Les « corps plats », les « corps creux »


Auteure : Linda Gonzalez Lafaysse

L'agrégat de corps creux crédits: L. Gonzales-Lafaysse
Crédits: L. Gonzales-Lafaysse Agrégat de corps creux.

Depuis le Grenelle de l’environnement de 2007, l’intérêt de la récupération et du tri des déchets en vue de leur valorisation, n’est plus à démontrer. Les enjeux sont tout à la fois économiques et politiques. D’une part les matières premières secondaires[1], issues d’un traitement de plus en plus minutieux des restes, participent à l’économie circulaire (Darras, 2008). D’autre part, le recyclage permet de réduire le tonnage des déchets incinérés ou enfouis et leurs effets néfastes sur l’environnement, répondant ainsi aux injonctions du développement durable (Commission mondiale sur l’environnement et le développement, 1988). Diverses dispositions législatives (dont la loi de Transition énergétique pour la croissance verte du 17 août 2015 en ce qui concerne la France), accompagnent cette vocation environnementale et font des collectivités locales le fer de lance de la lutte pour la réduction et la valorisation des déchets. Encourageant et mettant en place la collecte sélective des déchets d’emballages, ces dernières agissent à deux niveaux, la communication et la logistique.

Le traitement des déchets est ainsi un secteur en pleine expansion, ressortissant de l’économie verte, et alimentant un ensemble d’infrastructures, municipales pour la plupart, des centres de tri aux unités dites de valorisation énergétique que sont les incinérateurs. Une logique de marché ordonne cette activité et oriente ses investissements technologiques, l’optimisation des coûts du recyclage devant permettre de faire face au cours fluctuant des matières premières.

Au cours des années 2000, concomitamment à l’industrialisation de l’activité et l’émergence de nouveaux métiers comme celui de trieur de déchets (Turlan, 2015 : 205), une culture professionnelle s’est développée avec ses pratiques et son vocabulaire. Les dénominations de « corps creux » et de « corps plats » émergent dans ce contexte et désignent les deux catégories d’emballages usagés traités dans les centres de tri automatisés : les « corps creux » incluant les bouteilles plastiques, briques alimentaires, boîtes et canettes métalliques ; les « corps plats » comprenant les journaux, magazines, revues, papiers et cartons. Ces termes appartiennent au lexique technique de la filière industrielle du recyclage, qui les a vu naître (https://www.dictionnaire-environnement.com; Delavelle et Marioge, 2012, au même titre que les noms des machines qui composent cet environnement. Ils sont couramment utilisés, tant à l’écrit (dans des fiches techniques ou rapports d’activités), qu’oralement par les cadres techniques et les chefs d’équipe des centres de tri des déchets, tandis que les employé-e-s au tri les reprennent pour  nommer le poste de travail sur lequel ils-elles se relaient.

La traduction des « corps creux » en langue anglaise est « hollow bodies », terme utilisé par des fabricants américains et européens, dans des offres de technologies de tri des déchets[2]. On trouve plus rarement « flat bodies » pour désigner les « corps plats ».

Références bibliographiques :

Barbier Rémi, 2002, « La fabrique de l’usager. Le cas de la collecte sélective des déchets », Fluxn° 48/49 : 35-46.

Chay Claire et Thoemmes Jens,  2015, « Le tri sélectif des déchets : entre difficultés et potentialités d’une nouvelle profession industrielle », SociologieS[En ligne], [Dossiers, Enjeux environnementaux et dynamiques des groupes professionnels], mis en ligne le 26 mai 2015, consulté le 27 janvier 2017. URL : http://sociologies.revues.org/5026.

Commission mondiale sur l’environnement et le développement, 1988, Notre avenir à tous. Rapport Brundtland, Montréal, Éditions du Fleuve.

Darras Diane, 2008, « Les déchets, sur la voie de l’économie circulaire », Annales des Mines – Réalités industrielles, 4 (Novembre) : 42-44.

Delavelle Christian et Marioge Catherine, 2012, « État de l’art des technologies d’identification et de tri des déchets », Rapport ADEME, (Septembre) : 1-168.

Turlan Tristan, 2015, Les déchets. Collecte-Traitement-Tri-Recyclage, Paris,  Éditions Dunod.


[1]             Matières premières issues du recyclage des déchets, connaissant de ce fait un deuxième usage, d’où le qualificatif secondaire.

[2]          https://macmachinery.com/waste-systems/plastic-sorting-light.packaging


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.