Bwaka nzoto ou les pagnes de seconde main

auteure : Sylvie Ayimpam

Bwaka nzoto est une expression polysémique en lingala, propre au langage populaire de la ville de Kinshasa, qui signifie littéralement « jette-ton-corps ». Elle a plusieurs usages et désigne notamment les pagnes de seconde main (Ayimpam 2014). Son usage en rapport avec les pagnes d’occasion est d’autant plus intéressant qu’il permet d’évoquer la question des fripes « locales ». En effet, lorsqu’on parle des vêtements d’occasion en Afrique, on évoque généralement les fripes importées – principalement – des pays occidentaux, mais on ne parle quasiment jamais des vêtements d’occasion provenant de la consommation locale. De même, lorsqu’on sillonne les friperies des villes africaines, il est rare de voir des commerces de vêtements d’occasion provenant de la consommation locale. Il y a cependant une exception à cette règle à Kinshasa : c’est le cas du commerce des pagnes de seconde main, le bwaka nzoto.

Il faut dire que les pagnes, ces pièces d’étoffes dans lesquelles les femmes africaines se drapent autour des hanches pour couvrir le bas du corps jusqu’aux pieds, sont généralement taillés dans des tissus de coton imprimés. Déjà à l’époque coloniale, Suzanne Comhaire-Sylvain (1968) décrivait les pagnes portés avec un corsage comme le « costume africain » en tant que vêtement différent de l’habillement de type européen (robes, jupes, chemisiers, costumes-tailleurs) aussi porté dans la ville. Ainsi, pour comprendre l’origine du commerce des pagnes d’occasion, il convient de faire un petit détour historique par le commerce des pagnes à l’époque coloniale, et la différence de qualité entre les types de textiles imprimés servant à tailler les pagnes.

Rita Cordonnier (1987) a décrit les différents types de textiles imprimés. Le premier, qui est produit dans les usines hollandaises et anglaises, est de la meilleure qualité. Il est aussi le plus prestigieux et le plus coûteux. Sa méthode de fabrication à la cire est dénommée « Wax Bock Print ». Elle est inspirée des techniques de décoration des tissus indiens telles qu’elles se pratiquaient au XIIe siècle sur la Côte de Coromandel. En deuxième lieu, il y a le « Java Print », dont le nom provient du lieu où s’est concentrée l’industrie textile des Indes orientales avant d’être concurrencée par les premières industries néerlandaises et anglaises. Les tissus de Java relèvent également d’un procédé de fabrication à la cire, mais sont caractérisés par des couleurs plus estompées, plus dégradées. Le troisième type de textile imprimé, appelé « Fancy», relève d’un procédé plus récent, celui de la « réserve », qui utilise des rouleaux de cuivre gravé pour imprimer les tissus. Ce procédé de fabrication a été repris par beaucoup d’industries textiles en Afrique. C’est un procédé plus rapide, qui permet une production industrielle moins coûteuse. Les textiles imprimés de ce troisième type sont de moindre qualité et sont produits en Afrique ainsi que dans certains pays asiatiques.

Depuis l’introduction des textiles imprimés européens dans le sillage de la colonisation vers les années 1880-1890, on observe partout que les femmes africaines ont une nette préférence pour les tissus de première qualité : les « wax ». En effet, le succès du pagne imprimé importé dans les nouvelles villes coloniales proviendrait à la fois d’un besoin nouveau de s’habiller en milieu urbain et de la construction sociale du pagne comme objet de prestige et signe extérieur de richesse (Cordonnier 1987 : 101-103). Ce succès initial – qui ne s’est jamais démenti jusqu’à ce jour – a été facilité par le salariat, car l’acquisition tout comme la commercialisation de ces tissus importés exigeaient de posséder des liquidités monétaires. Les femmes dont les conjoints gagnaient assez d’argent pour leur offrir les pagnes neufs de qualité « wax » ou « java », les collectionnaient et les exhibaient ostensiblement pour montrer leur statut social supérieur. En revanche, la plupart des citadines ne pouvaient pas – et aujourd’hui encore ne peuvent pas– acheter ces tissus importés neufs. Ils ne sont pas accessibles à toutes les bourses, surtout les prestigieux wax hollandais, dont le prix au détail varie entre 50 et 75 euros le coupon de 6 yards (5,48 m). Les tissus « fancies » produits par les industries africaines, dont le prix au détail varie entre 5 et 10 euros le coupon de 6 yards[1], sont plus accessibles mais moins appréciés par les Africaines qui leur reprochent de décolorer au lavage.

Il faut ajouter que l’achat et la collection des pagnes de qualité chez les citadines aisées relevaient également d’une logique d’épargne, car comme d’autres objets de valeur (bijoux, vaisselle coûteuse, etc.), ils pouvaient être revendus en cas de besoin pressant de liquidités. Pour les citadines de condition modeste, l’achat des pagnes « wax » de seconde main, leur donnait l’occasion d’acquérir ces tissus de qualité à bon prix. Elles pouvaient de ce fait arborer elles aussi ces pagnes prestigieux. C’est ainsi qu’est né le commerce des pagnes d’occasion ou le bwaka nzoto, d’abord comme vente de gré à gré, ensuite comme vente à la sauvette aux coins des rues, avant de devenir progressivement une friperie spécifique au marché. Cette friperie de vêtements portés localement, continue aujourd’hui d’être un commerce lucratif qui permet de brouiller les repères et les statuts sociaux dans cette ville où l’élégance vestimentaire est toujours une valeur cardinale.

Références bibliographiques

Ayimpam, Sylvie, 2014, « Commerce transfrontalier et migration féminine entre les deux Congo », Revue Tiers Monde n° 217 : 79-96

Cordonnier, Rita, 1987, Femmes africaines et commerce. Les revendeuses des tissus de la Ville de Lomé (Togo), Paris, L’Harmattan

Comhaire-Sylvain, Suzanne, 1968, Femmes de Kinshasa hier et aujourd’hui, Paris-La Haye, Mouton & Co.

Gondola, Didier, 1999, « La sape des mikilistes. Théâtre de l’artifice et représentation onirique », Cahier d’études africaines, vol 39 n°153 : 13-47.


[1] Les prix des textiles imprimés sont stables. Les prix indiqués ici, qui ont été observés dans les boutiques du quartier africain à Bruxelles et au Grand marché de Kinshasa en 2014, sont toujours en vigueur en 2019.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.