Thèse en cours: “La prise en charge collective et institutionnelle des excédents alimentaires – Dynamiques de construction de la valeur de l’alimentation en France et aux Etats-Unis”, par Marie Mourad

Mourad

Crédit photo: Marie Mourad

English bellow

Marie Mourad réalise cette thèse de Sociologie à Sciences Po au sein du Centre de Sociologie des Organisations (CSO), sous la direction de Sophie Dubuisson-Quellier. Cette thèse est financée par une allocation de recherche du Domaine d’intérêt majeur (DIM) Agrosciences et territoires (Astréa) de la région Ile-de-France, pour la période 2014-2016.

Dénoncé depuis plusieurs années par des mouvements militants, le “gaspillage alimentaire” – estimé autour de 40% de la production “de la fourche à la fourchette” – suscite aujourd’hui l’intérêt croissant non seulement des médias et des principales organisations environnementales, mais aussi de l’Union Européenne et des Nations Unies. En juin 2013, le Ministère de l’Agriculture français lance un “pacte national contre le gaspillage alimentaire”. Au même moment, le “US Food waste challenge” est mis en place par les organes fédéraux américains en charge de l’agriculture et de l’environnement. Le “scandale du gaspillage alimentaire mondial” (Stuart, 2009) rencontre ainsi une attention particulière de la part des pouvoirs publics et des entreprises privées, dans un double contexte de crise économique et environnementale. La notion de “gaspillage” indique que les excédents ne sont plus collectivement et socialement tolérés, qu’ils constituent un “problème public”.

La question théorique qui se fait jour est celle de la valeur ou des valeurs de l’alimentation. Paradoxalement, un même produit peut être valorisé de manière radicalement opposée selon si on le considère comme “aliment” ou comme “rebut”. Catégorisé comme sans valeur, le “déchet” est même considéré comme impur ou dangereux (Douglas, 1966). La notion de gaspillage alimentaire renvoie à des processus matériels et symboliques au cours desquels la matière considérée comme “nourriture” devient “déchet”, et vice-versa. L’aliment-déchet dévalorisé dans la sphère marchande peut par exemple retrouver une valeur d’usage ou une valeur symbolique en redevenant aliment-objet dans d’autres circuits.

Dans ce contexte, comment les acteurs consentent-ils à mettre à la poubelle des produits? Comment ce qui est “gaspillé” peut être revalorisé? La prise en charge des excédents alimentaires soulève dans le même temps des questions technico-économiques d’optimisation des marchés et circuits (production, distribution, circuits intermédiaires, traçabilité), des problématiques sociales de consommation (goût, habitudes), et des contraintes de compatibilité avec les exigences environnementales, sanitaires ou esthétiques, aux échelles internationales, nationales et locales.

Faisant l’hypothèse que les systèmes et critères de “valuation” dépendent de répertoires culturels nationaux (Lamont and Thévenot, 2000), l’approche empirique vise à analyser les dynamiques de mise sur agenda et les processus de valorisation sous-jacents entrepris par les acteurs concernés dans deux contextes nationaux comparables: l’Ile-de-France et la région de la baie de San Francisco en Californie. Elle s’appuie sur une enquête ethnographique menée auprès des acteurs publics, privés et associatifs engagés sur la réduction du gaspillage alimentaire sur les deux terrains. Pour cela, un séjour de recherche d’un an est prévu dans la région de San Francisco en 2014-2015.

 

Dealing with Food “Waste”, Building Food Value:

A Comparative Approach from France and the United States

Over the past few years, “food waste”—estimated at 40% of production “from farm to fork”—has gone from a marginal issue addressed by a handful of NGOs and activist groups to one that is at least nominally a concern for the United Nations, the European Union, and mainstream environmental and developmental organizations. In the same month—June 2013—the French Minister for Agriculture announced a “National pact against food waste” and US Department of Agriculture and Environment Protection Agency co-launched the “US Food waste challenge” in order to reduce levels of waste. The global “waste food scandal” (Stuart, 2009) has had a dramatic entrance onto the public stage, becoming an object of government policy and regulation as well as a new area of concern to be addressed by non-profit organizations and private companies.

Theoretically, the research will analyze this politicization on food waste in terms of value(s). “Food waste” is a paradoxical concept because “food” is something that can be valued differently in different contexts, but always seen as valuable, whereas “waste” always refers to unwanted, unusable and therefore valueless material. Categorizing matter as “waste” makes it not just non-valuable but also “dangerous” (Douglas, 1966). Defining and dealing with food surpluses implies complex material and symbolic valuation processes from which matter considered as “food” becomes matter considered as “waste”, and vice versa. These processes are entangled with consumption habits, supply chain optimization and traceability, market organization and prices, sanitary and cosmetic requirements, as well as environmental and social impacts. In this context, how do actors or organizations value—or devalue—the “food” they throw away? How can “waste” be re-valued? How do food and waste connect with other forms of value—market value, economic value, use value, symbolic value, etc.—attached to production, distribution and consumption?

Assuming that systems and criteria of valuation depend on “national cultural repertoires” (Lamont and Thévenot, 2000), the empirical approach aims at comparing the agenda-setting dynamics and the underlying valuation processes by various actor groups (activist movements, non-profits, NGOs, companies, government bodies, etc.) in the Paris urban area in France and the San Francisco Bay Area in California in the US.

Key words: waste, food, policies, United States, California.

Contact:

Marie Mourad – PhD Student

Center for the Sociology of Organization (CSO)

marie.mourad[@]sciencespo[.]fr

Phone: 06 68 99 03 94

http://www.cso.edu


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search