Freegan

Auteurs : Marie Mourad, Alex V. Barnard

La création du mot freegan, combinant free, au sens de libre ou gratuit, et vegan, végétalien, est attribuée à Keith McHenry, fondateur du groupe anarchiste Food Not Bombs. Depuis les années 1990, ce groupe distribue gratuitement des repas cuisinés à partir de produits végétariens récupérés dans plusieurs villes américaines, pour promouvoir un « droit » à l’alimentation, par opposition à la « charité » des banques alimentaires. Récupérant un jour gratuitement un énorme fromage, McHenry aurait encouragé ses camarades vegans à le manger plutôt que le jeter, s’exclamant « cessons d’être vegan, soyons freegan ! » .

Les freegans, au-delà des vegans – qui contestent l’exploitation animale – refusent les produits générant non seulement de l’exploitation animale mais aussi humaine. En récupérant des biens non utilisés ou jetés par d’autres, ils manifestent leur refus d’acheter des produits provenant du système alimentaire et du système capitaliste dans son ensemble. C’est en 2003, à New York, que des militants pour les droits des animaux et la protection de l’environnement ont donné naissance au premier groupe organisé se décrivant lui-même comme « freegan » : Freegan.info. Ils se réfèrent au pamphlet Pourquoi Freegan ? écrit en 1999 par le batteur du groupe de punk états-unien Against Me !, Warren Oakes, qui promouvait un « boycott ultime » du capitalisme . Pour dénoncer les dérives du consumérisme et du capitalisme, le groupe freegan de New York mène depuis 2005 des « trash tours », au cours desquels les participants ramassent publiquement des produits encore comestibles dans des poubelles de supermarchés et de cafés. Ces tours attirent l’attention des médias : depuis un article du New York Times en 2009, le groupe affirme être apparu plus de 600 fois dans la presse états-unienne et internationale.

“Trash tour” du groupe Freegan.info à New York (janvier 2011)

Si le mot freegan est ainsi souvent réduit à la pratique du dumpster diving –littéralement la plongée dans les poubelles – et en particulier à la récupération de produits alimentaires jetés par des supermarchés ou des restaurants, l’idéologie du « freeganisme » recoupe tout un ensemble de pratiques visant à limiter la participation à l’économie capitaliste (Barnard, 2016 ; Pentina et Amos, 2011). Les membres de Freegan.info prônent par exemple le chômage volontaire, le squat de bâtiments abandonnés, ou l’autostop, afin de réutiliser et de partager les ressources disponibles. Ils organisent des activités destinées à développer une société plus coopérative, comme des ateliers de réparation de vélos ou de couture, des expéditions pour cueillir des plantes comestibles, et des dîners pour cuisiner et partager leurs trouvailles. À court terme, réduire leurs besoins matériels grâce à la récupération permet aux freegans de consacrer davantage de temps à l’activisme.

Depuis la fin des années 2010, des groupes dits « freegans », plus ou moins actifs, ont émergé dans plusieurs villes d’Amérique du Nord, en Europe, en Corée du Sud, au Brésil, ou encore en Australie (Edwards et Mercer, 2012). En France, les groupes Facebook « Freegan francophone » et « Freegan Paris » disposaient de 4 500 membres au total en 2018 . A Paris, ce sont quelques centaines de participants qui partagent des produits alimentaires récupérés dans les rues de la capitale. Qu’ils soient étudiants ou salariés, certains membres de ces réseaux récupèrent les produits par conviction sans pour autant s’impliquer dans des activités militantes de nature politique ou économique. Certains adoptent néanmoins ces pratiques de récupération et de glanage urbain principalement pour des raisons économiques et l’attrait de nourriture gratuite, sans y associer les revendications politiques du freeganisme (voir Glanage urbain). Les aliments récupérés et défaits de leur statut de déchets, entre free et vegan, suscitent aussi des controverses d’ordre éthique. Une partie des freegans se refuse à manger des produits animaux, initialement destinés à être vendus, même s’ils sont désormais écartés des circuits marchands et n’ont pas d’impacts sur les filières de production. D’autres préfèrent cependant ignorer les conséquences sociales et environnementales de la fabrication de ces ex-marchandises, et se contentent de profiter des paradoxes de la grande distribution.

Exemple de produits récupérés et donnés sur la page Facebook Freegan Paris (juillet 2018)

Plus de 20 ans après la naissance des freegans, la lutte contre le gaspillage alimentaire s’est institutionnalisée. Des directives anti-gaspillages ont été prises au niveau européen, et la France a même voté une loi de lutte contre le gaspillage alimentaire en 2016. Celle-ci oblige notamment les supermarchés à signer des conventions avec des associations caritatives pour distribuer leurs produits invendus . Les freegans, paradoxalement, sont exclus de cette lutte et voient même leur activité menacée par ces évolutions. De moins en moins de produits sont jetés car ils sont « donnés » aux associations (contre des incitations fiscales particulièrement attractives en France), et certaines poubelles sont fermées à clé pour protéger les déchets promis à des entreprises de recyclage : autant d’évolutions qui témoignent d’une (re)marchandisation des déchets eux-mêmes (Mourad, 2016). Les revendications anticapitalistes de départ ont été récupérées, à leur tour, permettant à l’industrie alimentaire de s’adapter et de rentabiliser ses productions de surplus.

Indications bibliographiques

Barnard, Alex, 2016, Freegans: Diving into the Wealth of Food Waste in America, University of Minnesota Press.

Edwards, Ferne et Mercer, Dave, 2012, « Food Waste in Australia: The Freegan Response », The Sociological Review, 60, p. 174–191.

Mourad, Marie, 2016, « Recycling, recovering and preventing “food waste”: competing solutions for food systems sustainability in the United States and France », Journal of Cleaner Production, 126, p. 461 477.

Pentina, Iryna et Amos, Clinton, 2011, « The Freegan phenomenon: anti‐consumption or consumer resistance? », European Journal of Marketing, 45, 11/12, p. 1768 1778.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.