Thèse en cours: « Le grand chef doit être comme le grand tas d’ordures » (Emilie Guitard)

« Le grand chef doit être comme le grand tas d’ordures »

La gestion des déchets comme arène politique et « objet de pouvoir » dans deux villes moyennes du Cameroun (Garoua et Maroua)

Thèse d’anthropologie sociale réalisée par Emilie Guitard sous la direction de Michael Houseman (EPHE/CEMAF) et Christian Seignobos (IRD/Université Paris 1)

A Garoua et Maroua, villes moyennes du nord du Cameroun, on entend souvent que « le grand chef doit être comme un grand tas d’ordures ». Pour l’observateur, cette sentence entre en résonance avec la prolifération des accumulations de déchets dans les espaces publics (tas d’ordures, dépotoirs), qui contraste fortement avec la propreté stricte des habitations, ainsi qu’avec le tri et la récupération intenses des objets et matières déchues qui s’y déroulent. Elle fait aussi écho à l’existence ancienne de très grands tas d’ordures près de certaines chefferies des environs de Maroua, mais aussi au cœur des deux villes.

Depuis 2007, une ethnographie de la circulation des déchets depuis la sphère privée jusqu’aux espaces publics urbains et des discours de ses différents acteurs (citadins, chefs traditionnels, élus locaux, agents municipaux, employés d’une récente société de collecte privée) me permet d’analyser ce rapport particulier entretenu par le pouvoir, ses lieux et ses représentants divers, avec les déchets et notamment leurs accumulations.

Au-delà du constat classique de la déficience du service public de gestion des déchets dans les villes africaines, ce champ de la gestion urbaine peut être appréhendé à Garoua et Maroua sous l’angle de la « gouvernance», dans la lignée des approches en anthropologie du développement (J. Bouju, 2002, 2004, 2009 J.P. Olivier de Sardan, 2002, G.Blundo, 2009). En tant qu’arène politique, il est en effet révélateur des enjeux de pouvoir locaux comme des confrontations entre les différentes stratégies d’acquisition de pouvoir et de légitimité politique des acteurs des deux villes.

Parallèlement, l’étude de la définition du « déchet » et de ses pratiques de manipulation et d’évacuation par les citadins comme les autorités, « traditionnelles » et administratives, à travers le prisme du rapport corporel à la culture matérielle (J. P. Warnier), permet aussi de considérer à Garoua et Maroua les « lieux d’ordures » et les nouveaux dispositifs techniques de collecte (poubelles, bennes) comme des objets ambivalents « de pouvoir » et « du pouvoir », emblèmes, sources ou stigmates de celui-ci, conçus de longue date dans une relation d’incorporation et d’identification avec ses représentants successifs.

Ces deux angles d’approches composent ensemble une anthropologie politique du déchet, qui vise à la fois à saisir la complexité des rapports à l’ordure en milieu urbain africain, mais aussi à offrir une porte d’entrée originale vers la définition du pouvoir et ses évolutions dans ces deux villes moyennes africaines.

Emilie Guitard est doctorante à  l’Université Paris Ouest La Défense, associée au Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC) et à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD).

Pour la contacter : emilie[point]guitard[at]gmail[point]com

http://u-paris10.academia.edu/EmilieGuitard (Curriculum vitae en anglais)
http://www.mae.u-paris10.fr/lesc/spip.php?article127 (page personnelle sur le site du laboratoire d’accueil, en français)

LISTE DE SES PUBLICATIONS

 ( soumis), « Le « leed’a » (sac plastique) à Garoua, Nord-Cameroun : un déchet propre ? », in Actes du Ier colloque international de l’Association d’Ecologie Humaine Afrique (AHEA), L’interface santé-environnement dans la ville africaine à l’aube du 21ème siècle : enjeux et perspectives, Yaoundé, Ecole Normale Supérieure.

(2012 – sous presse), « Le chef et le tas d’ordures. La gestion des déchets comme arène politique et attribut du pouvoir au Cameroun, Politique Africaine.

2012, “The great chief must be like the great trash pile”. A political anthropology of waste in the urban african context (North Cameroon)”, in Anthropology News, American Anthropological Association, http://www.anthropology-news.org/index.php/2012/10/18/the-great-chief-must-be-like-the-great-trash-pile/

2012, « “Le tas d’ordures possède une grande connaissance, un grand savoir” : connaissances et pratiques de gestion des déchets en milieu urbain au Nord-Cameroun (Garoua et Maroua) », in Actes du 1er Congrès de l’Afea (Association Française d’Ethnologie et d’Anthropologie), Connaissances : No(s) Limit(es), Paris, Ehess, http://afea2011.sciencesconf.org/browse/author?authorid=191163

2012, « Le fou, le génie, et le tas d’ordures : La passion des déchets comme marqueur de la déviance mentale dans une ville moyenne africaine (Garoua, Nord Cameroun) » in Rothmaler E. Tourneux H., and Tchokothe R. (ed), Man and Health in the Lake Chad Basin/L’homme et la santé dans le bassin du lac Tchad, Proceedings of the 14th MEGA-CHAD Conference Bayreuth, 15-17 April 2010, Bayreuth, Rudiger Kopper Verlag,  pp. 91-108.

2012, “Waste Disposal Authority”, in Zimring C. A., Rathje W. L. (Eds), Encyclopedia of Consumption and Waste: The Social Science of Garbage, Thousand Oaks (CA), Sage Publications.

2008, « Les « eaux usées » : une catégorie pertinente pour les citadins de Garoua (Nord-Cameroun) ? », in Anne-Marie Guimier-Sorberts A.-M. (dir), L’eau. Enjeux, usages et représentations, Paris, De Bocard, pp. 185-194.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.