Brol

Notice rédigée par un assemblage d’auteurs dans le cadre des activités du LIEU (Laboratoire interdisciplinaire en Etudes urbaines) de l’ULB, mai/juin 2019 (Paul Aron, Livia Cahn, Chloé Deligne, Ananda Kohlbrenner, Virginie Milliot, Noémie Pons-Rotbardt, Maria Anita Palumbo, Sophie Richelle, Martin Rosenfeld, Marine Spor, Patrick Wouters).

« Tout ce qui se vend sur le marché ici c’est du Brol. Par exemple ça, si vous l’avez chez vous, ça ne sert à rien, c’est du brol ! Du brol on en a tous chez nous. Je suis sûr que vous avez chez vous plein de choses inutiles, mais c’est des objets auxquels on tient, on y est attaché. » (Employé communal de l’équipe de nettoyage de la place du Jeu de Balle, 7 mai 2019)

Le terme « brol » est utilisé en Belgique et dans le nord de la France. À Bruxelles, il est abondamment utilisé au marché aux puces de la place du Jeu de Balle, dans le quartier des Marolles. Il sert à désigner l’hétérogénéité des objets qui s’y vendent et le fouillis de leur installation. Les habitué.e.s du marché ont recours à divers exemples pour expliquer son sens et justifient la difficulté de traduction par le fait qu’il s’agit d’un mot du cru. Alors, le brol est-il bruxellois ? S’il s’agit bien d’un mot omniprésent dans les quartiers populaires du centre de Bruxelles et repris dans les dictionnaires du parlé bruxellois[i], son aire de diffusion et son étymologie semblent le rattacher à d’autres espaces. Cela pose donc la question de la trajectoire historique de ce mot.

L’étymologie de brol renvoie à une origine germanique, brod, qui signifie brouiller, mélanger, rendre trouble[ii]. Cette étymologie se retrouve dans une série de termes germaniques autant que latins, ce qui explique sa persistance en français et en néerlandais. Le mot « brouiller », dans ses différentes acceptions, évoque tout autant l’altération, le fait d’être abimé, puis le mélange des cartes, des liquides ou des matériaux, le désordre des idées autant que des affaires. Il est à la source de l’italien imbroglio, le nœud. En dérivent des mots comme débrouillard, brouillon ou brouet, qui partagent avec « brol » les sèmes de l’hétérogénéité des composants, le mélange des matières ou des produits[iii]. Le terme brol dans sa variante « broel » est attesté depuis longtemps en Flandre occidentale (où il pourrait lui-même avoir été importé du mot « brouille » français)[iv]… Étant donné que cette province, comme d’autres provinces flamandes, a contribué à alimenter les migrations vers Bruxelles au 19e siècle, il n’est pas impossible que « brol » ait suivi le chemin de cet exode rural. D’usage fréquent à Bruxelles et en Wallonie, « brol » est entré dans le Petit Robert en 2008, avec d’autres mots français de Belgique, du Luxembourg et des Antilles. Il y est défini comme synonyme de désordre, fouillis. D’autres termes français équivalents sont «  bazar » ou « camelote ».

Pourtant le brol, c’est plus que cela… Si le mot sert à désigner des objets de peu, inutiles, encombrants ou non, il inclut aussi souvent un rapport particulier à ces derniers. Le brol c’est de la camelote mais pas seulement, du bric-à-brac mais pas que… Car ce sont aussi des objets auxquels on tient même s’ils ne valent rien, des objets que l’on garde dans la perspective d’en faire quelque chose. Ils sont investis d’une mémoire qui ne vaut que pour soi ou d’un désir créatif. Ils peuvent être pluriels (« mes brols » ou « tes brols »), ils peuvent être vraiment insignifiants (« brolekkes »), ils peuvent êtres neufs ou anciens mais ont toujours un devenir, indécis, possible. Il y a donc aussi une dimension « entre deux » au brol qui se situe entre un attachement passé et un devenir possible. Sa fonction comme sa valeur ne peut jamais être définie a priori ou une fois pour toutes, elle est toujours personnelle, singulière et incertaine. Le brol se situe dans une temporalité du cycle des objets, clairement après un usage, mais avant le stade du déchet. Tant qu’il est vendu, récupéré, gardé en l’état ou transformé, il peut échapper à la déchetterie. Le brol peut ainsi générer le « brol du brol » jusqu’au stade de perte totale de valeur pour quiconque.

Le brol du marché de la place du Jeu de Balle, mai 2019 (photo Virginie Milliot)

Le marché aux puces de Bruxelles, qui se tient tous les matins, est un véritable concentré de tous ces brols car il expose aux acheteurs potentiels, sans tri préalable, le contenu des caves ou des greniers bruxellois. Dans les caisses posées à même le sol, la photo de famille voisine avec les tasses dépareillées, les médailles honorifiques avec les vieux cahiers d’écoliers, mêlant les mémoires intimes et l’histoire belge dans un même brouet. Le marché est le gagne-pain des vide-greniers, le paradis des chineurs, un lieu d’approvisionnement pour les antiquaires… C’est donc un lieu de nombreuses interactions, d’échanges et parfois de tensions, tant dans les moments de marchandage et de discussion sur la valeur des objets, qu’au moment du glanage des objets abandonnés qui a lieu en fin de marché. Les rapports entre les acteurs sont tantôt cordiaux et coopératifs, tantôt plus tendus. Certaines tensions se cristallisent par ailleurs autour des velléités de mise en ordre des multiples usages du marché.

Comme de nombreux espaces urbains centraux, les Marolles sont aujourd’hui soumises à la fois à une forte pression immobilière et à des stratégies de marketing urbain. Ce quartier populaire, ayant de longue date accueilli des populations précaires et migrantes, est situé à proximité directe d’espaces fortement gentrifiés, comme le Sablon où les antiquaires sont déjà bien établis. Pour y attirer de nouveaux résidents, plus nantis, et les touristes, les politiques publiques visent à rationaliser, esthétiser et maintenir un certain ordre sur la place du vieux marché qui occupe une position ambigüe dans ce processus car il représente à la fois une cause de nuisances et une source d’attrait pour les populations des classes intermédiaires qui veulent s’y s’installer. Nuisances par l’encombrement et le trafic occasionnés par le marché, par l’occupation intensive des espaces publics qu’il suscite ou encore par les déchets qu’il produit. Mais aussi attrait pour l’ambiance et l’atmosphère créées par le marché qui donne une identité forte au quartier. Pour ceux qui promeuvent et contribuent à la « revalorisation » et à l’embourgeoisement des Marolles, le brol incarne à la fois ce désordre à éradiquer et cette « authenticité » qui fait son attractivité. Dans une tentative de concilier ces deux facettes, les autorités (et notamment l’agence de promotion du tourisme de Bruxelles) ont soutenu la création d’un Brol National (une édition du marché où sont spécifiquement mis en valeur les produits estampillés « Belgique ») le jour de la fête nationale. Elles ont aussi essayé d’imposer des tonnelles blanches uniformes aux vendeurs du marché, jusqu’à présent sans succès. Cette même ambiguïté entre valorisation et éradication de « ce qui fait fouillis », de « ce qui semble abandonné » se fait sentir dans les projets urbanistiques de plus grande ampleur qui sont développés à Bruxelles, visant à reconvertir d’anciennes zones industrielles en parcs de logements. Le symptomatique terme « d’audace broleuse »[v] a récemment été utilisé par une journaliste pour qualifier les politiques qui autorisent les occupations précaires pour des sites en voie de transformation et les multiples projets qui y fleurissent.

Si au marché aux puces, il y a donc un attachement à ce brol, que certaines associations locales cherchent à préserver parce qu’il incarne « l’âme du quartier »[vi], aujourd’hui il est aussi instrumentalisé par une politique de la ville produisant de la gentrification. Ces tensions ont été rendues palpables en 2014, à l’occasion d’un projet urbanistique visant le réaménagement de la place par la construction d’un immense parking souterrain qui aurait fait disparaître le marché. Si ce projet semble aujourd’hui abandonné grâce à la mobilisation des habitant.e.s, les nombreux enjeux qui entourent le terme polysémique de brol restent, quant à eux, bien d’actualité !

 

 

[i] Louis Quiévreux, Dictionnaire du dialecte bruxellois, Bruxelles, Ed. Libro-Sciences, 1973, p. 40 ; Georges Lebouc, Dictionnaire du bruxellois, Bruxelles, Ed. Le Cri, 2005, p. 86.

[ii] Trésor National de la Langue française informatisé, accessible sur le site du Centre national de ressources textuelles et linguistiques (https://www.cnrtl.fr/definition/brouiller). Voir aussi Le dictionnaire des belgicismes, sous la dir. de Michel Francard, Bruxelles, De Boeck Duculot, 2010, p. 73.

[iii] Le site de l’Instituut voor de Nederlandse Taal permet de faire des recherches sur les mots du Néerlandais dans une base de données qui rassemble de nombreux dictionnaires (voir en ligne : https://www.ivdnt.org/ et la notice « brol » https://ivdnt.org/zoeken-in-woordenboeken?w=brol).

[iv] Léonard-Lodewijk De Bo, « Broel », Westvlaamsch idioticon, 1873, p. 189 ainsi que la notice « brol » citée ci-dessus (https://ivdnt.org/zoeken-in-woordenboeken?w=brol).

[v] Véronique Lamquin, « L’occupation temporaire, la nouvelle signature bruxelloise », Le Soir, 14/03/2019.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search