Désobéissance technologique

Auteur: Grégory Marion

Depuis les années 1960, les situations de crise économique et politique que la population cubaine a traversées l’ont contrainte — face à la nécessité quotidienne de tout réinventer — à développer d’innombrables « arts de faire» selon l’expression de Michel de Certeau, à cultiver une ingéniosité et une tournure d’esprit, un ensemble de pratiques et de gestes qui consistent à s’affranchir des limites autoritaires réelles et symboliques d’un produit, d’un bien de consommation, d’une norme, d’une réalité technique, pour trouver une solution efficace à une demande de première nécessité. C’est en 2006 que le designer-artiste Ernesto Oroza caractérise en langue française ces pratiques sous le nom de « désobéissance technologique ». On trouve en effet l’expression sous la plume de l’auteur en tant que titre de l’une des sections de la recherche intitulée « Innovation familiale » présentée par Marie-Haude Caraës et Philippe Comte à l’occasion de la Biennale internationale de design de Saint-Etienne (cf http://innovation.familiale.free.fr/desobeissanceTech.pdf).

En 2009, retravaillant la notion, l’auteur lui donnera une plus grande portée, la présentant comme un vaste champ de recherche. Il posera, non sans ambivalence, que si la « désobéissance technologique » est « une rébellion de l’individu face aux valeurs de la culture matérielle capitaliste [elle] n’est pas seulement le refus et la transgression de l’autorité des objets industriels et des modes de vie qu’ils contiennent et projettent. Elle incarne surtout une déviation face aux aspérités économiques du contexte cubain. La désobéissance que j’ai appelée « technologique » [poursuit-il] a donc des imbrications sociales, politiques et économiques, si on peut encore parler d’elle en ces termes. C’est une interruption de l’état de transition pérenne qu’impose l’Occident comme de l’état de transition, également interminable, que propose officiellement Cuba » (Oroza, 2009, p.20).

Ainsi, le phénomène s’apparente à une culture matérielle de la réinvention qui outrepasse et s’impose matériellement tout autant que symboliquement à la fois aux cadres normatifs des pays industrialisés, aux restrictions imposées par l’embargo étasunien et à l’autorité de l’Etat. Ces « manières de faire » libératrices impliquent alors la dévoration irrévérencieuse d’objets techniques pour la production d’artefacts seconds, métissés et inventifs pouvant servir à améliorer le cadre de vie. Par conséquent, replacée dans ce contexte, la « désobéissance technologique » n’est pas réductible aux notions de « réemploi », de « bricolage », de « hacking » ou de la « culture maker » provenant des pays occidentaux supposés « avancés ».

Même si elle en partage l’aspect informel, la « désobéissance technologique » va plus loin et désigne davantage la logique syncrétique de ces pratiques qui ingèrent, cannibalisent et mêlent sans interdit un vocabulaire éclectique, allant des produits industriels importés en passant par les productions locales, les ressources naturelles, les habitudes vernaculaires. Elle digère avec un implacable pragmatisme toute réalité physique trouvée pour ce qu’elle offre d’opportunité ; telle le Manifeste anthropophage d’Oswald de Andrade, elle mange la culture colonisatrice.

 

Bibliographie indicative :

  • Ernesto Oroza, Rikimbili, Une étude sur la désobéissance technologique et quelques formes de réinvention, Cité du Design et Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2009.
  • Henry David Thoreau, La Désobéissance civile, 1849.

Originellement intitulé Resistance to Civil Governement (Résistance au gouvernement civil) ; c’est l’éditeur qui l’aurait renommé en Civil Disobedience – selon l’expression inventée par Thoreau dans une correspondance – lors de sa réédition posthume (1866). Avec le Discours de la servitude volontaire d’Étienne de La Boétie, La Désobéissance civile est un ouvrage fondateur du concept de désobéissance civile.

  • Oswald de Andrade, Manifeste anthropophage (1928) in Jean-Pascal Dubost, Manifeste anthropophage d’Oswald de Andrade (traduction Lorena Janeiro) et Anthropophagie zombie de Suely Rolnik (traduction Renaud Barbaras), Paris : Black Jack éditions, Coll. « Pile ou face », 2012.
  • Frédéric Gros, Désobéir, Paris : éditions Albin Michel, 2017.

Voir aussi : « Futurs non-conformes #1 mythologies », exposition proposée par Nicolas Maigret, artiste, commissaire et enseignant à The New School Parsons Paris avril – octobre 2016 : http://espacevirtuel.jeudepaume.org/technological-disobedience-2694/

http://www.technologicaldisobedience.com/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.