A paraitre: “L’image recyclée: de l’allusion au plagiat”, Figures de l’Art n°23.

La revue FIGURES DE L’ART éditée par les Presses Universitaires de Pau, publiera dans son numéro 23 un dossier consacré au recyclage des images, issu du colloque organisé par Luciano Cheles (Université de Poitiers) et Georges Roque (CRAL, CNRS-EHESS)  à Paris, en mai 2010.

Ce colloque qui était intitulé “L’image recyclée. Usages de l’appropriation dans les arts figuratifs, de l’allusion au plagiat”, avait pour objet l’étude de la réutilisation d’images existantes et pour objectif de mieux baliser ce vaste domaine des images recyclées, dans une perspective transgénérique, car l’un des intérêts de cette réutilisation est que les images peuvent migrer hors de leur champ d’origine vers un autre domaine (peinture, caricature, gravure, photographie, publicité, propagande politique, cinéma, etc.) Il s’agit de là pratiques très anciennes, dans la mesure où, « tous les tableaux, comme le constatait Wölfflin, doivent beaucoup plus à l’étude d’autres tableaux qu’à l’observation directe » (Gombrich). Si ces questions ont été bien étudiées pour les textes (en particulier depuis les travaux d’Antoine Compagnon et de Gérard Genette), il n’en va pas de même concernant l’image visuelle, où beaucoup reste encore à faire.

Aussi plusieurs axes ont été privilégiés à l’occasion de cette rencontre :
- porter l’attention, non pas sur la recherche des « sources » (à laquelle l’iconographie s’est souvent cantonnée), mais sur la compréhension des mécanismes de l’appropriation : s’il est vrai que beaucoup d’images sont la reprise d’images antérieures, en quoi consiste la ou les modification(s) apportées par l’artiste à l’image empruntée, et comment s’opère l’extraction, le déplacement et l’incorporation de tout ou partie d’une image dans une autre ?
- historiquement, ce processus de recyclage a subi d’importantes modifications : longtemps occulté et naturalisé, il est ouvertement revendiqué dans l’art du XXe siècle, puis érigé en règle à l’époque postmoderne, au point où l’on a pu considérer que le pastiche aurait dès lors détrôné la parodie (F. Jameson) ; dans cette perspective, il serait utile de mieux comprendre ces différents types d’usage ; de même on s’intéressera à ce qui d’une image retient l’attention de ceux qui en font remploi, étant donné qu’une même image peut susciter un intérêt renouvelé, mais différent suivant les générations ;
- du point de vue terminologique, un grand flou entoure toujours les termes utilisés pour rendre compte des différentes formes de recyclage ; on parle en effet de « citation », « allusion », « clin d’œil », « emprunt », « influence » , « hommage », « pastiche », « parodie », « détournement », « plagiat », etc. ; certains de ces termes ont déjà fait l’objet de travaux (bien qu’il n’y ait pas toujours un consensus au sujet de leur définition ) ; d’autres, en revanche, sont utilisés faute de mieux de manière empirique et sont eux-mêmes des emprunts à d’autres domaines (littérature, économie) ; ces différents termes gagneraient à être mieux classifiés et ordonnés les uns par rapport aux autres ;
- enfin, une mise au point concernant la terminologie suppose aussi une meilleure compréhension des différentes fonctions que peuvent revêtir les processus utilisés dans un contexte donné et dont il faudrait dresser l’inventaire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.