La dialectique des restes : circulation, trafic et appropriation des vestiges archéologiques au Pérou

Soutenance de thèse d’Emanuela Canghiari, doctorante LAHIC/IIAC – EHESS

Samedi 7 avril à 9h, en salle 2, à l’EHESS (105 Bd Raspail, 75006, Paris).

Résumé
Le but de cette recherche ethnographique, menée au Pérou à partir de 2008, est de restituer les pratiques, les discours moraux et les multiples stratégies qui sous-tendent l’appropriation des vestiges et des pièces archéologiques par plusieurs acteurs. Cette question est abordée à travers le prisme particulier du trafic d’art et des pratiques considérées comme illicites. Une ethnographie itinérante (Marcus, 1995) et une méthodologie basée sur la biographie des objets (Kopytoff, 1986) permettent de reconstruire le circuit de céramiques, de la production (la fouille clandestine) à la consommation (l’achat) en passant par leur échange, don et contrefaçon. De trésors à biens culturels, d’artefacts à curiosités, le parcours de ces objets met au jour à la fois la multiplicité de leurs usages socio-politiques et l’évolution des instances de légitimation qui les concernent. La thèse s’intéresse plus particulièrement au département de Lambayeque, situé sur la côte nord, connu pour les remarquables découvertes archéologiques (civilisation Mochica) qui y ont eu lieu au cours des dernières décennies. Elle démontre que, loin d’être les fruits d’un consensus, la patrimonialisation et la mise en tourisme, en tant que ressources économiques et symboliques, peuvent exacerber les conflits, en créant des dynamiques d’inclusion et exclusion. De fait, l’opposition historique entre conservateurs et destructeurs du patrimoine renforce encore davantage l’asymétrie entre professionnels et communautés porteuses, en termes de savoir et de pouvoir. De plus, le manque de filiation des habitants avec les ancêtres (et donc l’absence de continuité et d’ « authenticité »), jugé par les institutions comme en lien avec une attitude destructive et purement marchande, a entravé une réelle participation de la communauté dans la patrimonialisation. Pour en être reconnus en tant qu’acteurs légitimes, et non comme simples bénéficiaires, ils sont ainsi contraints de reformuler leurs régimes de valeur et de renégocier leurs logiques d’appartenance.

Mots clés : Archéotrafic, patrimonialisation, logiques d’appartenance, légitimation, éthique de la recherche, moralisation, Pérou, Mochica

Le jury sera composé de:

M. AMSELLE Jean-Loup, directeur d’étude à l’EHESS (directeur)
Mme. DERLON Brigitte, Directrice d’études à l’EHESS
M. GIUDICELLI Christophe, Maître de conférence à l’Université Rennes 2 (Rapporteur)
M. POUPEAU Franck, Directeur de recherche au CNRS
Mme. ROBIN AZEVEDO Valérie, Professeure d’anthropologie à l’université Paris Descartes (Rapporteur)

Vous êtes chaleureusement conviés au pot qui suivra la soutenance de thèse. Merci de m’informer de votre présence par mail (emanuela.canghiari@ehess.fr) afin d’en faciliter l’organisation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.