La mémoire par le reste, le camp de Rivesalte vu par la photographe et plasticienne Nicole Bergé.

Depuis 7 ans,  la photographe et plasticienne Nicole Bergé sillonne les ruines du camp de Rivesaltes, dans les Pyrénées-Orientales. À chaque visite, elle ramasse des objets: un peigne, une boîte de lait pour bébé, une chaussure, des culs de bouteille. Ils sont cassés, rouillés, bons pour la poubelle. La plasticienne comprends pourtant que chaque objet témoigne de l’histoire unique de ce camp d’internement, où vécurent près de 80 000 « indésirables », de 1939 à nos jours. La collecte raconte la vie de ces Espagnols, Juifs,Tsiganes, prisonniers allemands, Harkis, ou encore clandestins du camp. Ces objets « savent » ce qui s’est passé à Rivesaltes, ils étaient là, ils ont « vu », d’où le titre de l’exposition « Savoir une chose comme l’ayant vue  » qui s’est tenue à Perpignan récemment.
Nicole Bergé a mis en scène ces objets. Présentés en séries, suspendus, dialoguant avec l’image, ils deviennent des sculptures vivantes, en volume, que l’on peut regarder de près, et même toucher. Le lointain passé du camp est tout à coup à portée de main. Pour elle, « proposer cette installation, c’est observer l’histoire dans son quotidien, se laisser pénétrer par sa dimension humaine. C’est aussi lutter contre l’oubli ».

« J’ai consacré plusieurs années de travail au Camp de Rivesaltes, à la mémoire de ce lieu, dit elle.

Tout a commencé en 2005, lors de ma  première visite. Je ne  connaissais rien de l’histoire des camps en général et de  celle du camp de Rivesaltes moins encore. Ce fut un choc, avec l’envie immédiate de tout savoir, de tenter de comprendre ce qui avait eu lieu là. De façon obsessionnelle, personnelle, je me suis alors mise à  chercher des traces, des éléments pour orienter ma quête. La photographie, premier moyen trouvé pour capter mes émotions, me permit de réaliser ma première exposition sur les baraques, les ruines, les vestiges… Loin du bel ocre et du  bleu qui sont la signature de cette région, j’ai guetté le gris et l’absence de ciel, privant ainsi de liberté ces photographies qui devaient témoigner pour ceux qui étaient passés là.

Mon approche diffère de ce qu’on a l’habitude de voir en ce qu’elle passe par des « faits réels », collecte photographique, vues aériennes, relevés d’ inscriptions sur les murs, collecte d’ objets. Les traces relevées au cours de mes visites sur le terrain me guidant et décidant de la suite de mes « interventions ». Ma curiosité s’est  élargie à l’histoire des  principaux camps du sud de la France, permettant un autre travail, d’autres réalisations. D’autres découvertes  m’ont également permis d’approfondir cette connaissance empirique embryonnaire : la rencontre et le témoignage d’une infirmière qui, en 1942, travaillant avec l’OSE, organisation d’aide aux enfants internés dans les camps, avait sauvé nombre d’entre eux , un reportage sur tous les camps du sud de la France, Gurs, Bram, Le Vernet d’Ariège, Septfonds, Les Miles … où s’est déroulée la même histoire, la visite du CAFI, camp de Sainte Livrade où depuis 1956 vivent des indochinois oubliés là…. En 2006, lors de la collecte photographique faite pour le futur musée mémorial, j’ai parcouru le camp de Rivesaltes pendant des mois, récoltant  des objets, charnières de porte, flacons, débris de vaisselle, ustensiles, déchets abandonnés, que j’ai regroupés de manière d’abord  intuitive sous mon objectif, suivant leur forme, leur utilité, leur couleur. Ce glanage aléatoire d’objets tordus, cassés, rouillés, solitaires,  a fini par composer des ensembles significatifs de traces, comme autant de témoins concrets, intacts et vivants d’une histoire faite de douleur et de mort, celle de  tous les exclus qui se succédèrent dans ce Camp de tragique mémoire.

Aujourd’hui la mise en scène de ces objets donne lieu à cette nouvelle proposition plastique déclinée sous forme d’échafaudages, de séries, de suspensions, de dialogues entre objets et images. Hors du tirage plat et du cadre imposé par la photographie, j’ai posé, accroché dans l’espace, sur les murs, au sol, ces objets, révélant ainsi leur dimension purement physique, leur volume, leur mouvement, leur poids. On découvre ces installations comme on découvre des sculptures, il faut s’en approcher, les contourner, les toucher, pour saisir au plus près ce qui subsiste de ceux qui furent enfermés là : identité, quotidien, déplacement, accumulation, solitude isolement, et qui occupe tout  l’espace  vacant, nous permettant ainsi de faire nôtre ce passé qui n’est plus. »

Proposer cette installation c’est lutter contre l’oubli.

Parallèlement à ce travail, N. Bergé a voulu «traiter» à sa façon de la thématique de l’eau en réalisant une exposition intitulée : « De l’eau plein la Têt » ou « Voyage au fond du barrage de Vinça ». Voir: http://www.nicoleberge.com/NicoleBerge.com/De_lo1.html

Comment parler de l’eau et donner sens à l’importance qu’elle a dans le quotidien de chacun d’entre nous ? Ces problématiques sociales et environnementales ont orienté ses dernières activités d’artiste photographe. Elle a mené ces investigations dans le cœur même du barrage de Vinça. Soucieuse d’interroger ses contemporains sur la question primordiale de l’eau en pays catalan, sa démarche ne s’est pas arrêtée à des prises de vues esthétiques de l’environnement mais tient également compte des traces laissées par l’Homme et des indices de pollutions qui racontent l’histoire de l’eau, d’amont en aval, de la source à la mer.

La confrontation de ces objets trouvés avec la vision photographique facilite la compréhension des thèmes abordés, livrant au final une exposition très contemporaine à la portée de tous. Au travers de ces installations, superposition d’images et d’objets, le regard donne à réfléchir sur les diverses utilisations du barrage, les sources de pollution dérivant de nos habitudes de consommation, et plus généralement sur la valeur de l’eau dans notre société. Originale et ludique, cette exposition à vocation pédagogique a pour objet de sensibiliser un très large public à la manière dont chacun peut préserver l’environnement et son cadre de vie en adoptant un comportement responsable au quotidien.
Site internet : http://www.nicoleberge.com/NicoleBerge.com/savoir1.html
ou le catalogue de l’exposition: http://fr.calameo.com/read/0008972116cd813593807


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21 août 2018

    […] Anstett, La mémoire par le reste, le camp de Rivesaltes vu par la photographe et plasticienne Nicole Berge, Carnet de recherche « La Deuxième vie des objets », 13 avril […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.