Trieur industriel de déchets

Auteure :  Linda Gonzalez Lafaysse

La cabine de tri et ses tapis

Le métier de trieur industriel de déchets apparaît au cours des années 1990. Cette profession, en lien avec l’économie verte, figure dans le programme national de prévention des déchets. L’ancêtre du trieur est le chiffonnier employé dans les ateliers de tri de gros négociants qui apparaissent au 19e siècle (Fontaine, 1903) et qui fournissent à l’industrie (notamment papetière ou chimique) une bonne part de ses matières premières jusqu’au 20e siècle (Barles, 2011). L’activité de tri est cependant désormais grandement automatisée et mécanisée, les procédés de production s’étant complexifiés, et le tonnage traité ne cessant d’augmenter. Le trieur a pour fonction d’extraire les résidus non recyclables d’un agrégat d’emballages usagés ayant fait au préalable l’objet d’un premier tri mécanisé destiné à séparer ces déchets par catégories en fonction de leurs formes, tailles et compositions.  L’espace dans lequel est réalisé cet affinage manuel est la cabine de tri, un atelier équipé de tapis sur lesquels circulent les déchets d’emballages, et autour desquels s’affaire une équipe constituée souvent d’une dizaine de personnes. Le rythme d’avancée des matériaux est fonction des quantités reçues et aussi des objectifs de production tandis que l’organisation du travail est nettement taylorisée. Le métier de trieur se caractérise par sa pénibilité (Chay et Thoemmes, 2015) et ses risques sanitaires (Anzivino-Viricel et al., 2012) liés aux postures et aux particules et poussières qui se dispersent dans l’air ambiant lors du chargement des déchets. En outre, parce que cette profession s’exerce dans une grande proximité avec les déchets, elle peut susciter le dégoût et le rejet, et nécessiter des qualités d’adaptation en particulier aux odeurs. Activité historiquement stigmatisée (Gonzalez Lafaysse, 2017), la récupération et le tri des déchets ne bénéficient pas d’une image socialement valorisante, en dépit de leur utilité sociale et de leur finalité environnementale.  

Références bibliographiques

Anzivino-Viricel Lucie, Falette Nicole, Carretier Julien, et al., 2012, « Gestion des déchets ménagers et assimilés : bilan des connaissances et évaluation des effets sanitaires en population générale et au travail », Environnement Risque et Santé, 11 (N° 5) : 360-77. DOI : 10.1684/ers.2012.0559, consulté le 27/01/2017.

Barles Sabine, 2011, « Les chiffonniers agents de la propreté et de la prospérité parisiennes au XIXe siècle », in Delphine Corteel et al., Les travailleurs des déchets, ERES Clinique du travail : 45-67.

Chay Claire et Thoemmes Jens,2015, « Le tri sélectif des déchets : entre difficultés et potentialités d’une nouvelle profession industrielle », SociologieS[En ligne], [Dossiers, Enjeux environnementaux et dynamiques des groupes professionnels], mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 27 janvier 2017. URL : http://sociologies.revues.org/5026.

Fontaine Arthur,1903, L’Industrie du chiffon à Paris, Ministère du Commerce et de l’Industrie, Paris, Imprimerie Nationale.

Gonzalez Lafaysse, 2017, « La récupération des déchets … à la croisée d’enjeux politiques, moraux et sociétaux », in Ortar Nathalie et Anstett Élisabeth (dir.), Jeux de pouvoir dans nos poubelles. Économies morales et politiques du recyclage au tournant du XXIe siècle : 95-113, Paris, Éditions Pétra.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.