Pfandsammler

auteur : Sebastian J. Moser

 

Le Pfandsammler (glaneur de bouteilles consignées) est un terme allemand désignant une personne récupérant des bouteilles ou des cannettes vides dans l’espace public pour les échanger contre l’argent de la consigne. Son revenu est lié à la valeur monétaire des emballages vides (0,05€, 0,15€ ou 0,25€). Afin de rassembler suffisamment de matériau, il lui faut se concentrer sur des lieux connaissant une forte fréquentation comme les centres ville, les parcs publics, les rassemblements lors d’événements sportifs ou culturels. Les zones de glanages, propres à chaque glaneur, sont composées de « points » précis, reliés par un cheminement spécifique car nombre de récipients sont entreposés sur les accotements. Les « points » sont avant tout les poubelles. Le glaneur dispose de différentes stratégies pour s’en approcher, il peut notamment s’approprier discrètement l’emballage en faisant mine de jeter quelque chose dans la poubelle.

Le glanage d’emballages consignés nécessite de disposer de lieux d’entreposage ou d’une capacité de stockage portative qu’il s’agisse de sacs en plastique, sacs à dos, chariot de course ou charrettes auto-construites. Ces dernières, conçues pour les besoins spécifiques de glanage de bouteille, servent surtout à marquer une différence en termes de professionnalisme et de puissance, surtout corporelle, car une fois remplie, elles sont lourdes et par conséquent difficilement maniables. La plupart des moyens de stockage et de transport ne quittent jamais la main du glaneur et doivent être constamment surveillés de peur d’être volé tant que les récipients n’ont pas été remis dans l’automate d’un supermarché, un procédé qui rend le retour des bouteilles consignées  quasiment anonyme.

Plusieurs stratégies de collecte coexistent. Le « glaneur-ordinaire »[1] qui ne fait son tour qu’une fois dans la journée ramènera d’un seul trait les quelques bouteilles qu’il a récupérées. Le « glaneur-bosseur » qui lui sort plusieurs fois par jour voire nuitamment, stocke les emballages chez lui ou dans des cachettes en ville et les vident au fur et à mesure. Le « glaneur-entrepreneur » remplit de grands sacs poubelles (entre 250 et 500 objets). Il ne pourra pas bloquer l’automate trop longtemps, car il risquerait à force l’interdiction d’accès au supermarché (Hausverbot), et a par conséquent besoin d’endroits d’entreposage. Symboliquement, cette dernière étape est importante : il s’agit d’un feed-back quantifiable et immédiat mesurant la force-de-travail. De plus, elle informe de l’utilité sociale et écologique car le Pfandsammler nettoie l’espace public et récupère ce qui sans lui aurait été perdu.

Cet aspect de son travail est important car le glanage n’est pas uniquement utile mais aussi dérangeant : la présence des glaneurs dans l’espace public est un rappel continu de l’obligation écologique et morale du consommateur à recycler. En renvoyant le glanage de bouteilles uniquement à un phénomène de pauvreté, le consommateur calme sa conscience. Jeter un emballage devient une aide pour ceux qui sont, selon lui, dans le besoin financier. Pour le Pfandsammler, ses motivations sont plus complexes et à l’appât du gain se mêlent le désir d’être socialement utile, d’occuper son temps et d’échapper à la solitude.

 

Indications bibliographiques

Moser, S.J. : Pfandsammler. Erkundungen einer urbanen Sozialfigur. Hamburger Edition, 2014

Moser, S.J. : « Le retour des glaneurs. Aperçu de l’Allemagne urbaine », in Écologie et Politique. No. 49, 2014, pp. 131-142.

Rau, A. : Alltag Flaschensammeln. Ethnographie einer informellen Arbeitspraxis. Herbert Utz Verlag, 2016.

 

[1] Il s’agit de catégories produites à l’issu d’un travail ethnographique de l’auteur.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.