bernard Müller est auteur de nombreux articles portant sur la mémoire coloniale. www.brokenmemory.net

Malick Ndiaye est titulaire d’un Doctorat en Histoire et Critique des arts de l’Université Rennes 2. Spécialiste des arts contemporains africains et des théories postcoloniales, il a été chercheur dans le programme « Art et Mondialisation » de l’Institut National d’Histoire de l’Art, France et actuellement conservateur stagiaire à l’Institut National du Patrimoine. Il coordonne l’inventaire général des patrimoines de la traite négrière et de l’esclavage sous la direction du département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique de la Direction générale des Patrimoines du Ministère de la culture et de la communication. Auteur de « Réinventer les musées » (2007), il collabore avec diverses revues (africultures, critique d’art, cahiers d’études africaines, ethiopiques…) et participe à plusieurs rencontres internationales sur l’art contemporain, les musées ou les sociétés postcoloniales.

Françoise Vergès est Consulting Professor à Goldsmiths College, Londres et présidente du Comité pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage (www.cpmhe.fr). Françoise Vergès a publié en français et en anglais sur l’esclavage, l’abolitionnisme, la postcolonialité, Frantz Fanon, Aimé Césaire, les mondes de l’Océan Indien et la muséographie postcoloniale. Dernier ouvrage : L’Homme prédateur. Ce que nous enseigne l’esclavage sur notre temps, chez Albin Michel (avril 2011).

Lotte Arndt est doctorante en études culturelles aux universités Paris VII, Denis Diderot et Humboldt Universität Berlin. Rattachée au Frankfurt Research Center for Postcolonial Studies, elle collabore avec bétonsalon sur la série mensuelle de conférences Sous le ciel libre de l’histoire. Agissant en activiste culturelle et travaillant sur et dans des conflits postcoloniaux multiples, c’est notamment le projet avec le groupe berlinois artefakte/anti-humboldt sur la restitution comme stratégie possible de contestation des archives coloniaux et leurs répercussions contemporaines qui la conduit à interroger les collections des musées ethnographiques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.