Le Furoshiki: un éco-geste, par Aurélie Le Marec

Qu’est-ce que le Furoshiki?

furoshiki 2La pratique du nouage du tissu, utilisée pour le portage des objets et des enfants, l’habillement ou l’emballage, est universelle. Au Japon, elle est poussée jusqu’au perfectionnement : le furoshiki.  Cette technique de pliage et de nouage du tissu apparait à l’époque Nara (710-794 ap. J-C.) et se développe au sein de la société japonaise qui la fera évoluer tout au long des siècles. Le terme furoshiki, littéralement « étaler quelque chose au bain », ne sera employé qu’à partir du milieu du XIVème siècle, à l’époque Muromachi (1336-1573), pour se populariser à l’époque Edo (1603-1868) avec la démocratisation des bains publics. Le furoshiki y est utilisé pour transporter le yukata (kimono en coton léger) et autres effets personnels. Il sert également de serviette pour s’essuyer les pieds à la sortie du bain. Il désigne encore aujourd’hui la technique et le carré de tissu utilisé pour celle-ci.

Jusqu’à la fin de la 2nde guerre mondiale, le furoshiki accompagne les Japonais dans tous leurs actes du quotidien. Le principe du contenant s’adaptant au contenu permet à ce simple carré de tissu de devenir tour à tour, un sac de courses, un sac de voyage, un emballage cadeau, un foulard pour se couvrir la tête, etc. On en retrouve de nombreuses illustrations sur les célèbres estampes de Hokusai (1760-1849) et Hiroshige (1797-1858), deux grands maitres qui ont réalisés de nombreuses scènes de la vie quotidienne à l’époque Edo.
Utile et fonctionnel, le furoshiki est également un outil de communication. Outre le transport des marchandises, les marchands l’utilisent auprès de leur clientèle comme support publicitaire : des furoshiki marqués à l’emblème du magasin sont mis à disposition des clients pour emballer leurs achats.

Le furoshiki est également utilisé comme emballage cadeau. Le choix de la couleur, du motif et de la matière dépend de la personne, de la saison et de l’événement que l’on célèbre. Ces critères sont choisis soigneusement pour leur valeur esthétique mais également pour leurs vertus protectrices. Pour un mariage ou un anniversaire, il est ainsi courant d’offrir un cadeau emballé dans un furoshiki de couleur rouge, porte-bonheur, associée au motif de la grue, messager des dieux, symbole de longévité et porteuse de bonnes nouvelles. Face à l’industrialisation massive d’après-guerre et à l’arrivée du plastique, le furoshiki connait un net recul sans jamais toutefois être totalement abandonné. Il est notamment encore utilisé dans les arts traditionnels (ex : emballage des objets de la cérémonie du thé) ou lors des mariages, mais l’essor des sacs plastiques et des emballages industriels est fulgurant et pose rapidement des problèmes de surproduction des déchets.

Cependant, depuis plus d’une dizaine d’années, la tendance semble changer. Face à la surconsommation des emballages et des sacs plastiques, le Ministère de l’environnement japonais mené par Yuriko Koike, ministre de 2003 à 2006, encourage le retour du furoshiki comme alternative écologique pouvant réduire considérablement la production des déchets plastiques et papiers. Le furoshiki est rapidement associé au terme japonais Mottanai, sentiment de gaspillage, qu’on peut traduire par « quel gâchis ! » et qui implique une volonté de faire une meilleure utilisation des ressources de la terre pour ceux qui l’emploie. Après un séjour au Japon en 2005, la Kenyane Wangari  Maathai, prix Nobel  de la paix en 2004, utilisa ce terme au cours de sa campagne de protection à l’environnement et contribua à sa diffusion dans le monde entier, véritable symbole du concept des 3 R (réduire, réutiliser, recycler).

Eco-geste et réemploi

Le furoshiki prend ainsi une autre dimension et s’impose comme un éco-geste, utile à la réduction des déchets et au réemploi textile. De jeunes créateurs s’y intéressent et de nouvelles utilisations plus adaptées à la vie contemporaine apparaissent (ex : sac pour ordinateur-portable). Au marché, dans les commerces de proximités, les grandes surfaces commerciales ou les magasins du centre-ville, le furoshiki peut se substituer aux sacs et emballages en tout genre sans avoir honte de se montrer puisqu’il peut également être un accessoire de mode. Alors que les actions ou éco-gestes destinés à réduire notre impact sur l’environnement sont souvent perçues par la population comme trop contraignantes ou abstraites, l’éco-geste furoshiki est plutôt lié aux notions de plaisir, d’activité ludique où l’on crée rapidement un objet concret, pratique et esthétique qui peut aussi contribuer à la préservation de la planète.

Le furoshiki favorise également le réemploi. Les armoires regorgent de textiles qui s’entassent et ne sont plus utilisés. Le furoshiki propose une solution simple et rapide pour leur donner une seconde vie. Du Foulard, étole, bandana, pouvant être réemployés tels quels en furoshiki, en passant par des textiles à découper et ourler, toutes ces solutions pourront fournir des emballages cadeaux ou des sacs à moindre coût, motivation économique non négligeable. A l’issue d’une vie de furoshiki, le textile pourra être à nouveau collecté pour être recyclé en chiffon d’essuyage ou en isolant.

La seconde vie « furoshiki » d’un textile peut être très longue, surtout lorsqu’il s’agit d’un emballage cadeau, moins exposé à l’usure que le portage. Le principe de l’emballage cadeau furoshiki est le suivant : soit on reprend le furoshiki après chaque ouverture de cadeau, soit on le laisse à son nouveau propriétaire qui le réutilisera dans sa vie quotidienne (comme emballage de boite à déjeuner par exemple) ou l’offrira à l’occasion d’un prochain cadeau. Ainsi, le furoshiki n’est pas considéré comme un simple emballage mais comme un véritable objet chargé d’une histoire personnelle que l’on transmet à l’autre. Au fur et à mesure qu’il passe de main en main, le furoshiki se charge d’une nouvelle histoire qui vient nourrir les précédentes.

Il est aussi le vecteur d’une transmission du geste, d’un savoir-faire ancestral non figé, évoluant au gré des nouvelles expériences et des habitudes culturelles de chaque utilisateur. Il se crée donc un lien entre celui qui initie et celui qui apprend qui, à son tour, tiendra le rôle du premier avec un nouvel interlocuteur. L’initiation peut se pratiquer dès l’âge de 5-6 ans (âge où l’on commence à maitriser les nœuds), ce qui permet de travailler sur l’éducation à l’environnement dès le plus jeune âge et   encourage également les liens intergénérationnels.

L’Atelier du Furoshiki

furoshiki 1Engagé dans cette logique de transmission d’un savoir traditionnel lié à la sensibilisation et la prévention déchets, L’Atelier du Furoshiki met en place des actions depuis 2009 à destination du grand public (démonstrations, ateliers d’initiation). Une approche pluridisciplinaire, basée sur trois axes principaux : arts et culture japonaise, arts textiles et développement durable, permet de toucher des publics très différents qui seront amenés à réfléchir sur leurs actes de consommation. Ainsi, l’exposition d’une collection d’estampes au Musée Guimet, le festival du Lin et de l’Aiguille de la Vallée du Dun ou la Semaine Européenne de la Réduction des Déchets, sont autant d’occasions pour L’Atelier du Furoshiki de construire des passerelles entre les différentes thématiques et d’élargir les points de vue des participants. Un fan de Cosplay (activité consistant à se costumer en personnage de manga), découvrira par exemple que le furoshiki est un éco-geste pratique pour transporter son déjeuner comme les héros de son manga préféré.

En 2010, L’Atelier du Furoshiki adhère au Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement (Ecopôle – CPIE Pays de Nantes) afin de prendre part à une réflexion plus globale et travailler avec des associations locales et environnementales. Il participe à de nombreuses manifestations (Semaine du Développement Durable, Inauguration de l’Agenda 21 sur de nombreuses communes de Loire-Atlantique, exposition « Consom’attitudes » soutenue par l’ADEME, etc.) et intègre la Commission Déchets dont les membres, acteurs de la gestion et prévention déchets, ont constitué un groupe de travail pour échanger, dialoguer et construire des projets collectifs (ex : création d’un cycle prévention déchets composé d’une exposition et d’animations à destination des collèges « Moi, ma vie, mes déchets »).

En 2013, Nantes est élue Capitale Verte Européenne  et lance un appel à projet citoyen. Le projet « Les déchets nous assènent, le furoshiki entre en scène », mené par L’Atelier du Furoshiki et Les Ateliers de Mélanie, est sélectionné et figure parmi les lauréats. Pendant six mois, 22 élèves d’une classe de 5ème du Collège du Breil, classé en ZEP (zone d’éducation prioritaire) à Nantes, ont travaillé à la réalisation de deux courts-métrages mettant l’éco-geste furoshiki au cœur de leur vie quotidienne et leur permettant, grâce à une large diffusion, de devenir de véritables acteurs de la sensibilisation à la réduction des déchets, prescripteurs et modèles pour les autres citoyens qui pourront à leur tour trouver des solutions adaptées à leur propres situations. (Projet détaillé sur www.latelierdufuroshiki.fr, catégorie « Les déchets nous assènent, le furoshiki entre en scène »- diffusion en accès libre des courts-métrages « Dans la famille furoshiki, je voudrais… » et « Furoshiki, un vrai tour de passe-passe »).

Le furoshiki commence donc progressivement à se faire connaitre en France et intéresse de plus en plus les acteurs de la prévention déchets, mais il reste encore beaucoup à faire pour que les professionnels de la vente au détail se penchent sur cet éco-emballage.

A propos d’Aurélie Le Marec

Diplômée de second cycle « Muséologie » de l’Ecole du Louvre, Aurélie Le Marec créé Chasen en 2005, association pour la diffusion des pratiques culturelles liées au thé et particulièrement les arts de la cérémonie du thé japonaise puis en 2009 L’Atelier du Furoshiki.
Depuis 2010, L’Atelier du Furoshiki est adhérent à Ecopôle, CPIE, Pays de Nantes et participe chaque année aux semaines thématiques nationales ou européennes : Semaine du Développement durable et Semaine Européenne de la Réduction des Déchets.
Depuis 2011, Il propose également des ateliers au Musée National des arts Asiatiques Guimet à Paris.
En 2012, publication : Aurélie Le Marec, Furoshiki, l’art d’emballer avec du tissu, Paris : Editions Tutti Frutti, 2012, 128p.
En 2013, le projet « Les déchets nous assènent, le furoshiki entre en scène », mené par L’Atelier du Furoshiki et Les Ateliers de Mélanie est lauréat de l’appel à projet citoyen dans le cadres de Nantes Capitale Verte Européenne.

Photos : ©Ecopôle. Atelier d’initiation avec un groupe d’habitants du quartier de La Halvêque à Nantes dans le cadre du projet « Récup’Halvêque!».

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search