Les pratiques artistiques environnementales autochtones comme réponses à la pollution: recherches comparatives entre les Amériques et l’Océanie

Conférence internationale
Université de Bretagne Occidentale – 19-20 novembre 2020

Organisée par Estelle Castro-Koshy, Senior Researcher, James Cook University
Géraldine Le Roux, , MCF, UBO/CRBC et Senior Researcher, James Cook University
Jean-Marc Serme, MCF Études étatsuniennes, IdA-Brest et HCTI, UBO

Membres du comité scientifique

Tamatoa Bambridge, PSL Paris University: EPHE-UPVD-CNRS, USR 3278 CRIOBE
Sophie Gergaud, Directrice du Festival Ciné Alter’Natif
Lionel Larré, Université Bordeaux Montaigne
Talei Luscia Mangioni, Australian National University
Magali McDuffie, SAE Creative Media Institute, Perth
Ocean Mercier, Victoria University of Wellington Te Herenga Waka
Miguel Olmos Aguilera, El Colegio de la Frontera Norte, A.C.

Argumentaire

À travers l’analyse des pratiques artistiques autochtones ou d’artistes travaillant en étroite collaboration avec des communautés autochtones, ce colloque vise d’une part à déterminer les modalités selon lesquelles les sociétés autochtones perçoivent et interagissent avec la pollution et les substances toxiques qui affectent leurs territoires et lieux de vie. Il s’agit d’autre part d’examiner comment des réflexions sur les déchets et leur recyclage éclairent les discours sur la souveraineté autochtone, et comment la notion de souveraineté telle qu’elle est comprise, vécue et définie par les autochtones nourrit et influence des pratiques artistiques qui réagissent aux défis environnementaux contemporains.

Les sciences humaines et sociales s’intéressent de plus en plus au « déchet », également défini comme « discarded », « rebut », « reste » (Joulian, Tastevin & Furniss, 2016), informant de ce que disent nos poubelles (Rathje & Murphy, 1992) et rendant compte des processus de recyclage, qu’ils soient faits par le biais d’indépendants (Duclos, 2015), d’artistes (Laviolette, 2006) ou institutionnalisés voire industrialisés. Le recyclage des métaux et résidus toxiques et nucléaires commence également à être traité (Garcier, 2014).

Cette manifestation se propose d’être une plateforme pour articuler pollution, recyclage, art et souveraineté autochtone, en particulier dans le rapport qu’entretiennent les communautés et les artistes avec l’océan et l’eau en général. Les auteurs pourront aborder ces thèmes à partir des axes et questionnements suivants.

Traitement, perception, récupération et transformation des matériaux

Ce premier axe est consacré aux approches artistiques déployées dans ou autour d’espaces confrontés à différents types de pollution et de déchets. On pourra analyser en quels termes les artistes parlent du périple de ces déchets lorsqu’ils viennent d’ailleurs – par exemple sous l’action des courants marins, des cours d’eau ou d’actions humaines. Le déchet est-il traité comme un matériau exogène ou endogène ? Est-il perçu comme une conséquence négative de la société de consommation ou est-il pris comme une richesse à glaner au même titre que les ressources naturelles locales ? Une réponse toute en nuances est soufflée par le travail de Brian Jungen (Dunne-za, canadien et suisse) qui recrée dans les années 2000 des squelettes de baleines avec des éléments de chaises en plastique, en un geste unificateur entre le grand animal totem du Pacifique Nord-ouest et les objets usuels de la société de consommation nord-américaine. Dans quels cas y a-t-il une redéfinition du « déchet » en « matériau », ce que l’étude de Géraldine Le Roux (2016) a montré à partir du recyclage artistique des filets de pêche perdus en mer ? Cette re-définition a-t-elle un lien avec des prises de conscience de la finitude des ressources ? On se demandera comment des éléments collectés par exemple sur la plage inspirent des œuvres artistiques – qu’elles soient plastiques, visuelles, ou poétiques – qui peuvent devenir, selon les termes de Flora Aurima Devatine (2018) des « pierre[s] de refondation » et sous-tendre aussi bien que refléter une réflexion philosophique sur l’évolution de la société (tahitienne dans ce contexte).

Il sera possible de mettre en lumière les dimensions symboliques de ces nouveaux matériaux et, en s’intéressant aux négociations et aux conflits qui entourent leur extraction ou leur circulation, de rendre compte des valeurs données à un territoire. Nous sommes donc ouverts aux approches qui associent anthropologie des techniques et anthropologie symbolique. Des études sur les façons dont les artistes se positionnent par rapport à la pollution et aux déchets laissés par les grands projets miniers une fois que ceux-ci sont fermés (en Nouvelle-Calédonie-Kanaky ou en Australie par exemple) seraient aussi les bienvenues. Par exemple, dans le cadre d’un lieu contaminé, le réinvestissement artistique est-il revendiqué comme une forme exprimant une continuité d’occupation d’un territoire et d’une forme de souveraineté ? On pensera entre autres au photographe Will Wilson et à « l’homme diné (navajo) post-apocalyptique » (sur)vivant dans un environnement rendu « toxique » non seulement par la contamination à l’uranium, mais aussi par le colonialisme à l’œuvre maintenant depuis des siècles (Rife, 2016).

On se demandera enfin dans quelles circonstances la question des déchets – leur arrivée ou leur éventuel recyclage – amène à renouer ou créer des alliances inter-insulaires, en Océanie en particulier, ou inter-nationales, telle la coopération entre les Quinault et les Quileute afin de collecter des casiers à crabes abandonnés sur la Péninsule Olympique de l’état de Washington.

Décolonisation et souveraineté par l’action artistique et environnementale

Cet axe s’intéresse aux concepts autochtones utilisés par les artistes pour exprimer leur vision de ce que serait un « développement durable » ou du moins une relation respectueuse avec l’environnement qui entérine leur souveraineté. La compréhension de la terre comme « entité vivante » (Watson in Castro-Koshy, 2018) pourra participer ici de la définition même d’environnement. Nous souhaiterions recevoir des contributions sur la manière dont les concepts en langues autochtones inspirent et fertilisent des pratiques artistiques d’engagement avec un environnement perturbé ou menacé. Sont particulièrement attendues des communications qui entrent en dialogue ou prolongent les travaux élaborés par les chercheurs, universitaires et artistes autochtones sur les notions de souveraineté intellectuelle (Warrior, 1992), culturelle (Singer, 2001, p. 2), incarnée (embodied) (Moreton-Robinson, 2007, p. 2), visuelle (Raheja, 2011), dansée (Dangeli, 2015), narrative (Moreton, 2017), sensible (Robinson, 2017), ainsi que de souveraineté comme action (Rickard, 2017, p. 81) et comme « mode de vie » (Warrior, 1992). On pourra également se reporter au concept de « justice environnementale » définie aux États-Unis dans les années 1970-1980 (Mitchell, 2011) tel qu’il s’applique aux revendications autochtones d’égalité devant la loi ainsi qu’à leurs prérogatives politiques dans la gestion de leurs terres.

S’il est évident que les acceptions de ce qu’est la souveraineté autochtone prennent tout leur sens dans les contextes locaux desquels ils émergent, nous nous intéressons également aux apports des concepts autochtones sur le terrain philosophique et à leur circulation transnationale. Romaine Moreton, poétesse, philosophe et cinéaste aborigène goenpul jagara et bundjulung s’inspire par exemple du concept autochtone hawaïen de « ea », qui signifie à la fois « souveraineté, souffle, respiration, indépendance, vie, air, esprit, et se soulever » (Pacheco, 2005, p. 3), pour souligner que la souveraineté se situe pour les autochtones dans « la capacité de retrouver le contrôle de leur souffle et respiration » (Moreton, 2006, p. 309).

Ce colloque s’intéresse aussi à la façon dont les artistes mobilisent et réinvestissent des concepts autochtones pour appuyer des projets de blocage sur leurs territoires ou de sauvegarde et protection de leurs territoires, comme l’a mené le peuple kichwa de Sarayaku. Les « protecteurs de l’eau » ont été célébrés par des chansons telles que « Stand Up / Stand N Rock #NoDAPL », interprété par Hip Hop Caucus et Taboo, ou bien « Black Snakes » de Prolific The Rapper associé à A Tribe Called Red. Ces œuvres ont mis en musique les images de la répression violente des manifestations pacifiques organisées contre la construction du Dakota Access Pipeline sur la réserve sioux lakota de Standing Rock aux États-Unis.

Sont aussi les bienvenues des communications portant sur les réponses des artistes autochtones aux situations dans lesquelles les préoccupations et actions des écologistes vont à l’encontre des expressions et revendications de souveraineté autochtone et prennent la forme de nouvelles entreprises de dépossession des populations autochtones (Bayet-Charlton, 2003). La chasse à la baleine reconduite chaque année depuis 1999 par les Makahs de l’état de Washington fit l’objet à plusieurs reprises de blocage par des groupes opposés à ce type de pêche. Dans la mesure où l’environnement est le plus souvent compris par les autochtones dans un sens holistique, c’est-à-dire incluant les « relations socio-écologiques » (Muir, Rose, Sullivan, 2010, p. 259) que les humains ont entre eux, on pourra y compris se demander si la notion de souveraineté environnementale est pertinente.

Arts et savoirs de l’océan, de la mer et du littoral

Ce colloque s’intéresse tout particulièrement au rapport que les autochtones ont avec ces espaces singuliers que sont la mer, l’océan et le littoral. Les intervenants pourront analyser comment les pratiques artistiques élaborées face à la pollution mobilisent des conceptions proprement autochtones sur le milieu marin. Les analyses de réponses d’artistes à l’écoulement de boues toxiques qui se déversent dans les mers et les océans ou aux ressources halieutiques chargées de résidus nucléaires pourront éclairer la façon dont les peuples autochtones conçoivent l’articulation de la terre et la mer, un espace défini par les Aborigènes d’Australie comme « continu et interconnecté » (Sea Country: an Indigenous Perspective, 2002, p. 3). Dans l’état du Maine aux États-Unis, une exposition du musée Abbe, intitulée « wolankeyutomon » qui signifie « faire attention à tout » en langue mi’kmaq, définit la vision holistique des peuples autochtones marins, liant l’eau, les humains et toutes les autres créatures sur terre et dans les océans. L’articulation art/environnement/recyclage/souveraineté invite à interroger la notion de frontières entre les espaces terrestres et marins communément employées dans des contextes non-autochtones.

Ce colloque accueille des communications sur toutes les formes de pratique artistique : art plastique, visuel et transmedia, cinéma, fiction, poésie, danse, chant, théâtre, performances, etc. Les propositions pourront émaner de différentes disciplines (anthropologie, histoire, science politique, arts plastiques et visuels, linguistique, études culturelles, études environnementales, études littéraires, études sur la danse, les performances, le cinéma, la réception, discard et waste studies, etc.) et présenter des approches interdisciplinaires. Chaque continent peut être étudié séparément. Les contributions inter-continentales ou collectives seront les bienvenues.

Veuillez envoyer vos propositions de communication en français ou en anglais, ainsi qu’une courte biographie, à Estelle Castro-Koshy (estelle.castrokoshy@jcu.edu.au), Géraldine Le Roux (Geraldine.LeRoux@univ-brest.fr), et Jean-Marc Serme (jean-marc.serme@univ-brest.fr) avant le 30 avril 2020.
La notification des communications retenues sera envoyée le 31 mai 2020.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search