« Krema » : un terme du lexique vernaculaire de l’économie de la fripe en Tunisie

Auteure : Katharina Grueneisl

Dans le contexte contemporain de l’économie de la fripe en Tunisie, le terme français « crème », qui devient « krema » en arabe tunisien, a acquis un sens important. Le terme vernaculaire « krema » est en effet emprunté au français pour désigner la meilleure qualité ou le meilleur choix de la fripe en Tunisie, « la crème de la crème » (voir également en contexte sud américain Clasear, Ropa usada).

En Tunisie, l’utilisation du terme « krema » s’est répandue dans le commerce de la fripe avec l’arrivée des usines de tri de vêtements usagés. Jusqu’aux années 1990, la majorité des textiles de seconde-main étaient en effet vendus en état non trié. Une seule usine était alors dédiée au pré-tri de la fripe, dans la ville côtière de Sousse. Ceci a changé avec l’entrée en vigueur en 1995 de la « loi relative aux modalités d’importation, de transformation et de distribution de la friperie », qui encourageait la création d’usines de tri à partir d’une suspension partielle de droits de douanes sur les importations et les réexportations de vêtements usagés. Placées sous le contrôle de l’autorité douanière nationale, près de 50 usines de tri de fripe opèrent désormais en Tunisie. Aujourd’hui, quelques 8000 ouvriers (faute à de fréquentes non-déclarations, ce chiffre reste très approximatif) travaillent dans ces usines pour traiter, trier, classer, plier et emballer la marchandise de seconde-main. La grande majorité des ouvriers employés dans le tri des vêtements sont des femmes, mais l’emballage des vêtements en balles, ainsi que leur pesage et transport sont des responsabilités réservées aux hommes employés dans l’usine.

Usine tunisienne de tri de vêtements usagers 

Dans ces usines de tri, le terme « krema »est utilisé pour désigner la meilleure catégorie des vêtements. Les vêtements usagés qui arrivent par conteneur, souvent emballés dans les sacs plastiques dans lesquels ils ont été donnés dans leurs pays d’origines, sont d’abord divisés en vêtements réutilisables et en textiles à recycler ou à jeter. Ensuite, les vêtements destinés à être réutilisés sont classés par saison et par type de vêtement. Enfin, les ouvrières, rassemblées autour de grandes tables ou le long de tapis roulants, entament un tri par qualité : un processus fastidieux mais nécessaire pour établir un classement de valeur. Le tri exige une connaissance approfondie du marché et de l’évolution de la demande et pour cela, une contremaître vérifie en permanence le travail effectué par ses collègues. Dans la plupart des usines, un bac est ainsi réservé aux pièces de vêtements classées dans la catégorie « krema »,et la contremaître porte une attention particulière à la qualité des vêtements classés dans la meilleure catégorie de fripe. Le bac pour la « krema » est ensuite transporté dans une partie séparée de l’usine, consacrée exclusivement aux produits de qualité supérieure et qui porte le nom de « beitl-krema » (littéralement « chambre de la crème » en arabe tunisien). La majorité des femmes qui y travaillent ont exercé dans l’usine plus d’une décennie avant d’assumer ce poste de responsabilité. Les vêtements classés dans la catégorie « krema »sont pliés et emballés séparément dans « les sachets » (ce terme français est utilisé en arabe tunisien), des sacs plastiques transparents comportant une fermeture à glissière, et ne font pas l’objet d’un traitement par la presse à balle. Celle-ci est utilisée pour emballer ‘la fripe normale’ et peut, en effet, endommager les fibres textiles, ce qui constitue un risque trop élevé pour la catégorie supérieure de marchandise.

Etiquette placée sur les sachets de fripe de catégorie "krema"
Étiquette placée sur les sachets de fripe de catégorie”krema”

Au cours du processus de tri dans l’usine, le terme « krema » acquiert un rôle constitutif dans la revalorisation des matières mises au rebut, et participe à la construction de la seconde vie des objets dans un nouveau contexte. La transformation des matériaux de récupération ne s’achève pas, dans ce cas, par une fabrication ou une réparation matérielle, mais par un processus de classification et de traduction qui modifie la signification des objets. Le terme « krema » – pérennisé sous la forme de l’étiquette « crème »collée sur les sachets – rend lisible le processus de tri et met en scène le nouvel étalon de valeur bien au-delà du contexte de l’usine.

Depuis l’usine de tri, une petite partie des produits classés « krema » sont parfois directement réexportée vers l’Europe, par exemple pour approvisionner des boutiques‘vintage’. Cependant, la grande majorité des vêtements de catégorie « krema » sont mise en circulation sur le marché local de friperie en Tunisie, surtout dans les grandes villes côtières où le pouvoir d’achat est le plus élevé. La présence de la catégorie« krema », immédiatement identifiable par son emballage spécial en « sachets », sert de gage de qualité et reflète donc des hiérarchies entre différents espaces de marché, boutiques à fripes et commerçants en Tunisie. Ainsi à Tunis, certains marchés aux fripes se distinguent par la présence exclusive de vêtements « crème ».

Sacs de fripes de catégorie “krema” au marché de Menzah VIII à Tuni

C’est le cas, par exemple, du marché aux fripes de Menzah VIII, un quartier résidentiel de la haute classe moyenne de Tunis, qui attire une clientèle aisée à la recherche des marques difficilement accessiblesen Tunisie. Parallèlement, la fripe de catégorie « krema » se retrouve également dans des endroits plus insolites de la capitale. Le quartier de Mellassine,situé à l’ouest du centre-ville de Tunis ne jouit pas d’une bonne réputation,car le marché est associé au commerce illicite et à la délinquance. Néanmoins, ses boutiques spécialisées dans la vente de fourrure de seconde-main attirent une clientèle de la haute classe moyenne et même des familles de l’élite tunisienne.La réputation de ces boutiques incite la clientèle à se déplacer jusque là –parfois en transport en commun et  « déguisé(e) » – terme utilisé par une cliente fidèle des boutiques de Mellassine – pour éviter des prix exagérés. La circulation de la fripe de catégorie « krema » suscite donc parfois des mobilités qui troublent les dynamiques socio-spatiales habituelles de la ville de Tunis.

 Bienque ce texte n’ait abordé l’utilisation du terme « krema » qu’en Tunisie, il est important de noter que le terme est aujourd’hui employé dans d’autres contextes. Pour certains fripiers du marché de Montreuil à Paris, comme pour les fripiers du marché «Wekalat-al-Balah» au Caire, « krema » ou « crème »désigne la meilleure gamme de marchandise. Mais la signification du terme diffère aussi d’un contexte à l’autre, et « krema » est ainsi également employé en Égypte pour distinguer les textiles issus des déstockages des simples vêtements usagés. Pour saisir ces trajectoires transnationales complexes, une enquête dédiée aux origines et aux transferts du terme « krema »au sein de l’économie transnationale de la fripe sera nécessaire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.