Leçons d’humanités à Mbebess, la décharge à ordures de Dakar-Pikine : travail du cordonnier d’amulettes et parole de récupérateurs

encoder.cerimes.fr

Ibrahima Senne, cordonnier d’amulettes à Mbebess, gaine une ceinture à 9 noeuds et 13 boucles et une autre ceinture à 5 noeuds, 3 boucles et 12 cauris. Leur propriétaire, Serigne Fall, a raconté en préambule la consultation de la guérisseuse auprès de qui il les a obtenues et les consignes qu’elle lui a demandé de transmettre au cordonnier.

L’exécution de ce travail de 5 heures, monté en 56 minutes, est mêlé de causeries en wolof entre le cordonnier, l’assistant et traducteur du vidéaste-anthropologue  et un corésident qui s’étonne de l’intérêt de ce dernier pour la collecte d’amulettes usagées (cf collection ALEP https://www.imarabe.org/exposition-ima-9624 )

Les images et sons, enregistrés en décembre 2012 sont complétés par la parole francophone, talentueuse et émouvante de Serigne Fall, enregistrée en novembre 2013 à Mbebess, au cours des longues séances de travail sur les amulettes récupérées avec des causeries collectives spontanées et/ou induites entre l’anthropologue et ses collaborateurs.

Serigne Fall commence par rapporter la réglementation mise en place par l’Association des récupérateurs de Mbebess quant à la prise d’images des travailleurs de l’ordure qui refusent pour la plupart d’être filmés par dignité et par crainte de risquer d’être identifiés par des parents ou connaissances ignorant leur véritable activité professionnelle.

Puis, il décrit les activités des femmes, des enfants, des personnes âgées sans soutien social. Il énumère les différents types de matières et d’objets récupérés et les métiers suscités, récupérateurs spécialisés, artisans, acheteurs en gros de métaux de matières plastiques, de bouteilles, commerçants, vendeurs d’eau en bidon, vendeuses d’eau glacée et de jus, gargotières, boutiquiers, devins-guérisseurs, acheteur d’amulettes….

Il exprime en particulier une revendication contre un monopole d’achat des ferrailleurs chinois qui n’achètent que le « meilleur » et ne payent qu’à terme, contrairement aux ferrailleurs indiens qui payent sur place et achètent même les ferrailles légères. Il souligne aussi le manque de soutien des autorités depuis l’hivernage 2013 où ils ont été obligés d’abandonner leur village inondé au pied de la décharge, pour aménager à grands frais de terrassement en haut sur la montagne d’ordures. Les projets de déménagement de Mbebess à une grande distance de Pikine ne sont pas sans les inquiéter quant à leur avenir, mais n’apparaissent pas dans les propos enregistrés.

Les questions posées portaient sur : la description de la population de Mbebess, résidente et non résidente, humaine, animale et mystique ; les revenus quotidiens ; les deuxièmes vies des matières et des objets récupérés ; la légitimité de la récupération d’amulettes ; les petits métiers de la décharge ; les mauvais souvenirs, les rôles des ONG (ENDA, IAGU…) ; les revendications ; la mémoire du premier contact avec la décharge ; les peurs et les espoirs…

ACTEURS

Ibrahima Hanne, le cordonnier, et un de ses corésidents

Sérigne Fall, la voix de la « parole » des récupérateurs

Mbacké Sène, l’assistant traducteur et récupérateur d’amulettes

Abdoulaye Rebeiz, Pap Sène, Ahmed Barry, Alain Epelboin, participants aux causeries collectives

CAMÉRA, MONTAGE, RÉALISATION

Alain Epelboin

TRADUCTION DU WOLOF

Ndiabou Touré

SOUS-TITRES

Ndiabou Touré & Alain Epelboin

pour en savoir plus et visionner le film: https://www.canal-u.tv/video/smm/lecons_d_humanites_a_mbebess_la_decharge_a_ordures_de_dakar_pikine_travail_du_cordonnier_d_amulettes_et_parole_de_recuperateurs.13725


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search