Débrouilles péricapitalistes Récupération, autonomie et politique de joie de vivre

Delphine Corteel
Dossier préparé en vue de l’obtention de l’habilitation à diriger des recherches en sociologie
Présenté le : 24 mai 2019 à 14h
199 bd Saint Germain 75007 Paris – Métro Rue du bac ou Saint-Germain-des-Prés
Salle de réunion – 3° étage
La soutenance sera suivie d’un pot

Présentation : Dans un contexte marqué par la prolifération des déchets, au point que certains géologues considèrent qu’une nouvelle ère s’est ouverte au milieu du 20e siècle, les humains, et en particulier celles et ceux qui vivent dans les pays les plus riches, ont beau continuer à mettre à l’écart les déchets de leurs activités ordinaires de consommation et de production, comme si elles et ils pouvaient encore les rejeter « en cercle autour de leur habitat » (Pétonnet, 1991), il n’y a pas d’en dehors, pas d’ailleurs inhabité : il faut désormais vivre et faire avec. Nombreux∙ses sont celles et ceux qui sont alors amené∙e∙s à se soucier de ces matières écartées par d’autres, auxquelles elles et ils se trouvent confronté∙e∙s et développent alors des savoir-faire particuliers. Le mémoire original explore ces questions en examinant les pratiques, la division du travail et les conditions d’emploi de celles et ceux qui se chargent des surplus dans les sociétés d’accumulation. Il s’appuie sur une enquête multi-site menée en France dans plusieurs associations spécialisées dans la récupération et plus particulièrement sur une enquête ethnographique au long cours conduite dans l’une d’entre elles. A la suite des travaux d’Anna Tsing (2017), j’envisage certains de ces lieux comme des espaces péricapitalistes où se développent des manières de faire et de vivre où les relations entre les êtres – humains et non humains – comptent et qui, tout en étant articulées aux chaînes d’accumulation globales, ne sont pas entièrement régies par le capitalisme. Le cas étudié permet de décrire et d’analyser les pratiques de récupération, de débrouille et d’entraide. Il met en lumière les controverses autour de la notion d’autonomie : faire soi-même et avec les autres en entremêlant étroitement les différentes sphères de la vie d’un côté, instaurer une frontière entre vie professionnelle et vie privée de manière à desserrer l’emprise que d’autres pourraient avoir sur le cours de sa vie de l’autre. Il permet d’explorer la quête perpétuelle d’un accord entre les paroles et les actes et le déploiement d’une politique de joie de vivre comme armes pour faire face à un monde en perdition et ouvrir de nouveaux possibles.

Jury :
Madame Sophie Bernard, professeure, université de recherche Paris Sciences et Lettres (rapporteure)
Madame Sophie Houdart, directrice de Recherche, LESC CNRS
Madame Agnès Jeanjean, maître de conférences HDR, université de Nice (rapporteure)
Monsieur Jérôme Pélisse, professeur, Institut d’Etudes Politiques de Paris (garant et rapporteur)
Madame Dominique Roux, professeure, université de Reims Champagne-Ardenne
Monsieur Jean-Marc Weller, chargé de recherche HDR, LISIS CNRS


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.