Compte rendu de la séance du 11 octobre 2012

Intervenants : Grégory Marion et Michelle Dobré

Grégory Marion réalise une thèse en art et science de l’art sur le rapport entretenu par l’utilisateur aux objets.

Dans le design il existe l’intention d’un projecteur présumant de l’usage de l’objet, l’utilisateur dispose de peu de marges de liberté pour diversifier les usages de son objet. L’amateur est une figure alternative du consommateur. Des figures alternatives ont été créées comme « le consomateurisme comme un art du bricolage » in L’amateur. Juger, participer et consommer, eds IFM/Regards, 2010.

La réduction en art est une façon d’organiser les objets, le mouvement est issu de la volonté d’organiser les connaissances né de l’apparition de l’imprimerie qui a permis une mise à plat des connaissances.

Les représentations des objets sont souvent désincarnées, or les objets s’inscrivent toujours et avant tout dans un rapport social et une pratique symbolique qui contient une part de vide, une part désincarnée qui peut être la porte vers d’autres usages. Il existe une coupure consommateur/usager qui cherche à être retrouvée à travers divers mouvements de reconquête du sens par le détournement des outils, leur dé-spécialisation.

Ces logiques se rapprochent du « craddle to craddle » où la renaissance de l’objet est conçue en amont.

 

Michelle Dobré : le Traitement social de l’encombrement dans les styles de vie alternatifs

Le projet présentent plusieurs écueils qui ont nécessité de déconstruire les notions de :

–           style de vie alternatifs. La recherche de sobriété est individuelle ou demande des changements radicaux de style de vie. Les initiatives datent toutes de 2006 qu’il s’agisse de la simplicité volontaire, du vivre sans, des vegans… ces mouvements sont confortés par un discours institutionnel infléchissant vers une société post consommation.

–          Déchet : il n’y a pas de déchets pour l’homme ordinaire lorsque la question des déchets est posée.

–          Qu’est-ce que l’objet surnuméraire : cela désigne un objet comme un trop plein, une profusion, une pathologie : afluentza.

–          Comment s’organise le flux des objets ? qui fait entrer qui fait sortir ? qui s’occupe de contenir l’encombrement ? quel est le lien avec la manière de traiter son intérieur ? comment s’organise les flux d’objets dans les économies domestiques ? assiste-t-on réellement à un désencombrement ? quelles sont les pratiques pour qu’un objet puisse être donné ou jeté ? A quel moment s’effectuent les tris, cycle séculier : importance du cycle de vie et des saisons ; Malgré 60 ans de société de consommation persiste une répulsion à jeter qu’elle est son origine ? Comment s’effectue le refus de persister dans la consommation quand les objets ne sont pas rachetés au moment de leur obsolescence programmée ?

Les styles de vie alternatifs ne concernent pas le rapport aux objets, tout ce qui n’est pas dans la norme peut être considéré comme alternatif. S’il existe une tentative de s’éloigner de la société de consommation, les aspects écologiques sont toutefois peu présents.

Il existe un nouveau rapport à mieux consommer ou consommer autrement. Cf Paul Veyne : définition du style : le style est un choix non imposé dans les limites duquel on se conforme et qui informe une manière d’être. Cf Mary Douglas et Thomson : ces choix passent par les individus en désaccord avec une partie de la culture. Manifester son accord ou son désaccord, critique pratique de la société de consommation.

La capacité d’action des gens ordinaires et de résistance ordinaire.

Les choix en matière de style de vie ne sont pas individuels, ces choix ne sont pas fortuits : représentation à la nature, la consommation, le confort, l’abondance, au temps informent les pratiques ce qui rend en même temps l’exercice de l’analyse de la pratique difficile. Les choix ne sont pas en nombre illimité : ils s’inscrivent dans la hiérarchie sociale et à la communauté. Co-existent des visions du monde qui peuvent entrer en conflit

Cycles de vie des objets : dans leur deuxième vie suivent-ils également des cycles sociaux : les objets se retrouvent chez les plus pauvres ou préfèrent-ils surconsommer ? Comment ce cycle de vie est-il perçu quand on n’a pas le choix ? Est-il possible de travailler sur l’objet et sa deuxième vie en faisant l’impasse de la psychanalyse ?

Méthode des itinéraires d’objets de Desjeux:  cf sur cette question la présentation de Stéphanie Tabois et Sofian Beldjerd, sur les pratiques de consommation d’objet en deuxième vie Aurélie Dehling, et sur les ressourceries Stéphanie Messal


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search