Compte-rendu de la séance du 8 décembre 2011

Cette deuxième séance de l’Atelier « Deuxième vie des objets », était animée par Véronique Moulinié (chargée de recherches CNRS-IIAC) et Élisabeth Anstett (chargée de recherches CNRS-IRIS), et modérée par Thierry Bonnot (chargé de recherches CNRS-IRIS).

La thématique de la séance portait sur les pratiques de récupération et de détournement des objets chez les ouvriers en contexte rural français, et en contexte soviétique durablement marqué par des phénomènes de pénurie de biens de consommation et d’équipement. On observe, par ailleurs, que l’existence de pratiques de bricolage ou de réutilisation s’accompagne d’une mise « en abîme » ou « à distance » de la valeur fonctionnelle des objets par le biais de pratiques de collection. Ces pratiques que les recherches de Véronique Moulinié, Elisabeth Anstett et Thierry Bonnot  permettent de documenter et d’éclairer, sont principalement le fait d’ouvriers, dans le cas français, et d’ingénieurs ou d’artistes dans le cas (post)soviétique.

Quelques références bibliographiques de la séance:

Vladimir Arkhipov, Home-made, Contemporary Russian Folk Artifacts, London: Fuel Publishers.

Véronique Moulinié, “Des ‘oeuvriers’ ordinaires”, Terrain n°20, 1999.

            (Les autres textes publiés par V. Moulinié dans la revue Terrain sont accessibles ici).

Véronique Nahoume-Grappe et Odile Vincent (dir.) Le goût des belles choses, Paris, Editions de la maison des Sciences de l’Homme, 2004.

Ernesto Oroza, RIKIMBILI. Une étude sur la désobéissance technologique et quelques formes de réinvention. Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2009.

Alexandra Schüssler,  Villa Sovietica. Objets soviétiques: Import-Export, Genève, Musée d’Ethnographie de Genève,  2009.

Plusieurs thématiques ont émergé de ce double questionnement sur la récupération et la mise à distance par la collection.

D’un point de vue empirique :

–          Sur les pratiques elles-mêmes :

  • Les pratiques de récupération de matériaux d’usines et leur transformation s’inscrivent hors des contextes marchands. On observe en effet que les matières premières restent en marge des échanges marchands en France car le contre-don attendu doit être de même nature (un service, plus qu’un bien). Ce préalable des échanges non-monétarisés est également présent dans le contexte soviétique, accentué par le fait que ces échanges se déroulaient dans un contexte où l’argent n’avait pas de valeur.
  • La circulation des objets s’appuie sûr (et renforce) les réseaux de sociabilité. L’objet « second » est donc toujours à la marge de l’économique et au cœur du social.
  • La transformation du statut de l’objet est essentielle, dans le cas d’objets qui effectuent un aller-retour entre le donateur (travailleur à l’usine) et son récipiendaire : le premier statut est celui de rebus, ce statut change à partir du moment où l’objet s’échange et (re)trouve une utilité.
  • L’électronique nuit-elle à la récupération des objets ? L’électronique nécessite l’acquisition de nouveaux savoir-faire ; or on observe que la coexistence de savoir-faire qui sont devenus « nobles » sur les parties électroniques et de savoir-faire restés « traditionnels » sur les parties mécaniques, est peu fréquente. Cela soulève la question de la transmission des savoir-faire entre deux mondes qui ne se parlent/fréquentent pas : ingénieurs et ouvriers. Quelle est la nature des transformations effectuées sur des objets électroniques : démantèlement, récupération des parties qui peuvent être revendues ? Quid des réparations, transformations et réutilisations ?

–          Sur le statut des objets et des productions :

  • Il faut souligner le statut particulier de la production des « oeuvriers » : il s’agit de mettre en œuvre des savoir-faire acquis pour réaliser un « bel objet », un objet qui fonctionne même si il n’a pas d’utilité immédiate.
  • La valeur patrimoniale des objets : quand/comment les individus en prennent-ils conscience, et qui en prend conscience ? Véronique Moulinié effectue une distinction entre les collectionneurs qui ont une représentation nette de la valeur patrimoniale des objets, et les ouvriers pour qui cette valeur n’est pas présente et peut même être refusée, cela est d’autant plus vrai quand leurs productions acquièrent un statut d’œuvres artistiques. Pour qu’une production devienne artistique, cela implique une transformation du regard non seulement sur l’objet mais aussi sur soi, voire, dans le contexte soviétique sur la culture matérielle toute entière. Et quel est alors le sens donné aux objets : la réutilisation d’objets aide-t-elle à se détacher ou à se réapproprier les objets ?
  • Voir : Yves Deforge, L’œuvre et le produit, Paris, Champ-Vallon, 1985.

D’un point de vue méthodologique :

– Les difficultés d’observation des pratiques de récupération sont réelles : ces pratiques dont la description tourne vite court lors des entretiens, ne prennent sens que dans un contexte d’observation directe, où il est possible de suivre le cheminement et la production des objets ainsi que les  échanges qui s’instaurent, ce qui implique une enquête extensive et longue.

– L’observation de certaines pratiques relevant de la perruque dans des contextes de durcissement envers les pratiques de récupération des rebus de l’entreprise, pose des questions éthiques notamment lorsqu’il s’agit de rendre compte de pratiques illégales.

Des thématiques ont par ailleurs émergé en marge de la séance :

– Le statut de l’archéologie contemporaine : qu’est-ce que signifie fouiller dans un passé récent ? Les problèmes soulevés sont autant juridiques, qu’éthiques. Le peu d’archéologues européens travaillant sur des artéfacts contemporains et des périodes récentes, impacte la documentation disponible sur ces questions. Parmi les quelques références disponibles :

Gilles Bellan & Florence Journot, Archéologie de la France moderne et contemporaine, Paris, La Découverte, 2011.

–  A partir de quand jette-on dans une société ? Quand et comment passe-t-on d’une société qui récupère presque tout, à une société qui jette systématiquement ? Qu’est-ce que cela implique en termes de perte des savoir-faire ? Dans quel contexte y a-t-il juste réparation et dans quel contexte y a-t-il production d’objets nouveaux ? Un parallèle a été fait entre dans sociétés où les objets existent (comme en Afrique) mais ne sont pas accessibles à l’état neuf à l’ensemble de la population et les sociétés, et où il est donc nécessaire de réinventer l’objet afin de le posséder. Quelle différence existe-t-il entre un objet créé essentiellement pour son plaisir même s’il est utilitaire et un objet remis en état ? Une différence de statut ? Qu’est-ce que cela nous dit d’une société ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search