Clasear

Auteur: Efrén Sandoval Hernández

Les vêtements usagés, issus principalement de dons d’habitants des pays du Nord à des ONG,[1] ou bien d’intermédiaires privés qui les redistribuent ou vendent dans les pays du Sud, passent par un processus de valorisation[2] qui consiste à choisir les vêtements qui peuvent être réutilisés tels quels et à les classer selon leur type, qualité et usage potentiel. Les vêtements de meilleure qualité -qualifiés de crème en France, en Espagne, en Tunisie et au Maroc ; et appelés premium au Mexique- sont envoyés vers les pays les moins pauvres, alors que ceux de plus mauvaise qualité -surnommés Pakistan  dans les entrepôts normands- partent vers les pays les plus pauvres où les textiles sont défilés, comme en Inde ou au Pakistan.

Aux États-Unis, dans la Vallée du Texas à l’est de la frontière avec le Mexique, dans les dizaines d’entrepôts spécialisés dans le tri de vêtements en provenance de New York, ce processus est appelé clasear (de l’espagnol clasificar, et classer, en français) et la personne qui effectue ce travail (en majorité des femmes) est une claseadora.[3] Plus à l’ouest, à El Paso, sur la frontière américano-mexicaine, ces mêmes personnes sont dénommées surtidora – ou trieuse -, un hispanisme forgé à partir de l’anglais to sort (trier en français) (Gauthier, 2009: 76). Les termes claseadora et surtidora font état du mélange linguistique et culturel propre à cette région frontalière anciennement mexicaine où résident nombre de mexicains et de mexico-américains.

La plupart du temps, les claseadoras et leurs collègues manutentionnaires et emballeurs de vêtements usagés logent dans les villes frontalières mexicaines et se rendent chaque matin aux États-Unis pour travailler de façon dissimulée dans un entrepôt.[4] La plupart du temps leur superviseur est un entrepreneur mexicain ou mexico-américain qui fut auparavant travailleur dans un entrepôt de vêtements usagés et qui sait comment clasear.

Une fois la tâche de la claseadora achevée, les vêtements sont emballés en ballots de 45 kilogrammes qui seront transportés en contrebande vers le Mexique puis vendus sur les étals des marchés de rue traditionnels, les tianguis.

 

Références

Gauthier, Mélissa, 2009, “The Fayuca Hormiga of Used Clothing and the Fabric of the Mexico – U.S. Border”, thèse de doctorat n en philosophie, Concordia University, Montréal, Québec, Canada.

 

[1] Comme Emmaus, Humana ou Oxfam en Europe, et Goodwill ou l’Armée du salut aux États-Unis et Canada

[2] Terme employé dans l’industrie du recyclage.

[3] Ce processus pourrait être traduit en français de « classage » que réalise une « classeuse ».

[4] Dans la région nombre de Mexicains sont aussi citoyens américains. Les frontaliers mexicains disposent d’une autorisation spéciale pour traverser quotidiennement la frontière, mais ne peuvent travailler aux États-Unis.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.